Chargement

La nouvelle est tombée comme une bombe. Aujourd’hui, vers 13h10, alors que certains faisaient la sieste et d’autres finissaient leur déjeuner, Zinedine Zidane a annoncé qu’il quittait le Real Madrid après deux ans et demie de bons et loyaux services. Un départ alors qu’il est au sommet, de quoi renforcer la légende.

Pas mal pour une première

Début 2016, quand Zidane est nommé à la tête du Real Madrid suite au licenciement de Rafa Benitez, la France tremble. Celui qui est décrit comme le plus grand joueur français de tous les temps prend un risque. Il s’apprête à entraîner un des meilleurs effectifs du monde, une tâche pas forcément évidente. Personne ne veut le voir échouer. Personne ne veut voir la personnalité préférée des Français se ridiculiser devant le monde du football. On ne sait pas du tout à quoi s’attendre.

Dès sa première (demi)-saison, le Marseillais fait fort. En championnat, ZZ récolte 53 points sur 60 possibles. Deuxième à un point du Barça, il se console en empochant sa première Ligue des Champions contre l’Athlético Madrid (1-1 ; 5-3 aux t.a.b). L’année suivante, il offre au Real le doublé Liga/LDC, au terme d’une saison aussi aboutie que Abu Diaby. On déconne. On espère qu’il est pas susceptible le Abu. Quoiqu’il en soit, cette année là, quelle joie d’être l’idole des jeunes, pour des jeunes qui cassaient les fa…Bref, nous disions donc que quoiqu’il en soit, cette année là, Zizou nous a épaté. En plus de cela, il remporte le mondial des clubs et la Supercoupe de l’UEFA pour la seconde fois. Tranquille comme Zinedine.

Comme si on en avait pas eu assez, Zidane repart pour une année. On craint alors celle de trop. La tendance se confirme, le Real est éliminé de la Coupe du Roi et se retrouve distancer au classement, si bieng que des rumeurs de départ viennent chatouiller les oreilles du grand chauve avec un costume noir. La Ligue des Champions ne se passent pas comme prévu non plus. Devancé par Tottenham en poule, le Real se coltine le PSG dès les huitièmes. Profitant de l’égo de Neymar à l’aller et du milieu en carton du PSG composé de Rabiot, Motta et Verratti retour (au passage y en a aucun qui va à la Coupe du monde), le Real de Zizou s’en sort encore une fois. La machine est en marche. Rien ne l’arrêtera, pas même la Juve, qui s’imposera pourtant 3-1 à Santiago Bernabeu en quart de finale retour. Il y a une semaine, Zidane soulevait sa troisième Ligue des Champions consécutives. Un exploit jamais réalisé pour un technicien auparavant.

Un départ de star

Samedi dernier, à Kiev, Zidane avait rejoint Bob Paisley et Carlo Ancelotti dans le groupe très fermé de ceux qui détiennent trois LDC. Sous sa bonne étoile, Zizou semblait intouchable. Pour ma part, je le voyais déjà repartir pour un tour et pourquoi pas ajouter une quatrième LDC à son palmarès d’entraîneur. Cela me paraissait plus probable qu’une victoire du PSG. Le départ de Zizou m’a donc autant surpris que sa panenka en 2006.

Ce départ c’est la classe. Combien de fois avons-nous vu des légendes s’arrêter trop tard et ternir légèrement leur image si parfaite. L’exemple le plus évident est celui d’Arsène Wenger, resté dix ans de trop à Arsenal. Double Z, lui, a su quitter son club avant cette lassitude. A la madame Irma il a prédit et devancé le futur car de toute façon, qu’on le veuille ou non, le Real aurait un jour perdu la Ligue des Champions, même avec Zidane sur son banc. Quel courage il faut pour partir alors qu’on est au sommet. Le pragmatisme aura été plus fort que la soif de victoires du technicien français. Il gardera cette image du gars qui n’a jamais été sorti de la LDC avec le Real. Certes, Sabri Lamouchi a fait pareil avec le Stade Rennais, mais la performance de Zidane dilate les pupilles et incite le respect au delà du possible.

Et maintenant ?

En début d’après-midi, il a confirmé qu’il s’éloignerait des terrains l’an prochain. Que va-t-il faire ? Méditer ? Achever l’apprentissage du mandarin ? Jouer au poker avec Neyney ? Dieu seul le sait (et Dieu c’est lui). Mais après ? Tout le monde va vouloir se l’arracher. Certains voient déjà Deschamps licencié suite à une élimination au profit du Pérou en Russie. Zidane récupérerait alors le poste et on assisterait au retour de KB9 en Bleu. Dans cette utopie, il n’est pas difficile de se prendre à rêver qu’il va nous faire le doublé Euro 2020/Coupe du monde 2022 pour finalement s’en aller comme un prince. Mais si on essaie d’être un minimum objectif, on comprend bien que DD ne délaissera pas l’équipe de France before 2020. En attendant, Président Zidane peut se laisser pousser les cheveux. Une fois de plus, il a écrit une des plus belles pages de l’histoire du ballon rond. Respect Monsieur.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut