Fourcade : un 6ème globe tranquillou pour le beau barbu

Martin Fourcade est au biathlon ce que la gêne est à un sketch des Chevaliers du Fiel. On ne peut pas les dissocier et leur relation est fusionnelle. Si vous voulez voir une grande course de biathlon, regardez une course de Martin Fourcade. Si vous optez plutôt pour un sketch gênant, regardez un DVD entier des Chevaliers du Fiel (à réaliser en prenant des précautions quand même). Vainqueur de son 6ème gros globe de cristal consécutif (un record), le français marche sur la concurrence les doigts de pied en éventail.

En difficulté sur les skis, Fourcade a skié comme l’éclair

A Pyeongchang, en Corée du Sud, où auront lieu les Jeux Olympiques dans un an, Martin Fourcade n’a pas eu sa réussite habituelle derrière la carabine lors du sprint inaugural. Auteur d’une faute sur chaque tir, le français devait réaliser l’impossible pour accrocher le podium. Mais comme impossible n’est pas Fourcade, le beau barbu a mis les jambes en route et est allé chercher une troisième place grâce à une grosse prestation sur les skis dans le dernier tour.

le-biathlete-francais-martin-fourcade-lors-du-10-km-sprint-messieurs-d-ostersund-suede-le-3-decembre-2016_5757715

S’il est surhumain, l’ogre Fourcade n’a pas pu aller chercher l’autrichien Julian Eberhard et l’américain Lowell Bailey, tous deux auteurs d’un perfect au tir. Eberhard s’élancera demain, lors de la poursuite, avec 40,7 secondes sur Bailey et 45,4 secondes sur Fourcade, qui devrait pouvoir compter sur les absences récurrentes de l’autrichien au tir pour revenir sur lui et espérer aller chercher la première place.

Côté français, le sprint aura été satisfaisant car tous peuvent rêver de podium. Si Quentin Fillon-Maillet se classe 32ème, il ne pointe qu’à une minute du podium. Simon Desthieux,Jean-Gui Beatrix et Simon Fourcade se classent respectivement 11ème, 17ème et 21ème et ont de quoi jouer devant demain.

6 gros globes, comme le nombre de classes d’écart avec la concurrence

6 globes, un chiffre à la mode. Si La La Land, film porté par Ryan Gosling et Emma Stone a remporté 6 Golden Globes début janvier, Martin Fourcade vient d’en faire un remake en faisant valser pour la sixième fois une concurrence aux abois. Si Anton Shipulin n’a pas grand chose en commun avec Emma Stone, en tout cas au premier abord, le russe vit une histoire d’amour tumultueuse avec Martin Fourcade. Concurrent principal du français, le sympathique mais non moins moustachu russe a vu autant de fois la lumière du jour cette saison que Gilbert Montagné ces quinze dernières années.

martin-fourcade-anton-shipulin-biathlon_ff55e6d56f42ff4ff0bc4689d6227195

Fourcade détruit tout sur son passage et ne laisse même pas les miettes. Sur le podium 17 fois sur 20 courses disputées, le français ne fait pas le même sport que ses adversaires, qui visent désormais les places d’honneur. Personne n’avait remporté six globes consécutifs. Fourcade l’a fait. Cette saison est sa plus belle tant par la régularité que le catalan a montrée que par la marge immense sur chacun de ses adversaires.

Dorénavant tourné vers la saison prochaine, qui sera olympique, Martin Fourcade a les cartes en main pour éclater tout le monde à Pyeongchang. Comme La La Land, le film de sa prochaine saison pourrait s’écrire en Corée.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *