[Film Prono] Qui va gagner la Ligue des Nations ?

La France, l’Allemagne, l’Espagne ou encore la Belgique éliminées ; la dernier carré de la Ligue des Nations ne casse pas trois pattes à un canard. Avec les Pays-Bas, la Suisse, l’Angleterre et le Portugal, celui qui sera sacré au terme de la phase finale de la compétition ne sera pas un immense cador du foot mondial. Chez en-tribunes, ce plateau ne nous fait pas lever le chapiteau mais on s’en contente et on vous livre notre pronostic.

Arthur / Angleterre : « God save the Three Lions »

Franchement, cette Ligue des Nations, c’est pas mal. De belles affiches, des matches à rebondissement, la présence prévisible des favoris au Final Four… Pardon ? Ah non désolé. Qui aurait parié sur la Suisse franchement ? Surtout quand on sait qu’elle était dans la poule de la Belgique, la formidable équipe battue par la France à la Coupe du Monde. Celle qui proposait le meilleur jeu. Pour moi, le grandissime favori de cette première édition est une équipe qui était dans le groupe des Diables Rouges, lors du Mondial en Russie : l’Angleterre.

Certes, il est difficile d’envisager ce qu’il se passera en juin prochain. Mais entre Angleterre, Pays-Bas, Portugal et Suisse, la bande d’Harry Kane, quatrième en Russie, a l’opportunité de gagner un trophée, ce qui n’a pas été fait pour les Anglais depuis… la coupe du monde 1966 ! Alors peut-être que les hommes de Gareth Southgate souhaiteront se rattraper un an après la Russie.

Le chemin ne sera pas facile pour autant. Il faut toujours se méfier des Portugais, champions d’Europe en titre, et auteurs d’un Mondial décevant. Les Pays-Bas sont en forme, et eux aussi sont revanchards, après avoir manqué l’Euro 2016 et la Coupe du Monde 2018. Enfin, les Suisses possèdent des atouts non négligeables. Mais dans un Final Four en présence de surprises, les Anglais ont là une chance de dépoussiérer leur armoire à trophées. Et ça, ils en auront conscience. Alors God save the Three Lions.

Léo / Pays-Bas : « Après les gilets jaunes, les maillots oranges »

Après les gilets jaunes, les maillots oranges. En ce moment, les individus en tenue fluorescente perturbent les français. Avant les coups de sang des premiers autour des rond-points de l’Hexagone pour protester contre à peu près tout, les seconds avaient barré la route de la bande à Deschamps en Ligue des Nations grâce à un collectif léché et des individualités retrouvées.

Avant de prendre l’avion pour Rotterdam, les Bleus avaient tout en main pour se qualifier pour les phases finales auxquelles aspire naturellement un champion du monde en titre. Mais voilà que la vision du jeu de Frankie de Jong, l’explosivité de Virgil Van Dijk et le talent pur de Memphis Depay ont eu raison du manque d’inspiration de Deschamps et ses troupes. Forcément, la faiblesse des Bleus est à mettre en avant. Mais comment une équipe de ce calibre peut-elle être aussi faible pendant 90 minutes ? Et bien parce qu’il y avait l’une des 5 meilleures nations du monde actuellement de l’autre côté, pardi !

Depuis septembre 2017, les Oranje ont disputé 15 matchs pour deux petites défaites (par un but d’écart). Ronald Koeman est arrivé sur le banc et profite de l’éclosion de deux pépites de l’Ajax : Frankie de Jong au milieu de terrain et Matthijs de Ligt en défense. Memphis Depay retrouve des couleurs et Virgil Van Dijk s’impose semaine après semaine comme l’un des voire le meilleur défenseur du monde actuellement. Cette équipe est jeune et se relève intelligemment des mauvais résultats connus ces dernières années. Alors, dans une compétition ouverte comme ce Final Four, je les vois bien titiller des anglais souvent décevants et soulever un p’tit trophée.

Nico / Angleterre : « Je bande mou »

Le plateau de ce premier Final Four de la jeune histoire de la Ligue des Nations ne me fait pas bander je dois bien vous l’avouer. Pour tout vous dire, je bande même mou. La Suisse est une équipe solide, qui vient de claquer une énorme fessée (et là pour le coup j’ai bandé) à la Belgique la semaine dernière, mais c’est un peu l’arbre qui cache la forêt avec cette équipe bien plus solide et rigoureuse défensivement qu’excitante et flamboyante offensivement.

Je passe vite sur le Portugal, dont la frappe d’Eder en finale de l’Euro 2016 n’est toujours pas digérée pour ma part, et c’est une équipe qui ne me provoque toujours aucun frisson lorsque je la vois jouer, ou alors uniquement quand elle prend des fessées. Les Pays-Bas ont fini premier de notre groupe certes, mais on parle d’une équipe en reconstruction complète, voire même en chantier, dont le principal leader Memphis Depay (que j’adore pourtant) est encore bien trop irrégulier pour faire partie des véritables monstres d’Europe, et cette équipe n’était même pas présente en Russie cet été.

Reste l’Angleterre. Avec Southgate, nos amis de l’autre côté de la Manche se sont (enfin) trouvé un sélectionneur solide et ayant ramené une véritable culture de la gagne chez les Three Lions, ce qui n’est pas un mince exploit. De plus, ils disposent en Kane d’un attaquant top niveau mondial et d’un vrai leader sur le terrain. Vous l’aurez compris, je trouve l’intérêt de ce Final Four franchement limité de par le niveau des équipes qualifiées. Seule l’Angleterre était dans le dernier carré de la dernière Coupe du Monde, le Portugal et la Suisse se sont fait taper sans gloire en huitièmes, et les Pays-Bas étaient déjà en vacances depuis fort fort fort longtemps quand nos bleus ont soulevé le trophée.

Malgré tout il faut faire un prono, et je mettrais bien une piécette sur nos Rosbeefs préférés. Pour moi, c’est l’équipe la plus solide, pas forcément la plus talentueuse (les portos ont quand même du matos devant), mais la plus cohérente, et elle semble surfer sur une excellente dynamique depuis l’arrivée de Southgate. Allez, banco sur les britishs.

Matthieu / Angleterre : « Le mental, la clé de leur réussite »

It’s coming home. Pas la coupe du monde, non. Mais le trophée de la Ligue des Nations pourrait bien revenir aux Anglais cet été. Les hommes de Gareth Southgate pratiquent un jeu alléchant avec une véritable créativité offensive, notamment sur leurs deux derniers matchs face à l’Espagne et la Croatie. Rashford et Sterling sont intenables en sélection, Kane a le but dans le sang et le milieu se projette bien vers l’avant à l’image d’un Fabian Delph étincelant contre les Croates. Aussi, la charnière centrale a gagné en solidité et l’éclosion de Joe Gomez n’y est pas étrangère. C’est l’équipe la plus plaisante à voir jouer de ce Final Four et, dans la continuité de leur bonne coupe du monde, je vois bien la jeunesse anglaise triompher en juin prochain.

Aussi, les adversaires qu’ils auront à affronter n’ont pas à leur faire peur. Le Portugal est solide mais a seulement affronté une Pologne en crise et une Italie en reconstruction. La Belgique.. pardon, la Suisse a su sortir première du groupe 2 mais a surtout bénéficié d’une grosse faute professionnelle des diablotins rouges. Enfin, les Pays-Bas sont peut-être les plus dangereux. Avec une colonne vertébral De Ligt – Van Dijk – De Jong – Memphis bourrée de talent, les rosbifs auront fort à faire s’ils croisent leur route.

Au final, le mental anglais sera peut-être la clé de leur compétition. Sans aucun titre majeur depuis 1966, les copains de Dele Alli ont une chance d’apporter un trophée national à leur palmarès. Pour mettre fin à une disette de plus de 50 ans, ils avaient bien besoin d’une compétition bidon…

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *