Game 3 : Biscuit avait raison, ces Warriors sont imbattables !

Après deux belles branlées à l’Oracle Arena d’Oakland, les Cavaliers étaient de retour chez eux avec l’espoir intime de pouvoir titiller les intouchables Warriors. Résultat, un craquage immense en fin de match (118-113) malgré une grosse performance et les Cavs se retrouvent menés 3-0 en finale. Comme l’avait prédit le prophète Biscuit, ces Warriors semblent imbattables.

Le public. Voilà la dernière chose qui puisse aider les Cavs à décrocher au moins une manche dans ces finales NBA. De retour dans leur Quicken Loans Arena, les hommes de coach Lue espèrent un gros soutien de la foule pour réduire la marque dans ces finales NBA à sens unique pour l’instant. En début de match, LeBron James est en mode tank et détruit tout le monde sur chaque action. Klay Thompson lui répond bien de l’autre côté et on assiste à un duel entre les deux hommes, qui scorent la plupart des points de leur équipe. Les Cavs font la course en tête grâce à leur bulldozer dégarni mais lorsqu’il est benché par Lue, les Warriors accélèrent et Steph Curry profite des portes ouvertes du saloon pour entrer, prendre une table, et dézinguer toute la pièce à coups de shoots impossibles. A la fin du premier quart et grâce à un run final impressionnant, les Warriors mènent 39-32 et LeBron et Klay Thompson ont déjà marqué plus de 30 points à eux deux. En début de deuxième quart, Cleveland provoque des fautes et marque sur la ligne des lancers. LeBron James a toujours aussi chaud et les Cavs reviennent  à hauteur. Pendant que Deron Williams continue de construire une résidence entière grâce à l’amas de brique accumulé depuis quelques matches, les défenses se resserrent et Cleveland reste au contacte pendant un bon moment. Mais Golden State dégage une puissance offensive rare et semble inarrêtable lorsque la machine est en route. La machine perd trop de ballons pour creuser un réel écart et Cleveland parvient à faire jeu égal dans ce deuxième quart. Comme lors des deux premiers matchs au cours desquels leurs fesses avaient rougi en deuxième période. En fin de mi-temps, les Warriors plantent à 3 points grâce à Thompson et Curry et ils retournent au vestiaire avec 6 points d’avance. Un scénario étrangement comparable à celui des deux matchs précédents. Mais la comparaison reste dans les vestiaires car Cleveland montre un tout autre visage dans le troisième quart-temps. Portés par un duo LeBron & Kyrie au sommet de son art, les Cavaliers passent un cap dans l’intensité. Les Warriors bégayent en shootant en début de possession. Au final, Cleveland prend l’ascendant et vire en tête à l’aube des douze dernières minutes grâce à un 33-22 dans ce troisième quart. Dans le dernier acte, Draymond Green prend vite sa 5ème faute et la Quicken Loans Arena aime ça. Les Warriors sont toujours dans le coup grâce à des paniers faciles en transition. Mais dans l’Ohio, on ne faiblit pas et Cleveland maintient un écart plus ou moins constant en première moitié de quart-temps. A ce moment là, on se dit que les Cavs pourront pleurer toutes les larmes de leur corps en cas de défaite. Cleveland doit prendre ce match. C’est sans compter sur les briques immenses de J.R.Smith, dont l’activité au cours de ces finales est fascinante. Golden State ne joue pas de manière aussi fluide qu’en première mi-temps et privilégie trop d’actions individualistes. A 5 minutes de la fin du match, seuls quatre points séparent les deux équipes. Ça s’annonce bouillantissime. Kyrie Irving manque un gros shoot mais prend son rebond offensif mais Kevin Durant remet Golden State sur de bons rails à 75 seconde du buzzer. Les Warriors sont à -2. Les Cavs craquent un gros coup et KD met ses deux grosses balls sur la table pour passer devant et s’imposer après une fin de match au cours de laquelle Cleveland devait faire mieux. Les Cavs devaient gagner, ils ont craqué. A 3-0, la messe semble dite. Kyrie Eleison.

Les stats du match :

  • LeBron James : 39 points – 11 rebonds – 9 passes – 15/24 au shoot
  • Kyrie Irving : 38 points – 6 rebonds – 3 passes – 16/29 au shoot
  • Kevin Love – 9 points – 13 rebonds – 1 passe – 6 interceptions – 1/9 au shoot
  • Deron Williams : Deux maisons construites grâces à des milliers de briques #ThanksDeron

 

  • Kevin Durant : 31 points – 8 rebonds – 4 passes – 10/18 au shoot
  • Draymond Green : 8 points – 7 rebonds – 7 passes – 5 fautes
  • Klay Thompson : 30 points – 6 rebonds – 11/18 au shoot – 6/11 à 3 points
  • Stephen Curry : 26 points – 13 rebonds – 6 passes – 8/19 au shoot – 5/9 à 3 points

Notre MVP : Klay Thompson

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *