Vuelta : Roglic proche de son sommet

Après un Tour d’Italie décevant, où il avait craqué sur la fin, Primoz Roglic domine le classement général du Tour d’Espagne. Le Slovène semble plus que jamais bien parti pour remporter son premier Grand tour. À quelques jours de la fin de cette Vuelta, il n’a plus qu’une mission : tenir.

L’histoire retiendra, peut-être, que c’est sur des pentes arides, raides (araides, combinaison de mots hasardeuse), que Primoz Roglic a débloqué son compteur de victoires sur une épreuve de trois semaines. Car sur cette Vuelta, jusqu’à présent, il mate la concurrence, et ce depuis le contre-la-montre à Pau, où il a relégué ses adversaires loin, très loin pour certains.

Le Slovène est donc en passe de remporter son premier Grand tour, après plusieurs échecs l’an passé, et cette année sur le Giro. Découvert en 2017, après une victoire d’étape sur le Tour de France, Primoz Roglic est vite apparu comme un candidat crédible pour une victoire au classement général. Ce qu’il confirme sur cette édition 2019 de la Vuelta. Là où, il faut tout de même le dire, la concurrence existe, mais elle n’est pas la même que sur la Grand Boucle.

Un autre Slovène émerge

En Espagne, cette saison, l’adversaire principal pour le classement général est, depuis aujourd’hui, Nairo Quintana. Au terme d’une étape folle, le Colombien a repris plus de 5 minutes à Roglic et grimpe ainsi sur le podium où il devance son coéquipier quarantenaire Alejandro Valverde. La Movistar a encore réussi plusieurs masterclass au cours de la course (il y a un peu de poésie là, c’est, en tout cas, plus compréhensible que les stratégies de l’équipe espagnole).

De cette Vuelta émerge surtout un compatriote : Tadej Pogacar. Le jeune Slovène a remporté deux étapes avec brio, et il s’impose, petit à petit, comme un grand espoir et un favori futur pour le classement général d’un Grand tour. Miguel Angel Lopez, lui, confirme son talent. Le Colombien, 3e l’an passé, est encore présent sur cette édition. De quoi présager un beau futur pour lui aussi. Mais devant, c’est bien Primoz Roglic. Et si l’étape de ce mercredi lui a fait des frayeurs avec des bordures dès le départ, dans laquelle Quintana a repris du temps, il reste idéalement placé pour l’emporter. Deux étapes de montagne sont encore au programme, mais les plus difficiles sont passées. Il lui faudra, tout de même être vigilent, avant de pouvoir écrire, encore une fois jusqu’à présent, la plus belle ligne de son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *