Chargement

La rédaction d’En Tribunes a bossé. Pour vous, nous avons classer les joueurs NBA pour vous proposer notre Top 50 des meilleurs éléments de la ligue. Évidemment, il est difficile de comparer des joueurs aux postes différents et aux responsabilités plus ou moins importantes. Notre classement est forcément subjectif. Nous avons voulu classer les joueurs dans l’ordre dans lequel nous les choisirions pour remporter un titre NBA, objectif ultime du sportif de haut niveau. Certains choix choqueront, décevront ou feront un buzz énorme sur la toile. Nous savons que ce classement peut remettre en cause la vie paisible que nous menons. Qu’importe, il fallait faire ce classement. Pour vous.

Pendant une semaine, vous pourrez suivre l’évolution de ce classement. Aujourd’hui, voici nos choix de la 50ème à la 41ème place. Enjoy.

50 – Andre Drummond (Detroit Pistons)

Pivot – 2,11m – 126kg – 23 ans – Drafté en 2012

Un aspirateur à rebonds au doux gabarit de 2,13m pour 127 kg. Voilà comment on pourrait résumer le jeune pivot des Detroit Pistons. Véritable machine à attraper tout ce qui tombe près du cercle, il a sorti une saison de mammouth l’an passé au point de finir All Star. Mais à l’instar de son équipe, il a connu une année 2016-2017 bien vilaine, ne parvenant même pas à se qualifier pour les playoffs et en montrant un investissement sur le terrain quelque fois bien suspect. A 23 ans, il représente malgré tout l’avenir de la NBA sur un poste 5 où les monstres se font de plus en plus rare à cause de l’utilisation à outrance du small ball. Reste à savoir s’il sera capable de confirmer tous les espoirs placés en lui, en commençant peut être par s’acheter un shoot correct et une adresse aux lancers francs digne d’un joueur payé des millions de dollars tous les ans.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

81

13,6

13,8

1,1

53

28,6

En carrière

385

13,3

12,8

0,7

54,8

26,3

Les + : Enorme rebondeur / Finisseur sérieux près du cercle / Marge de progression encore importante

Les – : Incapable de mettre un lancer-franc ou un shoot à plus de 2 m du cercle / Manque d’impact défensif vu son gabarit / Manque d’implication

49 – Dwight Howard (Atlanta Hawks)

Pivot – 2,11 – 120kg – 31 ans – Drafté en 2004

Le superman de la NBA s’offre cette saison une seconde jeunesse au sein de l’équipe de sa ville d’origine, les Atlanta Hawks. Longtemps considéré comme le meilleur pivot de la ligue lors de ses glorieuses années à Orlando, au cours desquelles il représentait une menace défensive unique dans la ligue, il a connu par la suite deux passages beaucoup plus compliqués du côté de L.A. (coucou Kobe) et de Houston (coucou James). Il n’était alors plus que l’ombre du joueur si dominant connu au Magic, et il a fallu un transfert chez les faucons d’Atlanta pour relancer ce brave Dwight. Il a apporté une solidité nouvelle sous les panneaux à sa franchise de coeur, et forme avec Paul Millsap une superbe paire d’intérieurs. Son rôle offensif est cependant de plus en plus limité avec le temps et il ne semble plus pouvoir être autre chose qu’un lieutenant de luxe derrière un vrai franchise player.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

74

13,5

12,7

1,4

63,3

/

En carrière

954

17,5

12,7

1,5

58,5

8,9

Les + : Fait encore peur / Gros rebondeur / Ambianceur de vestiaire / Possède des pectoraux et des biceps parmi les plus imposants de la ligue

Les – : Poseur de briques sur la ligne des lancers francs / Impact offensif de plus en plus faiblard

48 – Goran Dragic (Miami Heat)

Meneur – 1,90m – 86kg – 31 ans – Drafté en 2008

En voilà un qui, à l’image de sa franchise du Heat, en a surpris plus d’un cette saison et a su fermer quelques bouches. Le meneur slovène de la formation d’Erik Spoelstra a sorti une saison taille XXL sur le plan personnel et s’est qui plus est mué en un véritable leader pour les jeunes de son équipe, les guidant de son mieux jusqu’à les voir échouer aux portes des playoffs lors de la dernière journée. Il a pris une nouvelle dimension cette saison en montrant une hargne et une combativité qu’on ne lui connaissait pas, et il rêve maintenant de passer un cap pour jouer les troubles fêtes en post-season avec sa franchise. Il lui faudra pour cela continuer de montrer la même passion que cette année et  prouver une fois de plus que les blancs aussi savent jouer au basket. #WhiteMenCanJump

 

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

73

20,3

3,8

5,8

47,5

40,5

En carrière

647

13,3

2,9

4,8

47,1

36,3

Les + : Finisseur hors pair sous les arceaux / Shooteur solide de loin

Les – : Aucune dégaine (il est blanc ET slovène, si ça c’est pas un manque de street cred) / Défense parfois suspecte / Passeur et créateur moyen pour un meneur

47 – Brook Lopez (Brooklyn Nets)

Pivot – 2,13m – 124kg – 29 ans – Drafté en 2008

Le frère de Robin « Tahiti Bob » Lopez (allez voir ca sur google image vous comprendrez mieux) joue certes pour une des équipes les plus dramatiques de la ligue mais n’en reste pas moins un joueur solide, voir bien costaud. S’il est plus proche du plot que de la muraille de Chine en défense, il peut faire perdre son short à n’importe quel joueur ayant le malheur de défendre sur lui de l’autre côté du terrain. Capable de cartons offensifs impressionnants, il compense son manque de jump et d’explosivité par une technique extrêmement sûre lui ayant permis de développer un shoot à 3 points plus que correct, ajoutant une nouvelle corde à son arc déjà bien garni. Mais malgré son gabarit de mammouth (un beau bébé de 2,13m pour 124kg tout de même), il est trop régulièrement blessé. Un colosse aux pieds d’argile et à la défense en bois.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

75

20,5

5,4

2,3

47,4

34,6

En carrière

562

18,6

7,1

1,5

50,6

32,8

Les + : Attaquant aux mains d’or / Fidèle aux Nets malgré leur marasme sportif

Les – : Défend moins bien qu’un joueur moyen de Nationale 3 / Corps de cristal

46 – Devin Booker (Phoenix Suns)

Arrière – 1,98m – 93kg – 20 ans – Drafté en 2015

70. Si on devait résumer le petit Devin (21 ans seulement…) en un seul chiffre, ça serait sans aucun doute celui-ci. Pour ceux qui l’ignorerait, cela ne correspond pas au nombre de kilos en trop de Kendrick Perkins mais bel et bien au nombre de points marqués par l’arrière des Suns le 24 Mars dernier face aux Celtics. Cette gigantesque performance n’a fait que renforcer les attentes autour d’un joueur dont le potentiel semble immense mais qui n’arrive pas encore à faire gagner son équipe. Shooteur diabolique de loin, il est capable de coups de chaud hallucinants et il est taillé pour la NBA moderne. Le futur lui appartient, reste maintenant à se renforcer sur les autres aspects de son jeu pour être le joueur dominant que tout le monde lui promet de devenir.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

78

22,1

3,2

3,4

42,3

36,3

En carrière

154

18

2,8

3

42,3

35,4

Les + : Scoreur fou / Shooteur incandescent de loin / Marge de progression affolante

Les – : Incapable de faire gagner son équipe pour le moment / Trop unidimensionnel

45 – Trevor Ariza (Houston Rockets)

Ailier – 2,03m – 97kg – 31 ans – Drafté en 2004

Ailier titulaire des Rockets depuis trois saisons, Ariza est le lieutenant de James Harden depuis autant de temps. Solide défensivement, fiable au shoot, le voyageur (6 franchises en carrière) est celui sur qui on peut compter, qui ne surprendra pas, dans le bon comme dans le mauvais sens. Trevor Ariza se troue rarement mais ne plante pas souvent 35 points. Régulier dans ses performance. Il n’est pas celui à qui l’on donne beaucoup de responsabilités en attaque mais on peut toujours compter sur lui pour faire le sale boulot. Le genre de joueurs toujours précieux et qu’on aime avoir à ses côtés. Grand pour un ailier, Ariza peut se décaler à l’intérieur pour jouer plus rapidement mais l’âge avancé de ses jambes ne le font plus courir comme avant, ce qui pénalise les Rockets qui apprécient le jeu ultra-rapide.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

80

11,7

5,7

2,2

40,9

34,4

En carrière

875

10,5

4,8

2,1

42,6

35,1

Les + : Solide défensivement / Régulier / Lieutenant parfait

Les – : Limité dans sa palette offensive / Moins rapide qu’avant / Discret

44 – Nicolas Batum (Charlotte Hornets)

Ailier – 2,03m – 90kg – 28ans – Drafté en 2008

Si vous voulez la définition du mot « polyvalence », on vous présente Nico Batum. Le frenchie ne tournera jamais à 25 points de moyenne et fait rarement des pointes élevées au scoring mais sa capacité à tout faire sur un parquet est essentielle pour mener une franchise à la victoire. S’il a signé un contrat à 120 millions de dollars l’été dernier, ce n’est pas pour rien. Charlotte compte sur lui pour l’avenir et c’est un bon choix. Batum est une valeur sûre sur l’aile en NBA. On l’attendait au tournant cette saison après la signature de son nouveau bail et il n’a pas déçu. Malgré des résultats collectifs délicats, Batman, très très bien épaulé par Kemba Walker, a porté les Hornets. Pour la première fois auteur de plus de 15 points par match sur une saison, l’ailier français continue de progresser et c’est tout bon pour les années à venir. Si Charlotte n’a pas un avenir brillant, Nic Batum n’en est en aucun cas responsable.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

77

15,1

6,2

5,9

40,3

33,3

En carrière

628

12,1

5,3

3,7

43,6

35,7

Les + : Sa polyvalence / Valuable

Les – : Shoot extérieur peu fiable / Pas très clutch

43 – Harrison Barnes (Dallas Mavericks)

Ailier – 2,03m – 95kg – 24 ans – Drafté en 2012

Dans l’ombre de Stephen Curry, Klay Thompson, Draymond Green voire Andre Iguodala au cours de ses saisons à Golden State, Harrison Barnes a profité de son transfert vers Dallas, l’été dernier, pour éclore et prouver à pas mal de monde qu’il avait la capacité d’élever son niveau de jeu et qu’il pouvait endosser plus de responsabilités. Titulaire depuis son arrivée dans la ligue il y a 5 ans, Barnes a gardé des moyennes de rebonds et de passes similaires à celles qu’il avait chez les Warriors mais a considérablement augmenté son volume de shoot en en prenant 7 de plus en moyenne par match. Cependant, il n’a pas vu son pourcentage diminuer et il en a surpris quelques uns en portant les Mavericks cette saison, surtout sur la période post-All Star Game.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

79

19,2

5

1,5

46,8

35,1

En carrière

386

11,9

4,7

1,5

45,3

37

Les + : Sens du collectif / Capable de tourner à 20 points par match / Solide défenseur

Les – : Incapable de se créer son shoot / Shoot extérieur à développer

42 – Kristaps Porzingis (New York Knicks)

Ailier Fort – 2,21m – 108kg – 21 ans – Drafté en 2015

Du haut de ses 21 ans et de ses 221 centimètres, le grand letton impressionne. Après deux petites saisons dans la ligue, Porzingis s’est imposé comme l’option 1 bis chez les Knicks et devrait vite devenir la plaque tournante de New York après le départ probable de Carmelo Anthony cet été. Dans une ville où la pression n’est pas que dans les bars, Porzingis a prouvé qu’il a les épaules pour s’imposer comme un élément important de la reconstruction opérée (avec quelques difficultés) par Phil Jackson. Melo devrait partir et le beau Kristaps devra se muer en leader la saison prochaine. Une perspective qui ne devrait pas effrayer le letton qui sera sûrement épaulé par un bon lieutenant qui devrait arriver en échange d’Anthony. Plus de responsabilités, plus de stats, plus d’influence. Porzingis a pas mal d’atouts pour s’imposer comme un intérieur majeur de la NBA. Mais l’important, ce ne sont pas les cartes, c’est ce que vous en faites.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

66

18,1

7,2

1,5

45

35,7

En carrière

138

16,1

7,3

1,4

43,6

34,6

Les + : Sa jeunesse synonyme de potentiel / Mobile pour sa très grande taille / Intérieur moderne

Les – : Peu clutch / Peu de passes décisives pour son style de jeu / Letton

41 – C.J.McCollum (Portland TrailBlazers)

Arrière – 1,93m – 90kg – 25 ans – Drafté en 2013

Confortablement installé aux côtés de Damian Lillard au sein du backcourt des Blazers, C.J.Mcollum poursuit sa progression et forme avec son pote la deuxième plus forte paire d’arrières d’un point de vue offensif. Moins talentueux que Lillard, McCollum est là pour lâcher des bombes et profiter des espaces libérés par son meneur. 20ème marqueur de la ligue cette saison, l’arrière arrivé tard en NBA (à 22 ans) est très fiable sur son shoot malgré un gros volume de tir. Amusant, McCollum a le meilleur pourcentage aux lancers-francs de toute la ligue cette saison. De l’autre côté du terrain, le Blazer est blasé et ne comptez pas sur McCollum pour arrêter un défenseur. Son association avec Lillard effraie dans la ligue et l’arrivée de Nurkic permet à Portland de varier ses offensives et l’arrivée d’un ailier de talent leur ferait le plus grand bien.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

80

23

3,6

3,6

48

42

En carrière

260

15,9

2,6

2,8

45,9

41,3

Les + : Son shoot extérieur ultra fiable / La diversité de ses shoots

Les – : Une défense en mode passoire / Jeu peu diversifié

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut