Marseille de retour dans le bain

La Ligue Europa fait son retour ce jeudi soir, avec trois clubs français en lice. Bordeaux, Rennes, et Marseille sont présents dans une compétition européenne souvent bradée. Pourtant, l’année dernière, la C3 a fait beaucoup de bien à l’OM, qui s’était hissé en finale. Même si cela semble plus difficile cette saison, les Marseillais souhaiteraient faire aussi bien, voire mieux.

Avant que Benjamin Pavard ne devienne célèbre par sa « frappe de bâtard », et la mélodie qui rentre dans la tête qui va avec, ce petit air était rendu célèbre par les supporters de l’Olympique de Marseille. « Jean-Michel Aulas, on va la gagner chez toi », disaient-ils. La finale étant à Lyon, le symbole eut été fort. Mais il n’en fut rien, car les hommes de Rudi Garcia ont été balayés par l’Atletico de Madrid (0-3). Il est difficile de savoir si ces mêmes fans ont déjà imaginé un chant pour Bakou, mais il semble déjà plus difficile de trouver quelque chose. Non seulement car il est normal de savoir moins de choses sur l’Azerbaïdjan que sur Lyon, mais aussi parce que le chemin sera sans doute plus compliqué à se frayer pour atteindre un stade de la compétition aussi élevé.

L’OM a hérité d’un groupe assez relevé au moment du tirage au sort. Avec la Lazio et l’Eintracht Francfort, la course à la qualification s’annonce périlleuse. L’Apollon Limassol est un adversaire largement à la portée des Olympiens, mais il faudra bien négocier l’entame de la compétition dès ce jeudi, face à l’équipe allemande. Pour cela, Marseille peut compter sur un effectif qui fonctionne toujours aussi bien offensivement. Avec un Payet revanchard, et un Thauvin sur un nuage après un titre de champion du Monde, Rudi Garcia a deux hommes capables de marquer, et de distribuer. La relation entre Payet et Mitroglou est bien huilée, et l’attaquant grec, s’il retrouve sa pleine confiance, pourrait bien se transformer en buteur providentiel. Avec Strootman et Luiz Gustavo, l’OM possède un milieu vraiment solide, et cela pourrait faire une différence pour récupérer des ballons. La ferveur du Vélodrome pourrait être, comme à chaque fois, un handicap pour les équipes adverses. Mais pour ce premier match, il sera vide. Conséquence du comportement lors de la finale au Groupama Stadium.

L’OM reste la meilleure chance française

Bien que dans un groupe compliqué, Marseille a une longueur d’avance sur Bordeaux et Rennes. Les Olympiens ont l’expérience de cette compétition, et la finale en mai dernier montre à quel point ils sont en mesure de gérer la pression de cette coupe d’Europe, et remonter des situations parfois perdues d’avance. C’est là que les Girondins et les Bretons ont un train de retard. Bordeaux traverse un début de saison difficile, avec un entraîneur parti pendant le mois d’août, et des résultats en Ligue 1 assez mitigés. Les Girondins restent tout de même sur une dynamique positive dans cette C3, avec plusieurs tours de qualification depuis juillet pour atteindre cette phase de poules.

Mais avec une dynamique positive, Bordeaux devra quand même se défaire d’une poule contenant plusieurs embuches. Avec Copenhague, le Zenit Saint Petersbourg, et le Slavia Prague, il faudra que l’équipe menée par Ricardo se batte pour se hisser en seizièmes de finale. L’équipe française qui a, au final, hérité du groupe le plus abordable est le Stade rennais. Avec Astana, Jablonec et le Dynamo Kiev, les Bretons auront des voyages à faire. Pour autant, la tâche semble loin d’être insurmontable pour les hommes de Sabri Lamouchi. Mais là encore, il s’agira de bien gérer ces nouveaux événements, ces nouveaux enchaînements de rencontres pour les Rennais. Il y a quatre ans, Guimgamp avait eu du mal, se qualifiant pour le tour suivant, tout en étant en grande difficulté en championnat trois jours après leurs matches européens. La vigilance devra donc être de mise à Rennes.

Des clubs prestigieux de sortie le jeudi soir

Outre les trois clubs français, des équipes habituées à la Ligue des Champions sont présentes pour jouer la C3 cette saison. Les grands favoris dans cette compétition seront sans conteste Chelsea, Arsenal et l’AC Milan. Il faudra également compter avec les formations espagnoles que sont Séville et Villareal. Leverkusen peut aussi jouer les troubles fêtes. Si certaines équipes sont ici pour une grande première, comme Dudelange, d’autres sont de réelles habituées, et savent jouer dans cette Ligue Europa. C’est le cas de Fenerbahçe, qui en plus de cela, joue dans un véritable chaudron, tout comme Besiktas.

Plus que jamais, cette Ligue Europa prend du galon. Elle est désormais loin d’être une coupe de compensation, avec des clubs exotiques, inconnus du grand public, qu’elle était à ses débuts. Avec les clubs qui viendront de la Ligue des Champions en février prochain, il faudra continuer de surveiller cette compétition, qui, chaque année, réserve son lot de surprises, et révèle des équipes, et confirme l’ascension européenne d’autres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *