Les Clippers sont-ils maudits ?

Alors que les playoffs ont enfin commencé en NBA et que tous les amoureux de basket se lèvent au milieu de la nuit pour suivre les rencontres de la ligue nord américaine, pour une équipe, les saisons se suivent et se ressemblent. Les Los Angeles Clippers voient le même scénario se répéter inlassablement années après années : de très grands espoirs placés en eux en début de campagne, une saison régulière plutôt convenable avant de voir un de ses joueurs majeurs se blesser pour les playoffs, entraînant une élimination précoce décevante pour une équipe voulant se mêler à la course au titre. Simple malchance ou vraie mauvaise gestion de l’équipe, les Clippers peuvent-ils réellement remporter un titre dans les années à venir avec leur ossature actuelle ?

Un problème de blessures récurrent et rédhibitoire

Une fois n’est pas coutume, Blake Griffin va repartir faire un tour du côté de l’infirmerie des Clippers. Joueur fabuleux (qui a déjà fini 4ème du vote pour le titre de MVP en 2014, il faut le rappeler) lorsqu’il est en forme, il traîne comme un boulet un corps en cristal qui le lâche trop régulièrement. Il a passé sa première année NBA à soigner une fracture de fatigue au genou, et c’est cette fois son pied qui vient de lui jouer un vilain tour. Allez hop ! Circulez il y a rien à voir !  Pour la deuxième année consécutive, le rouquin dit adieu aux playoffs et laisse son équipe dans la panade. La poisse semble s’abattre sur ces Clipps qui possèdent pourtant avec Chris Paul un vrai franchise player, et deux All Star pour l’entourer en la personne de Griffin et son compère de la raquette DeAndre Jordan. Tout semble en place pour aller se bagarrer pour arracher une bague de champion mais cette équipe semble incapable de passer le palier nécessaire pour aller titiller les Cavs ou les Warriors.

Cette année avait pourtant tout pour changer la donne, et les coéquipiers de Chris Paul surfaient sur une belle série de victoires avant le début des playoffs et avaient fait le plein de confiance nécessaire pour enfin réaliser la grande campagne de postseason qu’ils sont capables de faire. Mais voilà, les blessures freinent systématiquement les joueurs de Doc Rivers et laissent la désagréable impression que cette équipe peut aller plus haut mais se prend toujours les pieds dans le tapis dans les moments qui comptent. Le timing est donc terrible pour les Clipps, qui venaient juste de reprendre l’avantage dans leur série face au Jazz, et qui même s’ils parviennent à passer ce tour, ont tout pour se faire désosser par les Warriors en demie-finale de conférence.

Pour autant, les blessures qui s’abattent sur l’effectif sont elles la seule explication aux piteux résultats en playoffs depuis plusieurs saisons ?

Un effectif déséquilibré et un collectif qui se cherche encore

Avoir trois All Star dans un effectif est un luxe que peu de franchises NBA peuvent s’offrir. Cependant, l’effectif présente des lacunes béantes qui les empêchent de passer un véritable cap que la direction semblent incapables de combler.

Tout d’abord il va falloir absolument que cette franchise trouve un véritable ailier capable enfin de rivaliser avec les monstres qui sévissent sur les parquets NBA à ce poste (LeBron James, Kevin Durant ou encore Kawhi Leonard pour ne citer qu’eux). Depuis des années, cette faiblesse des Clippers est connue de tous et est parfaitement exploitée par les autres franchises qui martyrisent les pauvres joueurs de LA sur les ailes. JJ Redick à l’arrière est aussi systématiquement dans le dur dès que les playoffs démarrent, et en fin de compte seul le leader Chris Paul semble au niveau lorsque les matchs couperets arrivent.

Le banc est d’une tristesse affligeante et si Jamal Crawford reste un formidable scoreur, il est un soliste qui ne sait pas faire une passe et qui peut arroser allègrement lorsque le coeur lui en dit. Austin Rivers est encore plus connu pour être le fils de son coach plutôt qu’un joueur dominant en NBA, bien qu’il ait progressé depuis son arrivée dans l’équipe de son père. Le père ? Justement parlons-en. Champion NBA avec les Celtics en 2009, Doc Rivers semble encore surfer sur son succès acquis il y a 8 ans et ne propose rien ou presque rien au coaching à L.A. Egalement président des opérations basket, il a accumulé les mauvais choix dans ces décisions et si l’effectif actuel semble bancal, il y est forcément pour quelque chose.

Une fois de plus, nos chers amis des Clippers vont certainement se retrouver en vacances plus tôt que prévu, et si la malchance liée aux blessures qui touchent les joueurs majeurs de l’équipe est une des explications de ces échecs répétés, il ne faut pas non plus omettre la responsabilité de la direction et plus particulièrement celle de Doc Rivers qui n’a pas su créer une vraie alchimie d’équipe autour du formidable joueur qu’est Chris Paul. Depuis moult saisons, maintenant cette franchise stagne et le noyau dur pourrait même exploser cet été avec la possibilité pour Blake Griffin et Chris Paul de se barrer loin du marasme angelino. Fan des Clippers, les beaux jours ne sont pas encore près d’arriver.

8 commentaires

  1. Hi there! This is my first visit to your blog! We are a team of volunteers and starting a new initiative in a community in the same niche. Your blog provided us useful information to work on. You have done a marvellous job!

  2. Simply want to say your article is as astounding. The clearness in your post is simply excellent and i can assume you’re an expert on this subject. Fine with your permission allow me to grab your feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please keep up the rewarding work.

  3. Excellent post. I was checking continuously this blog and I’m impressed! Extremely useful info particularly the last part 🙂 I care for such info much. I was seeking this particular information for a very long time. Thank you and good luck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *