[NBA : les grandes question] Quelle saison pour les Frenchies ?

La NBA revient dans la nuit de mardi 16 au mercredi 17 octobre. Encore quelques jours à patienter avant de revoir toutes les stars fouler les parquets. Mais aussi les Français. Cette saison, dix Tricolores alimentent les rosters des équipes. Petit tour d’horizon.

 

Tony Parker (Charlotte Hornets)

Il va falloir s’y habituer. TP ne portera plus le noir et blanc des San Antonio Spurs cette saison. Après 17 années passées dans la franchise texane (avec quatre titres et un trophée de MVP des Finales), le célèbre numéro 9 va connaître sa seconde équipe dans sa carrière : les Hornets de Charlotte gérés par un certain Michael Jordan. A 36 ans, Parker aura le rôle de remplaçant de la star Kemba Walker. Il n’aura pas énormément de temps de jeu, mais sera utile par son expérience et sa capacité à tenir le ballon dans les moments chauds. Toutefois, TP ne devrait pas jouer les play-offs cette saison, ce qui serait une première dans son histoire en NBA.

Nicolas Batum (Charlotte Hornets)

Tony ne sera pas seul à Charlotte. Il rejoint son équipier en équipe de France et ami : Nicolas Batum. L’ailier entame sa quatrième saison dans la franchise de Caroline du Nord (11e de sa carrière en NBA). Tout d’abord, l’objectif de Batum sera de faire une saison pleine avec Charlotte. Jamais il n’a réussi à jouer les 82 matches en raison de blessures. Si Batman est laissé tranquille par les pépins physiques, il devra remplir son rôle de bras droit de Kemba Walker. Avec l’arrivée de James Borrego, au poste d’entraîneur, Batum devrait retrouver son poste de prédilection : l’aile. Et le Français devra améliorer sa ligne statistique pour emmener son équipe.

Rudy Gobert (Utah Jazz) :

Le grand Rudy a enfin accompli un de ses objectifs en NBA : devenir le défenseur de l’année. Auteur d’une saison 2017-2018 impressionnante (mais tronquée par une blessure au genou), le géant de 2m16 doit confirmer cette saison, comme son équipe. Utah a réalisé une très bonne saison, avec une élimination en demi-finale de conférence face à Houston. Dans une formation au profil défensif, Gobert aura l’opportunité de briller à nouveau. Pour passer un cap, il devra améliorer son jeu d’attaque en poussant sa moyenne de points.

Evan Fournier (Orlando Magic) :

L’arrière shooteur débute sa 7e saison dans la ligue nord-américaine. A Orlando, Fournier ne verra sans doute pas les play-offs… A moins qu’un trade (ou échange) intervienne. Fournier pourrait être transféré dans la saison par les Magic, franchise à la peine depuis plusieurs années. Sinon, le Français doit continuer à produire son jeu d’attaque à base de shoots et de drive (meilleur marqueur français la saison passée). Mais l’ancien joueur de Poitiers doit améliorer son rendement défensif.

Frank Ntilikina (New York Knicks) :

Le French Prince sera très attendu cette saison. Français drafté le plus haut de l’histoire (8e en 2017), le meneur est devenu un des chouchous du Madison Square Garden. Après une première saison en NBA de bonne facture, Ntilikina peut exploser cette saison, après un été à avoir bossé son jeu et son physique. Défenseur hors-pair, on attend désormais le longiligne meneur en attaque, capable de score et de délivrer des passes décisive (5,9 points la saison passée). Une chose est sûre, il sera dans le cinq majeur de New York.

Ian Mahinmi (Washington Wizards) :

Le pivot tricolore est désormais un vétéran de la NBA : 12e saison dans la ligue. A Washington, Mahinmi débutera sur le banc, derrière Dwight Howard. Mais le joueur de 33 ans aura un rôle important dans la formation de la capitale. Il aura des minutes de jeu pour prouver son contrat signé en 2016 (64 millions sur quatre ans). Capable de bonne choses en attaque, c’est surtout en défense que Scott Brooks, coach des Wizards, attendre Français pour mener l’équipe des remplaçants. A moins que le Français ne gagne en temps de jeu en cas de bonnes prestations. Sa pré-saison a notamment été performante.

Elie Okobo (Phoenix Suns) :

C’est le petit nouveau parmi les Frenchies. Drafté cette été en 31e position par Phoenix, l’ancien joueur de Pau doit d’abord s’habituer au jeu de la NBA, plus rapide et physique. Mais le meneur gaucher semble déjà bien acclimater, en témoigne une bonne pré-saison dans la franchise de l’Arizona. A poste où aucune star n’est présente (si Devin Booker n’est pas placé à ce poste), Okobo a une carte à jouer pour gratter du temps de jeu et prouver qu’il peut jouer en NBA.

Guerschon Yabusele (Boston Celtics) :

Pour l’imposant ailier-fort, il va falloir batailler pour obtenir du temps de jeu au sein du pléthorique effectif de Boston. Yabusele entame sa deuxième saison avec la franchise aux 17 titres. Mais selon les dires de nombreux membres des Celtics, le Français fait bonne impression aux entraînements. Il a également montré ses capacités en pré-saison. Mais une fois la saison réellement lancée, pas sûr que Yabusele ne prenne part à beaucoup de matches. L’année il avait joué 33 rencontres pour seulement sept minutes de jeu.

Timothée Luwawu-Cabarrot (Oklahoma Thunder) :

Comme pour Yabusele, le jeune ailier français ne devrait pas disposer de beaucoup de minutes. Auparavant à Philadelphie, Luwawu a été transféré à Oklahoma, dans un deal à trois équipes. Alors il faudra prouver au quotidien sa place dans le roster pour gagner du temps de jeu dans une franchise considérée comme outsider au titre NBA.

Alexis Ajinça (New Orleans Pelicans) :

Le pivot français est en plein chemin de croix en NBA. Sujet à des blessures à répétition, Ajinça n’est que très peu présent sur les parquets depuis plusieurs mois. La saison passée, aucun match disputé. En pré-saison, pas une minute. L’avenir d’Ajinça en NBA est de plus en plus sombre. Seule solution cette saison, espérer un trade dans une équipe qui lui donne une chance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *