Pourquoi Romain Grosjean va faire gagner Liverpool en Ligue des Champions

Demain aura lieu la grande finale de la Ligue des Champions entre Liverpool et le Real Madrid. Si la majorité des bookmakers mise sur une victoire merengue, la rédaction d’En Tribunes a pu jeter un coup d’oeil dans sa boule de cristal. On vous dit ce qu’on a vu.

Samedi matin, pendant que les oiseaux siffleront et que les enfants ouvriront doucement leurs petits yeux, Romain Grosjean prendra son petit déjeuner à la veille du grand prix de Monaco. Il est 10h lorsque le Français attaque son pain aux raisins. C’est le moment choisi par Hubert Fouchardeau, simple serveur à l’hôtel Hermitage, où réside Grosjean pour le week-end, pour glisser une dose d’une substance verdâtre dans le verre de jus d’orange pressée.

Il s’agit là d’une noisette de “Faruqia”, la drogue du berger. Un simple contact entre cette substance et un corps humain et la folie vous prend pendant plus de 30 heures consécutives. Fouchardeau justifiera son geste ainsi : “Mon frère Igor travaille pour la société qui fabrique les barrières de sécurité du Grand Prix. L’entreprise est dans le dur. Vu les antécédents de Grosjean, j’ai eu peur qu’il percute quelques barrières. S’il venait à en casser quelques unes, ce qui est probable, mon frère pourrait perdre son job. J’espère qu’il va abandonner avant les qualifs.”

Les nausées ne freinent pas Romain

Justification compréhensible mais l’acte est radical. Conséquence, Romain Grosjean, a quelques nausées à la sortie de l’hôtel. Sur le chemin vers le circuit monégasque, pour les qualifications, des troubles de la vision apparaissent. Mais Romain est un grand garçon et pas question d’abandonner. Sur la piste, il peine à rouler droit, il sort de piste mais parvient à y revenir. Les spectateurs n’y voient que du feu. Mais d’un coup, une grande douleur dans le plexus surprend le pilote, qui prend de la vitesse, perd le contrôle de son véhicule et fonce tout droit sans pouvoir tourner.

Dans un océan de poussière et d’étincelles, sa voiture sort du circuit et contre toute attente, n’est pas arrêtée par les barrières. Romain Grosjean panique, son véhicule se retrouve dans les ruelles monégasques ! Sans contrôler quoi que ce soit, il se retrouve sur l’autoroute A8 et s’endort à sur son volant. Par chance et sans explication rationnelle, il traverse l’Italie, la Slovénie et la Hongrie pour rejoindre Kiev et le stade Olympique. Tout cela à plus de 280 kilomètres par heure. Mais Romain payera ses PV plus tard.

A 19h38, sa voiture approche du stade où se jouera la finale de la Ligue des Champions. Il roule sur un amas de pneus sur un chantier de rénovation d’un nouveau club échangiste, ce dernier lui fait office de tremplin et les joueurs du Real Madrid voient alors une ombre géante au dessus de leur tête. Marcelo s’exclame alors : “Oh, un bolide qui vole”. En brésilien ça donne : “Um bolidao que volao”. L’engin atterrit alors sur Cristiano Ronaldo et Luka Modric, immédiatement transporté vers l’hôpital le plus proche.

A une heure du match, Zinédine Zidane n’est pas autorisé à modifier sa compo et se retrouve dans l’obligation d’aligner neuf joueurs. Coup dur pour le Real Madrid, qui s’incline 1 but à 0 sur une frappe venue d’ailleurs de Sadio Mané. Liverpool soulève la Ligue des Champions.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *