L’ultraterrestre a encore frappé

Dans la nuit du 21 au 22 mai l’espagnol Kilian Jornet à gravit l’Everest en 26 heures. Cette ascension fait partie de son projet Summits of my life qui consiste à aller défier les records d’ascensions des plus hauts sommets sur tous les continents. A 29 ans et après le records de l’ascension du Mont Blanc, du Matterhorn, du Denali,de  l’Aconcagua et du Kilimandjaro, il ajoute le Mont Everest …De quoi peut-il rêver pour la suite ?

Une ascension hors norme

En choisissant une ascension par la voie nord, celle du Tibet, le champion d’ultratrail s’attaque au versant le plus difficile. Parti à 22h00 du monastère de Rombuk (2100 m), il a parcouru 3 800 mètres de dénivelé positif, dont 30 kilomètres de moraines, et 2 300 mètres d’ascension sur une pente à plus de 50 degrés. En seulement 26 heures il aura réussi l’exploit d’atteindre les 3848 mètres du toit du monde. Toutefois il n’a pas atteint l’objectif qu’il s’était fixé puisqu’à son retour, il s’est arrêté au camp de base avancé à 6500m.

Jusqu’à 7700m d’altitude, je me sentais bien, et tout s’est passé comme prévu. Ensuite, j’ai commencé à avoir des problèmes d’estomac, certainement dus à un virus. A partir de là, j’ai dû progresser plus lentement, et m’arrêter très  souvent pour récupérer. Malgré tout, je suis parvenu au sommet à minuit [le lendemain]

Bien entendu cet exploit s’est fait sans corde fixe ni bouteille d’oxygène. Sinon, le challenge est moins drôle.

Un entraînement unique

Pour pouvoir réaliser de tels exploits il faut un entraînement, comment dire, particulier. La semaine précédent le record, le catalan avait grimpé le Cho Oyu (8201 m). Il faut aussi dire que plus tôt auparavant il avait réalisé l’ascension du Mont Blanc deux fois en une seule journée, soit 6 700 m de dénivelé positif pour 12 heures d’effort. il est aussi plusieurs fois vainqueur de l’Ultra-trail du Mont Blanc.

Durant une grande partie de son ascension, Kilian Jornet a été accompagné de son compère et réalisateur savoyard Sébastien Montaz. Le film de l’exploit devrait sortir dans les semaines à venir et on attend encore la validation du record par les autorités tibétaines et chinoises.

Une deuxième ascension dans la même semaine

A peine le temps de comprendre que le record n’est pas accompli entièrement que Killian Jornet est reparti à l’assaut de l’Everest. Il est reparti le 27 mai à 21h du camp de base avancée (6500 m) pour revenir seulement 29 heures et 30 minutes plus tard.

Je suis tellement heureux d’avoir atteint le sommet à nouveau ! Aujourd’hui, je me sens bien, même si c’était vraiment venteux et que j’avais du mal à avancer vite. Monter deux fois l’Everest sans oxygène en une semaine ouvre un nouveau champ des possibilités en alpinisme.

En règle générale, les alpinistes acclimatés mettent 3 jours à effectuer ce parcours.

Mais où s’arrêtera-t-il ? Seul l’avenir peut nous le dire et nous allons continuer à le suivre.

Amateur de sport extrême, quand il cherche un glacier, c’est pas pour prendre un cornet vanille-pistache mais pour le descendre en snowboard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *