Chargement

La NBA revient dans peu de temps, l’occasion pour la rédaction de vous proposer ses previews des 30 franchises. Si Laurent Delahousse présente « Un jour, un destin »,  En Tribunes sortira chaque jour, une preview, pendant un mois. La mèche en moins. Aujourd’hui, les Toronto Raptors.

Principales arrivées :  K.J. McDaniels (Brooklyn) – C.J.Miles (Indiana) – O.G. Anunoby (Indiana University)

Principaux départs : DeMarre Carroll (Brooklyn) – Cory Joseph (Indiana) – Patrick Patterson (Oklahoma City) – P.J. Tucker (Houston)

Coach : Dwane Casey

Starting Five : Kyle Lowry – DeMar DeRozan – Norman Powell – Serge Ibaka – Jonas Valanciunas

Sur le banc : C.J. Miles – Lucas Nogueira – Jakob Poeltl – Bruno Caboclo – O.G. Anunoby- Delon Wright – K.J. McDaniels – Pascal Siakam – Fred VanVleet – Kyle Wiltjer – Kennedy Meeks – Alfonzo McKinnie

Salaires : 

Point fort : A l’Est, un cinq de qualité

Ce n’est un secret pour personne, l’écart de niveau entre la conférence Est et celle de l’Ouest est à peu près aussi grande que celle entre Teddy Riner et Mathieu Valbuena si les deux devaient un jour s’affronter sur un tatami (prions pour la famille Valbuena que ce jour n’arrive jamais). Dans ce contexte, le 5 majeur des Raptors dispose de suffisamment de talent pour qu’une place en playoffs soit le minimum vital à viser pour ces dinos.

Point faible : Cet été, le banc a disparu

Petit problème, si le 5 n’est pas vilain, le banc, quant à lui, est à peu près aussi sexy que le mono-sourcil d’Anthony Davis. C.J. Miles est l’arbre qui cache la forêt et les Raptors vont souffrir le martyr dès que leurs titulaires auront besoin de repos. L’été a détruit toute trace d’un joueur potable sur le banc de Toronto avec les départs des Tucker, Patterson & Co, et cela va rendre la saison des canadiens un tantinet compliquée.

Le joueur à suivre : DeMar DeRozan

Bien que Lowry ait signé un énorme contrat cet été pour prolonger son aventure dans le Nord, le vrai franchise player de ces Raptors est bel et bien DeMar DeRozan. Très complet des deux côtés du terrain, il porte son équipe à bout de bras avec son compère meneur depuis un paquet de saisons maintenant, et celle à venir ne devrait pas déroger à la règle. Scoreur naturel, ses lacunes au shoot restent sa seule vraie faiblesse, mais une faiblesse préoccupante dans la NBA moderne. Il va donc devoir progresser sur ce point là tout particulièrement pour continuer à faire de Toronto une place forte à l’Est. Et une paire de balloches en playoffs ne serait pas de trop.

Pronostic : 4ème de la conférence Est

Un cran en dessous des mastodontes de l’Est que sont les Cavs et les Celtics, les Raptors devraient toutefois se mêler à la lutte pour le top 4 à l’Est. Le banc, extrêmement faible, sera un vrai handicap mais leur 5 majeur à la fois solide et complémentaire doit leur permettre d’engranger quelques précieuses victoires et accrocher cette 4 ème place synonyme d’avantage du terrain au premier tour des playoffs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut