[Un jour, une preview] Washington, saison capitale

La NBA revient dans peu de temps, l’occasion pour la rédaction de vous proposer ses previews des 30 franchises. Si Laurent Delahousse présente « Un jour, un destin »,  En Tribunes sortira chaque jour, une preview, pendant un mois. La mèche en moins. Aujourd’hui, les Washington Wizards.

Principales arrivées : Tim Frazier (New Orleans) – Jodie Meeks (Orlando) – Mike Scott

Principaux départs : Bojan Bogdanovic (Indiana) – Trey Burke

Coach : Scott Brooks

Starting Five : John Wall – Bradley Beal – Otto Porter – Markieff Morris – Marcin Gortat

Sur le banc : Ian Mahinmi – Jason Smith – Jodie Meeks – Tomas Satoransky – Kelly Oubre – Tim Frazier – Chris McCullough – Mike Scott – Sheldon McClellan – Daniel Ochefu

Salaires : 

Point fort :  Un amour de backourt

Dans la famille backourt plaqué or massif, je demande le tandem Wall-Beal. Longtemps miné par une petite gueguerre des égos, le duo a enfin donné sa pleine mesure l’an dernier et ouuuuh ça a fait mal. Les deux sont ultra complémentaires et peuvent regarder les yeux dans les yeux n’importe quel autre duo d’arrières de la ligue. Wall est simplement un meneur extraordinaire qui gave en passe décisives un Beal qui n’aime rien d’autre que scorer à ne plus savoir quoi en faire. Encore jeunes, ils vont terroriser pendant de longues saisons les défenses de la ligue et tenter de porter leur franchise aux sommets de la conférence.

Point faible : Un banc en mousse

Wall l’a dit lui même après la défaite en demi-finale de conférence face aux Celtics, c’est leur banc qui leur a coûté cette série. Diminué par la blessure de Mahinmi pendant une très grande partie de la saison, et tout simplement trop faible de manière globale, le banc des Wizards était l’un des pires de la NBA l’an dernier, et malheureusement cela ne semble pas parti pour changer. La perte de Bogdanovic durant l’été est un coup dur de plus, et il va maintenant falloir espérer que les Oubre, Frazier ou autre Meeks sortent le grand jeu pour voir la second unit de Washington être enfin au niveau escompté.

Le joueur à suivre : John Wall

Il a prouvé encore un peu plus la saison passée qu’il appartenait à la caste fermée des tout meilleurs meneur NBA, chose tout sauf aisée au vue de la densité sur le poste. Jean Mur se doit de continuer à progresser pour tirer le reste de son équipe avec lui, car si Beal se revendique comme un des meilleurs arrières de la ligue, c’est bel et bien son compère de la mène qui est le véritable franchise player des Wizards. A 27 ans, il est dans son prime et peut rivaliser avec n’importe lequel de ses vis-à-vis direct, en pesant tout aussi bien en attaque (quel don pour trouver la passe juste, et quelle vitesse sur le jeu de transition!) qu’en défense, où il excelle depuis son arrivée dans la ligue. Il a les clés du camion depuis sa récente prolongation (attention les yeux, 170 millions sur 4 ans, de quoi se faire plaisir chez H&M) et c’est à lui qu’il incombe de mener les Wizards au sommet.

Pronostic : 3 ème de la conférence Est

Emmené par son duo magique d’arrières de feu, la franchise de D.C. peut se glisser sur le podium à l’Est derrière le tandem Cavs-Celtics qui semble encore un cran au dessus, mais à part ces deux-là il va falloir être très costaud pour déloger la bande à Wall de la 3ème place. L’objectif désormais doit être de passer le cap des demi-finales de conférence voir même de se hisser en Finales pour retrouver l’ivresse d’un titre pour deuxième fois depuis 1978.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *