[Top 50] Qui sont les meilleurs joueurs de la NBA ? [2/7]

La rédaction d’En Tribunes a bossé. Pour vous, nous avons classer les joueurs NBA pour vous proposer notre Top 50 des meilleurs éléments de la ligue. Évidemment, il est difficile de comparer des joueurs aux postes différents et aux responsabilités plus ou moins importantes. Notre classement est forcément subjectif. Nous avons voulu classer les joueurs dans l’ordre dans lequel nous les choisirions pour remporter un titre NBA, objectif ultime du sportif de haut niveau. Certains choix choqueront, décevront ou feront un buzz énorme sur la toile. Nous savons que ce classement peut remettre en cause la vie paisible que nous menons. Qu’importe, il fallait faire ce classement. Pour vous.

Pendant une semaine, vous pourrez suivre l’évolution de ce classement. Aujourd’hui, voici nos choix de la 40ème à la 31ème place. Enjoy.

40 – Andrew Wiggins (Minnesota Timberwolves)

Ailier – 2,03m – 90kg – 22 ans – Drafté en 2014

Son duo avec Kart-Anthony Towns est annoncé depuis le début de leur association comme le duo du futur. Aussi prometteur soient-ils, les deux joueurs ne font toujours pas gagner des Wolves que l’on attend depuis deux saisons un peu plus haut. Minnesota déçoit et le décollage est plutôt lent pour les deux compères. Cependant, les deux sont très forts individuellement et si Karl-Anthony Towns est l’un des meilleurs pivots de la ligue, Wiggins est son lieutenant. Drafté par les Cavs en 2014 en première position puis échangé, dans la foulée, contre Kevin Love, Andrew Wiggins tourne tout de même à plus de 23 points cette saison et sa progression est constante année après année. Les Wolves ont un bel avenir mais il ne pas falloir trop tarder non plus. Il manque des victoires à Wiggins pour qu’il se classe plus haut dans notre classement. Doté de qualités athlétiques rares et bon provocateur de fautes, Wiggins doit s’acheter un shoot extérieur cet été car ses lacunes dans ce domaine le limite terriblement dans une NBA de plus en plus tournée vers la ligne des 3pts. Le canadien doit passer un cap en défense et devenir celui qu’on annonçait comme un défenseur très solide avant sa draft.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

82

23,6

4

2,3

45,2

35,6

En carrière

245

20,4

4,1

2,1

45

32,9

Les + : Bon scoreur / Qualités athlétiques rares / Gros potentiel / Un seul match manqué en 3 saisons

Les – : Ne gagne pas de match / N’a jamais appris à shooter

39 – Hassan Whiteside (Miami Heat)

Pivot – 2,13m – 120kg – 27 ans – Drafté en 2010

L’histoire de Hassan Whiteside est totalement folle. Drafté en 33ème position en 2010 par les Kings, le pivot ne fait pas son trou derrière DeMarcus Cousins et est coupé après deux saisons à Sacramento. A l’époque, il tournait 1,5 point et 2,1 rebonds de moyenne en 19 matchs joués sur deux saisons. C’était la blackside d’Hassan. Mais après deux saisons blanches, il signe à Miami et explose. Whiteside s’impose comme un des rouages essentiels du Heat et enchaine trois saisons à plus 10 points, 10 rebonds et 2 contres de moyenne. Incroyable pour celui qui avait plus d’avenir dans la belote coinchée que dans le basket il y a à peine trois ans. Aujourd’hui leader d’une équipe aux bords des playoffs, Whiteside continue d’impressionner. Avec Dragic, ils ont porté le Heat à une neuvième place insoupçonnable en début de saison. Il est l’un des meilleurs rim-protector de la ligue et a gobé le plus de rebonds cette année. La belle histoire.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

77

17

14,1

0,7

55,7

/

En carrière

217

13,6

11,4

0,4

58,5

/

Les + : Protection du cercle / Vrai beau rebondeur / Une histoire qui ferait couler une larmichette

Les – : Pas si fort en défense sur l’homme / Record en carrière à la passe décisive : 3

38 – Carmelo Anthony (New York Knicks)

Ailier – 2,03m – 108kg – 32 ans – Drafté en 2003

Avec son pote Chris Paul, Melo est LE looser du 21ème siècle. Incapable de porter une équipe, les qualités de franchise player du Knick sont sans cesse remises en cause. Melo peut-il gagner un titre NBA en étant la première option ? Clairement non. Clairement plus. Quand il est chaud, il fait encore partie de l’élite des attaquants NBA. Doté d’un shoot de grande qualité, l’ailier est une passoire en défense. Ses qualités offensives peuvent encore aider un bon paquet d’équipes dans la course au titre mais il ne faut pas compter sur lui pour porter une franchise. Il changera d’horizon cet été et on ne serait pas étonné de le voir débarquer vers une équipe qui vise les sommets (coucou les Clipps). A 32 ans, Melo a besoin de changer d’air pour conclure une carrière qui mérite mieux. Ses dernières années avec New York ont été délicates. Knicks amers.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

74

22,4

5,9

2,9

43,3

35,9

En carrière

976

24,8

6,6

3,1

45,2

34,6

Les + : Un grand attaquant / Grande variété offensive

Les – : Capricieux / Passoire / Séparation avec La La qui mérite bien mieux que ça

37 – Avery Bradley (Boston Celtics)

Arrière – 1,88m – 81kg – 26 ans – Drafté en 2010

A l’image du fils de cousin Eugène aux fêtes de famille ou d’une bonne gastro, il est compliqué de se débarrasser d’Avery Bradley. Toujours dans les pattes de son attaquant, l’arrière des Celtics s’impose, saison après saison, comme un des meilleurs défenseurs de la ligue et soulage parfaitement Isaiah Thomas dans une tâche délicate pour son leader. Bradley incarne, avec ses potes Marcus Smart ou Jae Crowder, l’esprit rugueux des Celtics. Lorsque les trois sont alignés, mieux vaut jouer à l’intérieur.  Bradley ne fera jamais gagné un titre à lui tout seul à une franchise mais il est le genre de joueur qu’il est préférable d’avoir avec soi. On apprécie son impact offensif grandissant mais lorsqu’il parvient à couper une action par son intensité défensive, il revient à ses premiers Z’amours. Tex Avery Bradley Cooper d’action.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

55

16,3

6,1

2,2

46,3

39

En carrière

413

12,1

3,1

1,7

44,2

36,6

Les + : Immense impact défensif / Nom facile pour les jeux de mots / Progression offensive

Les – : Corps en mousse / Incapacité à se créer son shoot / Petit

36 – Eric Bledsoe (Phoenix Suns)

Meneur – 1,85m – 86kg – 27 ans – Drafté en 2010

Celui que l’on surnomme mini-Lebron en raison de ses qualités athlétiques hors du commun n’est malheureusement pour lui pas encore au niveau de son glorieux ainé des Cavs à qui il est comparé, mais il n’en est pas moins un des meneurs les plus explosifs et dominants de la ligue. Son physique de bulldog peut lui permettre de marcher sur n’importe quel défenseur ayant le malheur de se mettre en travers de sa route, et il est également un défenseur plus que correct capable d’étouffer son adversaire direct. Après avoir été barré par Chris Paul aux Clippers pendant ses premières saisons, son transfert chez les Suns l’a transfiguré et l’a installé dans le gratin mondial du basket. Mais si son niveau individuel n’est évidemment pas à remettre en cause, son corps le lâche trop souvent et ses genoux inquiètent au plus au haut point dans l’Arizona. Il manque trop de matchs pour être un véritable franchise player et porter son équipe qui galère dans les bas-fonds de la ligue depuis trop longtemps maintenant. Cependant, son association à l’arrière avec Devin Booker (dont le profil est dispo plus haut dans le classement) fait saliver tous les fans des Suns, et l’avenir peut leur appartenir si les blessures ne les handicapent pas comme actuellement.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

66

21,1

4,8

6,3

43,4

33,5

En carrière

418

13,1

3,8

4,6

44,4

33,4

Les + : Physique de monstre / Meneur complet

Les – : Corps en mousse / Shooteur moyen de loin

35 – Bradley Beal (Washington Wizards)

Arrière – 1,96m – 93kg – 23 ans – Drafté en 2012

Formant avec John Wall un des backcourt les plus excitant et dynamique de la ligue, Bradley Beal est aujourd’hui sans contestation possible un des meilleurs arrières de la NBA. Capable d’immenses coups de chauds offensifs, il peut faire feu de tout bois et planter du gros puntos sur toutes les défenses de la ligue. Véritable artificier de loin, il est le parfait penchant sur le terrain d’un Wall incroyable à la passe. Il a malgré tout lui aussi connu bons nombres de blessures ayant freiné sa progression ces dernières années, mais il a rassuré tout son monde cette année et notamment pendant des playoffs réussis à titre personnel bien que finis sur une mauvaise note collective et une élimination face aux Celtics. Cependant, il semble parfois se marcher un peu sur les pieds avec Wall, et la hiérarchie n’est pas toujours bien définie entre les deux, ce qui nuit à l’alchimie de l’équipe. Les rumeurs autour d’une mauvaise ambiance dans le vestiaire des Wizards liées aux chamailleries entre les deux compères ont pollué le quotidien des joueurs de la capitale toute la saison et doivent être réglées pour que l’équipe franchisse un cap.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

77

23,1

3,1

3,5

48,2

40,4

En carrière

324

17,7

3,6

3,1

44,1

39,9

Les + : Palette offensive ultra large / Shooteur à 3 pts d’élite

Les – : Blessures à répétition / Entente hors terrain moyenne avec Wall

34 – Kyle Lowry (Toronto Raptors)

Meneur – 1,83m – 92kg – 31 ans – Drafté en 2006

Comme pour Beal, Lowry forme un duo impressionnant avec un DeMar DeRozan qui le complète parfaitement. Les deux joueurs sont de solides All-Star qui porte leur franchise depuis de nombreuses saisons maintenant, atteignant notamment les finales de conférence (perdues logiquement face à Lebron) l’an dernier. Bon scoreur, passeur sérieux et ayant enfin perdus ses kilos superflus, Lowry est un top meneur NBA à l’heure actuelle sur un poste ultra concurrentiel, et il a même été sacré champion olympique en 2016 avec son pote DeRozan. Mais l’autre point commun que partage les deux dinosaures de Toronto c’est celui de craquer totalement dès que l’odeur des playoffs se fait sentir. C’est une habitude depuis plusieurs saisons maintenant, et cette année n’a pas dérogé à la règle. Lowry tout comme DeRozan explose complètement quand l’enjeu s’invite au rendez-vous. Les deux David Craquette les plus célèbres de la NBA récitent le même show tous les ans : forts en saison régulière, podium de conférence assuré, puis craquage en règle dans les matchs couperets. Quelque chose ne va pas chez ces Raptors, et malgré un niveau individuel plus que sérieux depuis des années, Lowry doit passer un cap mental pour aller chercher la bague de ses rêves.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

60

22,4

4,8

7

46,4

41,2

En carrière

713

14,3

4,1

5,8

42,4

36,4

Les + : Scoreur / Enfin affûté / Shooteur fiable

Les – : Une fragilité mentale comparable à celle d’une fillette de 8 ans (et on est dur avec la fillette en question) / N’a plus de marge de progression

33 – DeAndre Jordan (Los Angeles Clippers)

Pivot – 2,11m – 120 kg – 28 ans – Drafté en 2008

Souvent raillé à son arrivée dans la ligue à cause des parpaings qu’il envoie avec une régularité impressionnante sur la ligne des lancers-francs, il a énormément progressé  depuis sa draft par les Clippers en 2008 et fait parti des meilleurs pivots de la grande ligue à l’heure actuelle. Meilleur rebondeur en 2014, meilleur pourcentage au tir en 2013 et 2014, All Star cette année et même champion olympique l’été dernier, Dede possède sur le papier toutes les caractéristiques pour être considéré comme un très grand pivot de la NBA. Mais il y a un mais. Car si l’ami Dede est bel et bien un énorme rebondeur, une machine à contrer et une vraie menace défensive, sa panoplie offensive est proche du néant et il marque la quasi-totalité de ses points sur des offrandes près du cercle de Chris Paul, et notamment sur alley-oop. Sans ce brave CP3 et sa capacité à envoyer du caviar à la louche la moyenne de points de Jordan chuterait considérablement, bien qu’elle ne soit déjà pas immensément haute. Il faut malgré tout reconnaître à Dede une vraie force de caractère puisqu’il a longtemps été considéré comme incapable d’évoluer en NBA avant de finir All Star, et il est le symbole de tous ces joueurs qui exploitent à fond leurs qualités. Extrêmement athlétique, il dunke sur tout ce qui bouge (pour ceux qui en douterait aller donc voir cet assassinat en règle sur le pauvre Brandon Knight ) et gobe des rebonds à foison. Il possède aussi malheureusement la fâcheuse tendance d’être absolument incapable de rentrer le moindre lancer franc, et on aurait aisément pu construire une deuxième muraille de Chine avec toutes les briques envoyées depuis le début de sa carrière. #PassionMaçon

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

81

12,7

13,8

1,2

71,4

/

En carrière

673

9,1

10,1

0,7

67,7

9,1

Les + : Qualités athlétiques hors normes / Excellent rebondeur et contreur / Menace défensive

Les – : Aucun shoot / Incapable de marquer autrement que sur alley oop ou rebond offensif / A atteint son potentiel max

32 – Kemba Walker (Charlotte Hornets)

Meneur – 1,85m – 78kg – 27 ans – Drafté en 2011

Décevant collectivement avec ses Hornets que l’on attendait plus haut, Kemba Walker a néanmoins sorti une vraie belle saison, encore en progression par rapports aux exercices précédents. A 26ans, Walker est le leader offensif des Hornets et il forme avec Nico Batum un duo sur qui les dirigeants de Charlotte peuvent compter pour l’avenir. Kemba est un des meilleurs meneurs à l’Est et sa présence au dernier All Star Game en est la preuve. Il fait partie du haut du panier et doit mieux défendre pour faire revenir les Hornets en playoffs. L’avenir n’est pas tout rose à Charlotte mais Walker et Batum sont des valeurs sûres. Le meneur de jeu est toujours très solide, son shoot extérieur s’améliore saison après saison et il tourne toujours entre 5 et 6 passes décisives de moyenne. Il faudra augmenter un peu ses moyennes partout et que les dirigeants fassent venir un intérieur de qualité pour que Walker gagne quelques places dans notre classement.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

79

23,2

3,9

5,5

44,4

39,9

En carrière

443

18,4

3,9

5,4

41,1

35,1

Les + : Clutch / Grosses qualités offensives / Sa complémentarité avec Batum

Les – : Sa taille / Sa défense douteuse / Pas assez de passes pour un gros meneur

31 – Joël Embiid (Philadelphia Sixers)

Pivot – 2,13m – 113kg – 23 ans – Drafté en 2014

Peut-on avoir joué seulement 31 matchs dans sa carrière et être présent parmi les 40 meilleurs joueurs de la NBA ? Mais évidemment ! Après deux saisons blanches, Joël Embiid a enfin joué et a régalé tout le monde cette saison. Préservé par son coach avec 25 minutes par match et blessé après seulement une trentaine de rencontres, Jojo n’a pas eu besoin de plus de temps pour redonner espoir aux Sixers Fans et donner un maximum de plaisir à tous les fans de basket. Hyper talentueux sur le parquet, Embiid est un homme totalement fantasque et fantaisiste et ça, c’est la NBA qu’on aime. Capable de faire souffrir n’importe quel défenseur de la ligue, le pivot des Sixers est un adepte de la danse et de la galéjade et ça, on apprécie énormément chez En Tribunes. Malgré un nombre de matchs joués faible, Joël Embiid a régalé tout le monde sur et en dehors des terrains et des cadeaux comme ça, on prend tous les jours. Noyeux Joël.

STATS

Matchs

Points

Rebonds

Passes décisives

Shoots %

3pts %

Cette saison

31

20,2

7,8

2,1

46,6

36,7

En carrière

31

20,2

7,8

2,1

46,6

36,7

Les + : Facile sur le parquet / Encore plus sur un dancefloor / La classe / Une belle coupe de cheveux

Les – : 31 matchs en 3 saisons, c’est peu

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *