[Sports oubliés] La boule lyonnaise

C’est le début d’une nouvelle série d’articles qui commence cette semaine. Football, sports extrêmes, rugby, tennis, … Tous ces sports qui nous entourent on les connaît mais depuis quand existent-ils ? D’où viennent-ils ? Qui les a inventé ? Pour comprendre tout cela il faut faire un bond dans le passé. Retourner à l’époque où on parlait breton partout en Bretagne, où on parlait basque partout au Pays Basque, où la France était marquée par des régions distinctes de part leurs cultures. Les différents patois allaient bon train et les cultures étaient propre à ces régions. Travailler était vital mais se divertir était essentiel. Et au fil du temps on a vu apparaître différents loisirs, des jeux et du sport. L’adaptation de certaines règles suivant les régions et la déformation des pratiques ont mené à des jeux complètements différents. Qu’ils soient encore pratiqués ou tombés dans l’oublie voici un tour de France des sports traditionnels.

Commençons sans plus attendre avec un sport qui trouve son origine dans l’Est Lyonnais au XVIIIè siècle et qui appartient aujourd’hui à la Fédération Française des Sport de Boules. La Boule Lyonnaise à su traverser les époques sans vraiment s’imposer sur la scène nationale et internationale. Toutefois on relève de nos jours environ 50 000 licenciés qui permettent de faire vivre ce sport et l’histoire culturelle de la France.

Un point historique

L’histoire de ce sport est imprécise et difficile à retracer. Toutefois, des éléments clés nous permettent d’en analyser les évolutions. Cette pratique serait apparue à la fin du XVIIIè siècle dans la région lyonnaise. Elle a donc pris le nom familier de « boule lyonnaise » mais on la retrouve aussi sous le nom plus officiel de « jeu de boule » ou « jeu national ». Ce serait les tisserands de la soie de Lyon appelés « canuts » qui en auraient démocratiser la pratique. De nos jours, certains l’appellent « la longue » pour la distinguer de la « pétanque provençale » (article à venir). C’est en 1850 qu’on retrouve une trace officielle de cette pratique. On parle alors de « sport » et la première société officielle est créée. Les premiers championnats apparaissent par la suite et le sport se repend. L’Est et le Sud-Est de la France s’adonne à cette pratique. On retrouve même des terrains à Paris. La discipline s’organise au niveau régional puis national. Aujourd’hui la boule lyonnaise appartient à la Fédération Française des Sports de Boules. Les pratiquants ont même entrepris des démarches pour montrer la boule lyonnaise aux côtés de la pétanque aux Jeux Olympiques de 2024.

Règles

Pour comprendre en quoi consiste ce sport et comprendre en quoi il se distingue des autres sports de boule il est nécessaire de faire un petit point sur les règles:

Terrain

  • 27,50 m de long et de 2,5 à 4 m de large

  • 1 zone centrale de 12,5 m de long dans laquelle se déroule le jeu

  • 2 zones, une à chaque extrémité de 7,5 m dans laquelle le joueur prend son élan pour lancer la boule

Règles

  • en doublettes (2 joueurs) ou quadrettes (4 joueurs)

  • le but est d’arriver le plus proche du cochonnet comme à la pétanque sauf que les boules sont plus grosses et plus lourdes sur un terrain plus grand

  • il y a des pointeurs et des tireurs sauf que pour tirer il faut tomber dans un rayon de 50cm autour de la boule avant de la tirer. (voir vidéo)

Disciplines

Il existe des épreuves de tir progressif et tir rapide dans lesquelles il faut juste tirer mais entre chaque tir il faut parcourir les 27,5 m du terrain pour pouvoir tirer dans l’autre sens en un temps déterminé. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

De nos jours, on voit apparaître du renouveau dans la boule lyonnaise. Des championnats du monde sont organisés tous les deux ans en alternance avec les championnats européens. Les pays majeurs sont la France et l’Italie mais on voit de plus en plus apparaître des pays d’Europe centrale comme la Croatie. Au niveau mondial, la Chine arrive en force surtout au niveau féminin. On peut voir que ce sport a un certain succès car il est diffusé sur la chaîne l’Equipe. Aujourd’hui ce sport fait partie de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

Un ancien sport régional qui refait surface.

Amateur de sport extrême, quand il cherche un glacier, c’est pas pour prendre un cornet vanille-pistache mais pour le descendre en snowboard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *