J.R. Smith : le trublion de la NBA en 5 actes cultes

Aussi connu pour ses qualités sur un parquet que pour sa folie en dehors, J.R. Smith nous régale chaque saison et la NBA ne serait pas la même sans ce genre de joueurs. En cinq épisodes déjà cultes, En Tribunes vous propose un portrait de cet original qui fait du bien.

Smith le parasite

8 avril 2015. Après une victoire dans la douleur (104-99) à Milwaukee, alors que le Big 3 des Cavs est en pleine interview post-match, J.R.Smith décompresse et vient montrer toute l’étendue de sa lourdeur devant les caméras.

 

 

Smith l’irritant

Janvier 2014. Nous sommes au tout début de l’année 2014, les fêtes viennent de passer et connaissant un peu l’animal, J.R.Smith n’a pas du boire que du Schweppes Agrumes. A peine remis de ses émotions, le brave J.R. a trouvé une astuce pour stopper ses adversaires : défaire leurs lacets. Maturité. Après une attaque sur Shawn Marion sur la ligne des lancers, Smith récidive quelques jours plus tard sur Dwight Howard. Il écopera de 50.000 dollars d’amende. Bien ouèj’ !

Smith le discret

11 juin 2015. A quelques heures de l’entre-deux du game 4 des finales NBA, Cleveland est en position de force avec le match 2 remporté à Golden State. Il n’en fallait pas plus pour J.R. Smith et son humilité pour débarquer à l’Oracle Arena en toute détente. Une arrivée en overboard et trois matchs perdus consécutivement plus tard, les Cavs sont vaincus. D’un point de vue statistique, son arrivée élégante aura permis à Smith de sortir un gros match 4 avec 4 points, à 2/12 aux shoots.

Smith le sociable

29 novembre 2016. En fin de 2ème quart-temps, alors que les Cavs sont menés à Milwaukee, J.R. Smith tape la discute avec Jason Terry, assis sur le banc des Bucks. Problème, le ballon est en jeu et Smith est censé jouer. Résultat, Tony Snell en profite pour marquer tranquillement et humilier ce bon vieux J.R.

Smith l’homme politique

Juin 2016. Après le titre remporté héroïquement face aux Warriors, les Cavs paradent dans les rues de Cleveland. Et là, tel le Corcovado au dessus de Rio, J.R.Smith apparait dans le ciel avec une pancarte hilarante. Sublime.

jr-smith-running-for-president-e1466620137870

 

BONUS : Smith le chorégraphe

Sa principale qualité n’est pas à trouver dans ses capacités sur le parquet. Si J.R.Smith est si bien rémunéré par les Cavaliers, c’est avant tout pour son talent de danseur et d’ambianceur. Petit florilège de ses plus belles chorégraphies et célébrations.

  • Le dab de la victoire
  • La « clutch dance »
  • La salsa du buzzer

 

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *