Nos pronostics NBA

La NBA est de retour, l’occasion de vous présenter les pronostics de la rédaction sur la saison 2016-2017.

pronos

Champion NBA

Bien que les cavaliers soient tenants du titre et qu’ils aient conservé la même ossature que la saison passée, une équipe porte une énorme pancarte de favori dans le dos cette année et il ne s’agit pas de la troupe de LBJ, mais bel et bien des finalistes déchus, les Golden State Warriors. Ces derniers ont réalisé le gros (l’énorme?) coup de l’été en ramenant dans leur rang le MVP 2014 Kevin Durant, ce qui offre un 5 majeur au potentiel effrayant et comme la ligue n’en a jamais vu. Les Cavs devraient toujours jouer les épouvantails à l’Est tandis que les Spurs seront assurément au coude à coude avec Golden State. Le titre devrait, sauf surprise, revenir à une des ces trois franchises. Du côté des outsiders, on peut noter le bel été des Celtics avec les arrivées de Al Horford et Gerald Green, la draft de Jaylon Brown et le maintien d’une ossature solide. Les Pacers peuvent jouer les troubles-faits grâce à leur superstar Paul George. A l’Ouest, les Clippers paraissent toujours aussi imposants mais ils déçoivent depuis quelques saisons. A voir.

champion

Cleveland Cavaliers / Golden State Warriors

Louis : Cleveland Cavaliers

Ce sera un doublé. Les Golden State Warriors échoueront une nouvelle fois en finale (4-2).

Léo : Golden State Warriors

On ne va pas faire original pour faire original. On le sait, si les Warriors parviennent à trouver une osmose, ils casseront tout et il vont y parvenir.

Nico : Pour moi, il sera quasi impossible de vaincre cette armada qui a tout pour renouer avec l’ivresse d’un titre après celui de 2015, et ainsi offrir à Durant sa première bague.

Most Valuable Player

L’arrivée de Kevin Durant aux Warriors change évidemment complètement la donne puisque les deux derniers lauréats se retrouvent désormais au sein de la même équipe et leur chance de les voir soulever le trophée de MVP en fin de saison se sont donc fortement réduites. Cependant, en cas de nouvelle saison record des Warriors, il n’est pas impossible de voir l’un de ces deux superbes joueurs l’emporter à nouveau. Autre candidat naturel, le King d’Akron, Lebron James of course. Déjà vainqueur à quatre reprise de la plus prestigieuse récompense individuelle, on sait qu’il se concentre  désormais quasi exclusivement sur les playoffs et s’il ne faut jamais sous-estimer celui qui vient de porter les Cavs au titre il y a quelques mois de cela, il ne se détache pas de ses concurrents. Dans un autre registre, Russell Westbrook et James Harden devraient pouvoir soigner leurs stats individuelles dans des équipes où ils auront carte blanche pour jouer tous les ballons en attaque, mais une potentielle victoire dans cette course au MVP ne peut passer que par une très grosse saison collective et on peut légitiment douter de la capacité des Rockets ou d’OKC à accrocher un top 4 à l’Ouest. Paul George est un autre outsider solide qui peut coiffer tout ce beau monde au poteau s’il parvient à reproduire ses fabuleuses lignes de stats de l’an passé et à porter Indiana aux premiers postes de la conférence Est. Enfin, le cas Kawhi Leonard. Si les Spurs arrivent une fois de plus à atteindre le top 2 à l’ouest, celui qui a déjà été élu défenseur de l’année pourrait compléter sa collection avec un trophée plus prestigieux encore.

mvp

LeBron James / Kawhi Leonard

Louis : LeBron James (Cleveland Cavaliers)

Cleveland dominera cette année, à l’image d’un LeBron en feu. Stephen Curry et Russell Westbrook compléteront le podium.

Léo : Kawhi Leonard (San Antonio Spurs)

Les Spurs devraient finir derrière Golden State mais Curry et Durant se partageront des points pour le MVP. Leonard sera au coude-à-coude avec LeBron.

Nico : Kawhi Leonard (San Antonio Spurs)

Le peu médiatisé mais très talentueux ailier des Spurs devrait sortir une grosse saison et San Antonio jouera à coups sûrs les premiers spots de la conférence Ouest.

Most Improved Player

Certainement le trophée le plus dur à prédire, tant il est compliqué d’anticiper quel joueur explosera au cours de la saison à venir. Pour commencer, même s’il n’existe aucune règle l’interdisant, il est monnaie courante de considérer qu’il est logique pour un sophomore de progresser assez largement en comparaison de son année rookie, ainsi il semble peut probable que la récompense reviennent aux Towns, Booker, Russell et autres Turner.

Ces dernières années le profil du MIP est souvent le même : le joueur jusqu’alors titulaire solide devenant en l’espace d’une saison candidat au All-Star Game, ou du moins à un très gros contrat. En général, donc, des joueurs entre leur troisième et leur sixième année. Plusieurs profils ressortent : Marcus Smart, qui peut profiter d’une éventuelle grosse saison de Boston, Kentavious Caldwell-Pope qui a la confiance totale de son coach Van Gundy aux Pistons, Jabari Parker qui peut confirmer toutes les attentes placées en lui depuis sa draft, Dennis Schröder qui doit profiter de son nouveau statut de titulaire pour exploser, Rodney Hood qui va bénéficier de la blessure de Gordon Hayward pour gratter des minutes, ou encore Aaron Gordon, Otto Porter, Harrison Barnes, Clint Capela, Zach LaVine…

mip

Justice Winslow / Jabari Parker / Dennis Schröder

Louis : Justice Winslow (Miami Heat)

Le jeune ailier du Miami Heat va éclore après le départ de Dwyane Wade et s’imposer comme un nouveau roi dans la franchise. Justice sera faite!

Léo : Dennis Schröder (Atlanta Hawks)

Le meneur des Hawks va éclore. Dans l’ombre de Jeff Teague depuis ses débuts à Atlanta, le jeune allemand a attendu son heure pour montrer au grand public qui il est vraiment. Le petit casse-cou va devenir un grand aventurier. Dennis Brogniart.

Nico : Jabari Parker (Milwaukee Bucks)

De retour, le jeune ailier de Milwaukee a tout pour explosé. Au sein d’une franchise où il devrait avoir pas mal de responsabilités, Jabari Parker devrait montrer l’étendue de son talent.

Coach

Si les deux équipes amenées à dominer les conférences Est et Ouest (à savoir les Cavs et les Warriors) devraient ainsi posséder les bilans les plus clinquants en fin de saison, il semble toutefois compliqué pour Tyronn Lue et Steve Kerr de mettre la main sur cette distinction, pour la simple et bonne raison qu’ils disposent d’effectifs tellement imposants que remporter leurs conférences respectives ne peut être que l’objectif minimal pour ces deux formations.

Quand on regarde les lauréats des années passées on s’aperçoit qu’il s’agit souvent de coachs à la tête de formations promises aux bas-fonds de la ligue (ou du moins à ne pas jouer les Playoffs) et qui parviennent à faire mentir les pronostics. On peut ainsi penser à Mike Malone, Dave Joerger, Frank Vogel ou Erik Spoelstra, sans oublier des coachs à l’identité de jeu bien définie comme Tom Thibodeau et Mike D’Antoni qui seront dans le débat en cas de saison réussie dans leur nouvelle franchise.

coachs

Brad Stevens / Terry Stotts / Fred Hoiberg

Louis : Fred Hoiberg (Chicago Bulls)

Il va réussir à diriger un effectif plutôt compliqué avec des joueurs à gros caractères et permettre à Chicago de retrouver le haut du classement, parmi les meilleurs.

Léo : Terry Stotts (Portland TrailBlazers) juste devant Brad Stevens (Boston Celtics)

Damian Lillard va être grandiose, les Blazers vont suivre et finiront dans le top 5 à l’ouest. Stotts peut avoir le trophée qui récompense souvent une équipe qu’on n’attendait pas.

Nico : Brad Stevens (Boston Celtics)

Le coach de Boston profitera de la grosse saison celte pour glaner le trophée. Les Verts peuvent talonner Cleveland à l’Est et leur coach y sera pour quelque chose.

Sixième Homme

Il n’est pas toujours aisé de savoir quels joueurs seront éligibles dans cette catégorie car elle dépend entre autres des bouleversements des lineups, des blessures, etc. Cette course au 6ème homme est essentiellement basée sur la moyenne de points et les performances offensives, et à ce petit jeu là on peut tout de même définir quelques favoris. Pour commencer, comment ne pas nommer l’inusable Jamal Crawford, qui n’est plus tout jeune mais qui représente peut être la plus grande menace offensive en sortie de banc de la ligue. Autre profil intéressant, celui de Brandon Jennings, qui peut profiter de la fragilité physique de D-Rose pour enflammer le Garden. Dans le même registre de combo-guard sorti du banc on peut également citer Brandon Knight qui peut être l’auteur de sacrés cartons quand l’adresse est au rendez vous, ou bien encore Cory Joseph. Mais comme un Raptor peut en cacher un autre, on oubliera pas Patrick Patterson qui aura certainement son mot à dire. Autre intérieur et véritable machine à double-double en sortie de banc (même si sa défense est plus proche de celle d’un plot que d’un joueur NBA), Enes Kanter peut avoir sa carte à jouer, de même que le vieillissant mais toujours aussi tranchant grizzly Zach Randolph. Enfin, deux autres favoris sont deux ailiers capables de tout faire sur un terrain, Andre Iguadola qui mènera la second unit de Golden State, et Evan Turner qui devra confirmer à Portland son gros contrat signé cet été.

6th

Evan Turner / Enes Kanter / Jamal Crawford

Louis : Jamal Crawford (Los Angeles Clippers)

Les années passent mais le titre ne change pas de propriétaire et ça ne sera pas cette année que Jamal Crawford, toujours aussi intéressant aux Clippers, se fera battre.

Léo : Enes Kanter (Oklahoma City Thunder)

Le moustachu turc devrait scorer en back-up de Steven Adams. Ses stats et sa belle moustache lui permettront d’obtenir le trophée de meilleure progression.

Nico : Evan Turner (Portland TrailBlazers)

Dans le sillage d’un jeune backourt, l’ancien celtic à tout pour justifier son nouveau contrat en sortie de banc à Portland. Sa polyvalence aidera les Blazers a franchir un cap.

Rookie

La blessure longue durée de Ben Simmons l’écarte bien évidemment de la course, mais un autre Sixer pourrait venir rafler la mise en la personne du fantasque Joel Embiid. Le camerounais a pour lui d’évoluer dans une équipe faible (ce qui est toujours très important pour qu’un rookie puisse s’exprimer pleinement et réaliser une saison aboutie), mais la grosse inquiétude concerne son physique qui reste fragile et qui peut le priver de nombreux matchs et donc du trophée. Dans les autres candidats, on retrouve Kris Dunn le meneur des Wolves, Buddy Hield le shooteur fou des Pelicans, le 3ème choix de la dernière draft Jaylen Brown ou encore Jamal Murray.

rookie

Brandon Ingram / Kris Dunn

Louis : Brandon Ingram (Los Angeles Lakers)

Le deuxième choix de la draft va permettre aux Lakers d’éviter la casse. L’ailier sera récompensé par le titre de Rookie de l’année et dans quelques années, il fera parti des meilleurs de la ligue à son poste.

Léo : Kris Dunn (Minnesota Timberwolves)

La blessure de Ben Simmons a tout changé. L’australien ne jouera sûrement pas suffisamment pour espérer le titre de Rookie de l’année. Le meneur de Minnesota, Kris Dunn va gravir les longues marches petit à petit pour arriver au sommet. Kris Dunn du Pilat.

Nico : Brandon Ingram (Los Angeles Lakers)

Le tout jeune (et frêle) ailier des Lakers Brandon Ingram semble le mieux armé pour décrocher le titre de ROY. Accompagné des jeunes Russell, Clarkson et Randle, le 2ème choix de la dernière draft n’aura pas la pression des résultats pour s’épanouir et claquer une belle saison.

Défenseur

Dans cette catégorie par contre le suspens ne devrait pas être au rendez-vous et un (immense) favori se détache : il s’agit bien sûr du double tenant du titre Kawhi Leonard qui ne devrait (sauf blessure qu’on ne lui souhaite pas) pas être inquiété. Quelques joueurs pourraient venir jouer les troubles fêtes comme bien entendu Draymond Green ou encore DeAndre Jordan.

defense

Avery Bradley / Kawhi Leonard

Louis : Kawhi Leonard (San Antonio Spurs), juste devant Dwight Howard (Atlanta Hawks)

Après avoir remporté le titre deux années consécutives (2015 et 2016), l’ailier des Spurs va réaliser le triplé après un combat acharné avec Dwight Howard, qui va littéralement renaitre du côté de sa nouvelle franchise (Atlanta Hawks).

Léo : Avery Bradley (Boston Celtics)

Prenons des risques, soyons fous messieurs. L’arrivée de Al Horford va permettre à Boston de gravir un palier et la principale force de l’armée verte sera sa défense. Avery Bradley sera le leader défensif, à la manière du Genius chez les Kuz’n’ko.

Nico : Kawhi Leonard (San Antonio Spurs)

Leader de San Antonio, Leonard devrait faire la passe de trois. Au sein d’une franchise qui ne devrait pas être loin de la première place à l’Ouest, le discret Kawhi est tout simplement le meilleur défenseur du monde et cela a tout pour durer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *