Valverde… Enfin !

Ce dimanche, à Innsbruck, Alejandro Valverde est devenu champion du monde de cyclisme sur route pour la première fois de sa carrière. A 38 ans, il accroche enfin la plus prestigieuse des courses d’un jour. La consécration d’une brillante carrière.

Alejandro Valverde : «Une émotion extraordinaire ...

Il n’était pas le plus attendu

Ce week-end, au départ des 265 km de course, beaucoup de noms de potentiels vainqueurs ont circulé. Evidemment Alejandro Valverde faisait partie de ceux-là. Néanmoins, contrairement aux années précédentes, l’Espagnol n’a pas été désigné comme le favori à surveiller. Tous les yeux étaient braqués sur notre Julian Alaphilippe national. Ainsi, Valverde n’était qu’un outsider, au même titre que Dan Martin, Roglic, les frères Yates ou encore Kwiatkowski. Moins d’attente c’était surtout moins de pression.

Mondiaux - Des championnats du monde très ouverts en ...

Beaucoup le voyait trop vieux pour tenir le choc lors du passage à 28%, surtout après plus de 250 km de course. Largement battu par Julian Alaphilippe lors de la Flèche Wallonne, en dehors du top 10 sur Liège-Bastogne-Liège tandis que le Français faisait forte impression en offrant sur un plateau la victoire à son coéquipier Bob Jungels, Valverde, en toute logique, aurait du se casser les dents sur celui qui n’est rien d’autre que son digne successeur. Sa craquante sur la Vuelta dans les derniers jours incitait encore moins à l’enthousiasme pour le puncheur de la Movistar. Seulement voilà, du haut de ses trente-huit ans, Valverde a croqué ces championnats du monde quand le grand favori français calait à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée, payant sûrement la charge pesant sur ses épaules.

La fin de la malédiction

Depuis sa première participation aux championnats du monde en 2003, Alejandro Valverde s’est fait friendzone par l’épreuve. Six fois sur le podium, l’Espagnol semblait partie pour devenir le Poulidor du maillot arc-en-ciel. On finissait par se dire qu’il n’y arriverait pas. Passé à côté de l’or à onze reprises, le coureur espagnol a finalement dû attendre sa douzième participation pour lever enfin les bras. D’ailleurs on imagine que les jambes ont tremblé quand il a lancé son sprint de loin, environ 400 mètres avant la ligne d’arrivée. Sa joie finale s’apparente plus à un énorme soulagement qu’autre chose.

Cyclisme - Championnat du monde: Valverde champion du ...

Ce titre de champion du monde vient compléter un palmarès déjà bien fourni. Quand on prononce le nom de Valverde on parle de seize victoires d’étape en Grand Tour, une victoire finale sur le Tour d’Espagne en 2009, quatre sur Liège-Bastogne-Liège, cinq sur la Flèche Wallonne et on va s’arrêter là parce que son palmarès est plus long qu’un cou de girafe.

Fin de malédiction également pour le cyclisme espagnol. En effet cela faisait quatorze ans et Oscar Freire que l’Espagne n’avait pu célébré un champion du monde de cyclisme sur route. Malheureusement, côté français on patientera donc une année supplémentaire. Cependant restons fair-play. Au vu de sa carrière, Valverde mérite à mille pour cent ce succès. Désormais équipier modèle de Nairo Quintana, le nouveau champion du monde dégage une sympathie reconnue dans tout le peloton. Ternie par une affaire de dopage en 2009, la vie de cycliste du bel Alejandro n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Aujourd’hui maître du monde, il peut oublier ses soucis passés. Enfin il la tient. Félicitations Mr Valverde, vous êtes un très grand !

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *