Semaine noire pour le foot français

L’indice UEFA en PLS. Le compte rendu de la semaine européenne des clubs de Ligue 1 ne fait pas bonne pub au championnat. Une seule victoire en six matchs pour deux nuls et trois défaites. Le bilan est très faible au vu des adversaires qu’affrontaient les équipes françaises.

Paris, seule satisfaction

Les joueurs de Thomas Tuchel avaient à coeur de montrer leurs ambitions européennes après leur déroute à Anfield.  L’Étoile Rouge était apparemment difficile à bouger, avec de gros gabarits et une mentalité de guerrier. Le PSG a balayé tout ça en fournissant certainement leur match le plus abouti de la saison. Une balade collective, un récital de Neymar et un score qui rappelle de mauvais souvenirs à ses coéquipiers (6-1). Même dans l’engagement, les parisiens ont été irréprochables mercredi soir. Le club de la capitale montre qu’il est un prétendant sérieux au Graal européen. Jusqu’à ce qu’il s’écroule au premier obstacle venu.

Les Olympiques déçoivent

Les lyonnais ont une liste avec le nom des clubs contre qui il faut tout donner. On y trouve Manchester, Paris, Marseille ou encore Saint-Étienne. Le Shakhtar Donetsk n’en fait évidemment pas partie, ce n’est qu’un vulgaire club ukrainien. Résultat : 60 minutes du niveau d’un club qui lutte pour se maintenir en National et une dernière demi-heure où l’OL peut en planter 4. Entre la fierté d’être remonté au score après un déficit de deux buts et le sentiment d’avoir tout de même perdu deux points gratuits. On ne change pas une équipe bipolaire. Conscient de la mauvaise prestation de son homologue Olympique, Marseille s’est dit qu’il fallait faire tout le contraire. Les hommes de Rudi Garcia ont donc naturellement laissé leurs adversaires revenir au score après avoir mené 2-0. Logique implacable.

Un « grand » championnat ?

L’Espagne, l’Italie, l’Angleterre, l’Allemagne et enfin la France. Dans les « Cinq grands championnats » l’hexagone fait pâle figure au niveau européen. En attestent les performances de Monaco, Bordeaux et Rennes, bien en dessous de ce qu’on peut espérer du top niveau français.

La défaite monégasque était à prévoir et, malgré une première mi-temps convenable, les joueurs du Rocher ont fini par craquer face à Dortmund (0-3). Monaco peut d’ores et déjà oublier la qualification pour les huitièmes et viser la Ligue Europa. Un objectif moins glorieux mais logique tant que les ambitions financières du club passeront avant le sportif. Les Girondins en sont quant à eux à deux défaites en autant de matchs d’Europa League. Face à Copenhague, les bordelais se sont procurés des occasions mais n’ont pas su concrétiser et ont été crucifiés en fin de match par le réalisme danois (2-1). Après leur défaite à Prague lors de la première journée, les joueurs de Ricardo compromettent encore leurs chances de qualification. Pour conclure cette semaine pauvre en football, le Stade Rennais s’est fait surprendre à Astana (2-0) pour enchaîner une quatrième défaite consécutive TCC. 5 000 kilomètres parcourus pour ça, quand même…

Cette semaine, la Ligue 1 n’était pas un des « Cinq grands championnats », ni la « Ligue des talents » et à au contraire justifier les critiques qu’elle suscite. Difficile de tenir la comparaison face aux autres pays, l’Italie a même fait carton plein en Champion’s League cette semaine. La France reste bien cantonnée à la cinquième place du classement UEFA et est plus proche de ses poursuivants que de ceux qui la devancent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *