[Un jour, une preview] Charlotte aux fraises ?

La NBA revient cette nuit, l’occasion pour la rédaction de vous proposer ses previews des 30 franchises. Si Laurent Delahousse présente « Un jour, un destin »,  En Tribunes sortira chaque jour, une preview, pendant un mois. La mèche en moins. Aujourd’hui, les Charlotte Hornets.

Principales arrivées : Michael Carter-Williams (Chicago) – Dwight Howard (Atlanta) – Malik Monk (Kentucky)

Principaux départs : Marco Belinelli (Atlanta) – Spencer Hawes – Roy Hibbert – Miles Plumlee (Atlanta) – Brian Roberts (Olympiakos) – Ramon Sessions (New York) – Briante Weber (LA Lakers)

Coach : Steve Clifford

Starting Five : Kemba Walker – Nicolas Batum – Michael Kidd-Gilchrist – Marvin Williams – Dwight Howard

Sur le banc : Cody Zeller – Jeremy Lamb – Malik Monk – Frank Kaminsky – Michael Carter-Williams – Johnny O’Bryant – Julyan Stone – Treveon Graham – Dwayne Bacon

Salaires : 

Point fort : Un 5 solide, un leader identifié

Costaud sur tous les postes, doté de vrai défenseurs et de joueurs intelligents capables de sublimer un collectif (coucou Nico Batum), le tout coaché par le très solide Steve Clifford, le 5 des Hornets a belle allure. Les joueurs sont polyvalents, complémentaires et jouent ensemble depuis quelques saisons maintenant, ce qui leur a permis de développer de nombreux automatismes. Cerise sur le gâteau, la franchise de Michael Jordan possède même un All-Star en la personne de Kemba Walker, qui est le véritable patron et leader de l’équipe. Sur un poste ultra concurrentiel, il n’a pas à rougir devant aucun autre meneur de la ligue et son apport offensif devrait encore excellent tout au long de la saison à venir. C’est à lui qu’incombera la tâche d’emmener Charlotte en playoffs et il en a les moyens.

Point faible : Appelez un docteur

Si vous venez d’obtenir votre diplôme de médecine et que vous traînez dans les environs de Charlotte, n’hésitez pas à passer chez les Hornets pour vous trouver un job, leur infirmerie est pleine à craquer et recrute à tour de bras pour soigner tout ce petit monde. En effet tous les ans c’est la même rengaine, un des titulaires de l’équipe se blesse gravement et pour une longue durée, obligeant Clifford a bricolé pour maintenir l’équipe à flot, et y arrive avec plus ou moins de succès. Et cette année rebelote, c’est Nico Batum qui est touché au coude et qui va louper un paquet de semaines de compétition alors même que la saison régulière n’a pas repris ! Il va falloir que le marabout qui s’acharne sur les Hornets se trouve une autre victime pour que les frelons puissent piquer de nouveau.

Le joueur à suivre : Dwight Howard

Plus trop en odeur de sainteté dans son ancienne franchise d’Atlanta, Superman (ou du moins ce qu’il en reste) a été tradé à Charlotte contre 3 Twix et 2 Bounty cet été, preuve que la côte de l’ancien meilleur défenseur de la ligue est au plus bas. Il est la plus grosse recrue de l’intersaison des Hornets et il peut trouver dans sa nouvelle franchise le cadre parfait pour (enfin) se relancer et retrouver le fil d’une carrière qui balbutie depuis son départ d’Orlando. S’il retrouve des couleurs, Charlotte aura réalisé un superbe coup et se sera trouvé ce poste 5 protecteur de cercle qui leur fait défaut depuis si longtemps. A l’inverse, si le grand Dwight ne réhausse pas son niveau de jeu, peut être ne pourra t-il tout simplement plus prétendre à une place de titulaire en NBA. A lui de jouer désormais.

Pronostic : 6ème à l’Est

Equipe solide et complète au possible, avec un vrai coach capable de mettre en place un collectif très intéressant et qui plus emmené par un Kemba Walker dans son prime, Charlotte a tout ce qu’il faut pour retrouver les playoffs. Les blessure peuvent freiner Nic Batum et cie, mais leur place se trouve malgré tout dans le top 8 à l’Est. Mais passer un tour de playoffs serait déjà une très belle réussite pour cette équipe qui ne peut pas aspirer à lutter avec les tous meilleurs pour le moment.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *