Isaiah Thomas, le nain vert est un géant

Du haut de ses 175 centimètres, Isaiah Thomas détruit les défenses NBA les unes après les autres cette saison. Scoreur, passeur et ultra-clutch sur les fins de match, le meneur des Celtics est immense. De quoi en faire un sérieux candidat au titre de MVP ?

Une arrivée en NBA rocambolesque

Drafté en dernière position en 2011 par les Kings de Sacramento, Isaiah Thomas débarque en NBA par la toute petite porte. Après deux saisons de découverte de la grande ligue en Californie, le meneur se révèle lors de l’exercice 2013-2014 où il compile 20,4 points et 6,3 passes de moyenne. Réputé pour avoir un bon feeling avec les jeunes joueurs (coucou Hassan Whiteside), les Kings ont la bonne idée d’échanger leur jeune meneur à Phoenix contre 7M de dollars et le 57ème choix de la draft 2013, Alex Oriakhi, licencié par le CSP Limoges quelques mois plus tard.

« Je suis frustré » avait alors déclaré DeMarcus Cousins. Tu m’étonnes ! Le pivot des Kings vient de perdre un potentiel All Star contre environ rien du tout. La frustration semble logique.450971679.0

Thomas arrive dans l’Arizona aux côtés de 4 autres meneurs ! Goran Dragic, Eric Bledsoe, Ish Smith et Tyler Ennis sont dans les pattes du lutin et ses statistiques en prennent un coup. IT perd 5 points et 3 passes de moyenne et sa venue chez les Suns ressemble de plus en plus à un échec.

Le 20 février 2015, après quatre petits mois passés sous le maillot orange et mauve (toujours sympa ces couleurs), Isaiah Thomas s’envole pour Boston. Les Celtics perdent Marcus Thornton et Tayshaun Prince dans un échange qui inclut Phoenix mais aussi Detroit et Cleveland.

Le meneur n’est pas titulaire une seule fois lors de la fin de saison 2014-2015 mais retrouve des standards statistiques qui lui correspondent (19 points et 5,3 passes par match).

La belle histoire de Thomas va se poursuivre dans des proportions que peu de monde aurait pu prévoir. Le nain va devenir géant.

La magie opère et L’IT Time devient un classique

L’adaptation aux systèmes de Brad Stevens se fait rapidement pour Thomas et son arrivée aux Celtics est un succès immédiat. Le meneur joue les 82 matchs de la saison 2015-2016 et compile 22,2 points et 6,2 passes par rencontre. Il qualifie Boston en playoffs mais les Celtics sont trop fébriles à l’intérieur pour rivaliser avec les grandes forces de l’Est et se font éliminer au 1er tour en 6 petits matchs par des Hawks qui iront titiller les Cavs quelques jours plus tard.

avery-bradley-isaiah-thomas-59e49fa05ba1d551

Malgré cette élimination précoce, Boston sait que Isaiah Thomas va faire un bien fou durant les prochaines saisons et que le meneur, désormais All Star, est en capacité de porter la franchise et lui permettre de retrouver les sommets de la NBA.

Al Horford débarque cet été pour renforcer un secteur intérieur qui en avait bien besoin et les Celtics aspirent à jouer les premiers rôles dans une conférence Est dominée par les Cavs de LeBron James mais plutôt accessible derrière.

Isaiah Thomas débute la saison 2016-2017  très fort et les Celtics suivent. Aujourd’hui, le meneur n’a scoré qu’une seule fois moins de 20 points et a sorti des grosses perfs notamment lors d’une rencontre face à Miami le 30 décembre où Thomas avait planté 52 points sur le museau de son ancien coéquipier, Goran Dragic.

Surtout,  Isaiah Thomas se mue en bouillotte humaine dans les quatrième quart-temps et visiblement, il n’y a pas d’extincteur dans les salles NBA. Depuis son retour de blessure début décembre, les Celtics ont gagné 18 de leurs 24 matchs et Thomas compile 33 points par match (1er en NBA) dont 13 dans le dernier quart. Un chiffre jamais atteint dans l’histoire de la ligue.

Désormais, les adversaires de Boston ont la quiche au bord du four lorsque l’horloge affiche 12 minutes à jouer. Ils savent qu’un lutin nommé Thomas va sortir de nulle part pour les crucifier de shoots extérieurs ou pénétrations innarêtables. Les supporters du Garden sortent leur montre et savent que l’IT Time va sonner.

Chin020117Celtics-Raptors_Spt16

L’IT Time, ce sont 12 minutes de folie où Isaiah Thomas prend feu. Avec 10,7 points de moyenne dans le dernier quart-temps, le meneur des Celtics efface pour l’instant les 9,5 points de Kobe Bryant en 2006 et est le plus prolifique dans l’histoire de la NBA.  En ne gardant que sa moyenne sur cette période, Thomas marquerait plus de points que 11 de ses coéquipiers et que les 3/4 de la ligue sur un match entier.

Peut-il être MVP ?

A l’apogée de sa carrière, le meneur taille XXS peut-il prétendre au titre de MVP dès cette saison ? Dans tous les cas, il ne devrait pas en être bien loin. Cependant,au moins 3 candidats semblent au-dessus de lui :

  • James Harden (Houston Rockets) : 28,9 points, 11,4 passes, 8,2 rebonds

Plus impressionnant statistiquement, plus victorieux collectivement, James Harden a un cran d’avance sur Thomas. Le meneur-arrière de Houston est le grand favori cette saison.

isaiah-thomas-nba-charlotte-hornets-boston-celtics-850x535

  • Russell Westbrook (Oklahoma City Thunder) : 30,8 points, 10,3 passes, 10,5 rebonds

En triple-double de moyenne, Russell Westbrook est incroyable individuellement. Seul bémol mais pas des moindres ; OKC n’est que 7ème à l’Ouest et on n’imagine pas un joueur, aussi fort statistiquement soit-il, être MVP en étant si mal classé.

  • Kevin Durant (Golden State Warriors) : 26,1 points, 4,9 passes, 8,4 rebonds

Moins monstrueux que ses deux ex-coéquipiers au Thunder, Kevin Durant est le meilleur joueur de la meilleure équipe de la NBA et que peut-on lui reprocher ?

Isaiah Thomas semble avoir un temps de retard sur ces trois là mais s’il parvient à maintenir un rythme infernal jusqu’à la fin de saison, son nom pourrait être évoquer bien plus sérieusement dans la course au MVP.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *