NBA : 2 mois en 6 actes fous

Depuis deux mois, la NBA a repris ses droits pour notre plus grand bonheur. Après cette période de fêtes, En Tribunes vous offre sa sélection des 6 actes les plus marquants de cet exercice 2016-2017. Retour sur six nuits particulièrement folles.

7 novembre : Steph Curry envoie 13 flèches derrière l’arc

La saison NBA a repris depuis moins de deux semaines et le double MVP en titre annonce la couleur. Il ne sera pas un simple lieutenant de Kevin Durant. Alors que les Warriors affrontent les Pelicans d’un Anthony Davis très solide, Steph Curry prend feu dès l’entre deux et il n’y avait pas d’extincteur à l’Oracle Arena.

stephen-curry-record-breaking-13-threes

 

On le savait monstrueux à 3 points, il nous a montré qu’il était plus que cela. Alignant les records les uns après les autres dans ce domaine, le meneur de Golden State a encore sévi en battant le record de shoots à 3 points marqués en un match. 13. 13 sur 17 même. Intraitable. Curry continue d’affoler les compteurs avec record qui marque les esprits. Avant ce match face à New Orleans, il appartenait à trois hommes : Donyell Marshall avec les Raptors en 2005, Kobe Bryant en 2003 avec les Lakers et un certain Steph Curry en février. Les trois hommes avaient rentré 12 tirs longue distance. A noter que Marshall avait eu besoin de 19 tentatives quand Kobe avait shooté 18 fois.

Avec son 76,5% à 3pts sur ce match, Curry entre encore un peu plus dans la légende. Si l’on va chercher les cinq meilleures performances de loin avec une adresse supérieure à 70%, on trouve Steph Curry à la première place (13 shoots rentrés sur 17, soit 76,5%), à la seconde place (12/16 soit 75% contre OKC en février), à la troisième place (11/15 soit 73,3% à Washington en février également) et à la cinquième place (11/13, soit 84,6% au Madison Square Garden de New York en 2013). Pour l’anecdote, la quatrième place est prisée par une bonne connaissance de Curry, un certain Klay Thompson, pas trop mauvais quand il s’agit de dégainer derrière l’arc.

23 novembre : Kevin Love, c’est que de l’amour

Kevin Love n’a pas trainé. Face à Portland fin novembre, l’ancien T-Wolve a pris feu comme une allumette qui entrerait en contact avec le soleil. Auteur de 34 points dans le premier quart-temps, Love a signé la seconde plus grande performance au scoring dans un quart-temps de l’histoire de la NBA, rien que ça.

kevin-love-34-points-first-quarter

L’alliage d’une défense laissée au vestiaire et d’un ailier fort à la main aussi chaude qu’une bouillotte un soir de grippe nous a offert douze minutes folles. A 11 sur 14 au shoot, K-Love a fait frissonné la Q-Arena de Cleveland et des millions de fans NBA.

Dans l’histoire, Love se place juste derrière Klay Thompson qui avait abattu des Kings totalement perdus en janvier 2015. A 100% aux tirs (13/13 dont 9/9 à 3pts), l’arrière des Warriors avait été immense. Kevin Love l’a été aussi.

5 décembre : Klay Thompson sert le feu en 29 minutes

Kobe Bryant a dû avoir chaud quand il a vu que Klay Thompson totalisait 60 points lorsque le buzzer du 3ème a retenti à l’Oracle Arena. Heureusement pour l’ancienne gloire des Lakers, Steve Kerr a préféré couvé son arrière pendant le dernier acte, alors que la victoire face aux Pacers était déjà actée. Auteur de 60 points en 29 minutes, on peut imaginer que le numéro 11 aurait pu en rajouter 20 lors des douze dernières minutes et ainsi titiller les 81 points de Kobe Bryant inscrits en janvier 2006.

klay-thompson

29 minutes seulement. C’est le temps qu’il aura fallu à Klay Thompson pour détruire les Pacers et mettre les Warriors sur orbite. Parmi tous les joueurs de l’histoire ayant joué moins de 30 minutes, Larry Bird était le meilleur scoreur avec 43 unités. Thompson l’a pulvérisé. A 21 sur 33 au shoot dont 8 sur 14 de loin et 10 sur 11 aux lancers, Thompson sort la plus belle performance de sa carrière au scoring et est, encore aujourd’hui, celui qui a le plus marqué cette saison en un match.

Il est difficile de placer Thompson au dessus des Kevin Durant, Russell Westbrook, Stephen Curry ou James Harden quand on parle de scoreurs indéfendables dans la ligue mais l’arrière de Golden State est sûrement celui qui est le plus apte, lorsqu’il prend feu, à détruire le mur du son avec des pointes hallucinantes.

9 décembre : Russell Westbrook voit triple pour la 7ème fois consécutive

Au soir du mercredi 23 novembre, Russell Westbrook vient tout juste de s’incliner sur le parquet des Kings de Sacramento. Troisième défaite consécutive pour Oklahoma City, la septième en neuf rencontres. Personnellement, le meneur du Thunder a frôlé le triple-double avec 31 points, 11 rebonds mais 9 passes décisives. Il ne le sait pas encore mais il va passer ses 7 prochains matchs à survoler la NBA et marquer l’histoire.

45efcfd0786ded622aebb351cd2fb3a3_crop_north

A Noël, Russell Westbrook ne déguste pas la dinde, il la croque à pleine dents. Croquer, c’est sa passion et la rencontre à Denver ne dérogera pas à la règle. Avec 25 tentatives pour 9 petits shoots rentrés, on ne peut pas dire que l’ogre du Thunder a été adroit. Mais le résultat est incontestable : une victoire sur le parquet des Nuggets et un triple-double monstrueux avec 36 points, 11 rebonds accompagnés de 17 passes décisives.

6 matchs et autant de triple-double plus tard, Westbrook entre dans l’histoire de son sport avec un 7ème match consécutif avec 3 catégories statistiques supérieures à 10 unités. Le numéro 0 est un gladiateur toujours affamé. Russell Crocs.

10 décembre : La propreté a un nom, elle s’appelle Chris Paul

Ils sont trois dans l’histoire de la NBA a avoir déjà distribué 20 passes décisives sans perdre un seul ballon. Chris Paul est le seul à avoir ajouter 20 points à cette performance stratosphérique. Face à New Orleans, son ancienne franchise, CP3 a régalé. D’une propreté rare, le meneur des Clippers a permis à son équipe de s’imposer tranquillement (133-105) face aux Pelicans privés d’Anthony Davis ce soir là.

chris-paul-20-20-record

La bulle dans les pertes de balle est la chose qui fait le plus plaisir à Paul : « Après chaque match, c’est la première chose que je regarde. Je prends pas mal de fautes techniques à cause de ballons perdus qui ne devraient pas l’être. »

Encore auteur d’une grosse saison avec 18 points et presque 10 passes décisives par match, le maestro de L.A. perd moins de ballons que la saison dernière. Pour briser son image de looser, il faudra que ses coéquipiers soient au niveau. En chute libre depuis quelques matchs, les Clippers doivent réagir ou ils se feront encore humilier en playoffs, comme dab. Chris Paul Pogba.

31 décembre : James Harden vous souhaite une belle année

Pour fêter le passage à la nouvelle année, on peut passer sa soirée entre amis, en famille ou bien seul à regarder des ventriloques ukrainiens sur le plateau de Patrick Sébastien. De son côté, James Harden a opté pour une autre option, celle de l’irrespect avec un match de mammouth remporté face aux Knicks (129-122). Le barbu termine le match avec 53 points, 17 passes et 16 rebonds. Sale. Très sale. Beaucoup trop sale.

harden-knicks-1

Aucun joueur, dans l’histoire de la NBA, n’avait déjà posé un triple double avec au moins 50 points, 15 passes et 15 rebonds. James Harden l’a fait. Il aura fallu tout ça pour arracher la victoire à domicile face aux Knicks privés de Kristaps Porzingis, Courtney Lee et Carmelo Anthony en cours de match. Les Rockets se sont imposés de 7 petits points mais l’essentiel est là : Harden vient de finir l’année 2016 avec une performance historique.

James Harden est le premier à réaliser une telle performance et devrait le rester bien longtemps. Dans Sensualité, Axelle Red disait « Oh, stop, un instant. J’aimerais que ce moment fixe pour des tas d’années, ta sensualité ». Sensuelle barbe rousse.

 

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *