Sans briller, Paris colle le tarif à Amiens

Qui les stoppera ? Dixième match de championnat et dixième victoire pour les hommes de Thomas Tuchel. Au Parc des Princes, contre une équipe amiénoise quasi transparente, les joueurs de la capitale se sont imposés sans forcer 5-0. Un succès qui permet au PSG de conforter sa place de leader.

Une histoire de têtes

En l’absence de Meunier, Silva et Neymar, tout trois mis au repos par Tuchel, le PSG a connu un début de match poussif. Pas vraiment dangereux, les champions de France en titre s’en sont remis à leur capitaine de l’après-midi. D’une superbe tête croisée, Marquinhos a repris un modèle de corner d’Angel Di Maria pour donner l’avantage aux siens (1-0 12e). Scénario similaire trente minutes plus tard. Sur un nouveau délice de corner signé Angel Di Maria, Adrien Rabiot s’est offert son deuxième but de la saison d’un coup de tête croisé (2-0 42e).

Très peu en vue dans le jeu, le PSG a géré une deuxième mi-temps pendant laquelle les Amiénois ne se sont montrés que trop rarement dangereux . Alphonse Aréola a seulement eu l’occasion de se mettre en évidence au retour des vestiaires. Le troisième gardien des Bleus a sorti un double arrêt, sur Moconduit puis Ghoddos à bout portant (47e). Pressant de plus en plus haut, les hommes de Christophe Pélissier ont laissé des boulevards aux attaquants parisiens. Peu inspirés et manquant de justesse dans les dernières passes, ces derniers nous ont offert un bien piètre spectacle pendant la première demi-heure de la deuxième mi-temps.

Il aura fallu attendre les dix dernières minutes pour voir le leader de Ligue 1 enfoncer le clou et bien exploiter les espaces. C’est d’abord un débordement de Kehrer suivi d’un centre de ce même Kehrer qui ont offert un but tout fait à un Julian Draxler étrangement seul pour placer sa tête au point de pénalty (3-0 80e). A peine le temps de donner le coup d’envoi que le prodige Mbappé inscrivait son neuvième but de la saison d’une frappe toute en finesse glissée entre les jambes de Guano (4-0 82e). Et puis cerise sur le gâteau, le but de Moussa Diaby, seulement âgé de 19 ans. Au terme d’un contre favorable et un joli crochet dans la surface, le jeune ailier a trompé Gurtner d’une frappe croisée (5-0 87e). Propre.

Trop facile

Pas un seul instant on a cru au retour amiénois. Au dessus dans tous les domaines, les hommes de Tuchel ont posé le pied sur le ballon, se reposant sur leurs individualités quand il s’agissait de faire la différence. Virvoltant, Di Maria a livré une excellente prestation ponctuée par deux passes décisives. Très actif sur son aile gauche, il a martyrisé le pauvre Krafth et tout le côté droit de la défense picarde. Au milieu, Verratti et Rabiot ont rassuré, tandis que la charnière Marquinhos-Kehrer a fait le taf. En vérité, le seul point d’ombre de ce match s’apparente l’étonnante discrétion d’Edinson Cavani. El Matador a notamment manqué l’immanquable face au but vide sur un centre parfait de Bernat (43e). Avec cinq buts en sept matchs de championnat, Cavani apparait bien loin de ses standards. On chipote un peu mais méfiance tout de même.

Journée après journée, le PSG étend un peu plus sa domination sans partage sur le football français. Une moyenne de 3,7 buts marqués par match, un match sur deux sans prendre de buts, le PSG semble plus que jamais intouchable. De plus, dans ses rangs, le club de la capitale possède un certain Kylian Mbappé. Statistiquement parlant, « tête de noisette » est le joueur le plus décisif parmi les cinq grands championnats (9 buts et 3 passes décisives). Cet après-midi, malgré un match moyen, le natif de Bondy y est quand même allé de son but. Plus les semaines passent et plus on se demandent qui pourra stopper Mbappé et Paris dans l’exploit incroyable qui serait de remporter tous ses matchs de championnat. Contre Amiens, Paris a fini le premier quart du travail.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *