Paris, l’écume des sourds

L’été dernier, l’espoir d’une finale européenne attirait Neymar et Kylian Mbappé. En ce mois de mai, alors que le Real Madrid et Liverpool s’affronteront le 26, le Paris Saint-Germain s’est imposé le 8, en finale de Coupe de France face aux Herbiers. Neymar était venu à Paris pour chatouiller l’Europe, il a observé hier ses coéquipiers dominer un club de National. Triste vie.

Les supporters parisiens espéraient abattre Cristiano Ronaldo et son armada merengue. Ils se contenteront de Sébastien Flochon et sa clique. Hier soir, les Herbiers ont été vaillants mais ont logiquement cédé à la 26e minute de jeu face à des parisiens évoluant deux gros crans au dessus d’eux. Giovani Lo Celso a au moins un Kévin Rocheteau dans chaque orteil et c’est avec grâce que l’artiste argentin a glissé le cuir dans le petit filet droit de Matthieu Pichot pour ensevelir les dernières lueurs d’espoir sous la pelouse du Stade France. Paris a soulevé hier soir sa quatrième Coupe de France consécutive. En quatre ans, le PSG a remporté 17 des 19 compétitions nationales sur lesquelles il était engagé. On mise une partie de notre PEL que les dirigeants parisiens auraient troqué volontiers quelques uns de ces trophées contre un dernier carré européen.

Les Herbiers c’est bien, le Real, ç’aurait été mieux

Parce que ce PSG ne boxe pas dans la même catégorie que les autres, il doit aspirer à jouer dans la cour des très grands. En sept saisons de gouvernance qatarie, Paris a toujours échoué avant les demi-finales de la Ligue des Champions. Le constat est navrant, fou. Ce club aux ambitions aussi grandes que les boulevards laissés dans le dos de Layvin Kurzawa, échoue année après année. Cette saison, la défaite lors de la double confrontation face au Real n’a rien de honteuse sur le papier. Perdre face au double et probable futur triple tenant du titre, rien de plus normal. Mais le football ne se joue pas sur le papier. A l’abord de cet affrontement, Paris n’était pas favori mais n’avait pas l’apparence d’un outsider non plus. Il y aurait dû avoir du spectacle, des étincelles. Il n’y aura jamais eu match. Et le PSG, qui devait être confronté au gratin continental en ce début d’été aura passé ses milieux de semaine automnales sur son canapé.

Saison réussie ?

La question de la réussite ou de l’échec de la saison parisienne se pose forcément. Si on ne peut pas parler d’échec cuisant au vu de l’armoire à trophée bien garnie grâce à une razzia nationale, évoquer une réussite serait enjoliver un exercice délicat. Unai Emery paye les pots cassés d’une déconvenue dont il n’est pas le seul responsable. Il y a du ménage à faire dans l’effectif. Les Verratti, Motta, Silva, Kurzawa, aussi talentueux qu’ils soient, semblent en fin de cycle et souffler radicalement un vent de fraîcheur pourrait faire passer un cap psychologique à ces parisiens, dont les limites mentales se font ressentir au fil des phases finales européennes.

Le PSG avance, mais pas au rythme envisagé. Il grandit. En comparant l’effectif des parisiens à celui des Reds, qualifiés pour la finale de la Ligue des Champions, on se demande quel joueur, mis à part Salah, serait titulaire dans le club de la capitale. Peu. Mais une coupe aux grandes oreilles ne se soulève pas avec une addition de joueurs talentueux mais avec une cohérence. Paris a mis cette cohérence sur la bande d’arrêt d’urgence en fonçant sur l’autoroute censée conduire au sommet continental. Mais Paris n’est pas sur le bon chemin. Il faut d’abord bâtir une équipe, qui grandira. Brûler les étapes, se voir plus gros que le boeuf, Paris est allé plus vite que la musique. L’été sera déterminant pour voir la direction que le club prendra.

Le PSG peut gagner autant de titres nationaux qu’il le peut, il sait qu’il sera jugé sur son parcours en Ligue des Champions. Avec les arrivées de Neymar et Mbappé, il n’y a plus d’excuse. Paris doit éclabousser l’Europe.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *