[Film Prono] Qui va choper les trophées NBA ?

Enfin, nous y sommes ! Cette nuit, la NBA est de retour pour le plus grand plaisir des fans de balle orange. Le sommeil, on le met de côté et on signe pour neuf mois de plaisir. A la rédaction d’En Tribunes, on vous sert nos pronostics sur les futurs vainqueurs des trophées de la saison. Tout cela en apéritif, avant une saison pleine de suspense (qui verra quand même les Warriors sacrés en juin).

Most Valuable Player

Théo : Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)

LeBron parti à l’Ouest, Giannis est probablement le joueur le plus dominant de la conférence Est. L’année passée, le Greek Freak était parti sur des bases statistiques de MVP, mais le bilan de son équipe n’était pas à son avantage. Cette saison, le groupe possède plus d’expérience et surtout un bon coach (Mike Budenholzer). Milwaukee peut donc grimper dans la classement de l’est, sous l’impulsion de Giannis. Le Grec, capable de tout faire, semble avoir ajouter un shoot à trois points cet été. Et Kevin Durant disait il y a quelque temps : « s’il obtient un shoot à trois points, il peut devenir l’un des meilleurs joueurs de l’histoire ».

Léo : Anthony Davis (New Orleans Pelicans)

Malgré un monosourcil qui pourrait le perturber, Davis gravit les échelons de la NBA à grande vitesse. L’an dernier, tout le monde annonçait que les Pelicans allait battre de l’aile après la blessure de DeMarcus Cousins fin janvier. Mais ils ont surpris en allant décrocher la 6e place de la conf’ ouest et en sweepant les Blazers au premier tour des playoffs. Tout ça grâce à qui ? Grâce à l’homme à la pilosité faciale douteuse évidemment. Auteur d’une saison à plus de 28 points, plus de 11 rebonds et 2,6 contres (leader de la ligue), Davis a tout cassé. Cousins parti aux Warriors, le grand Antho a tout pour tout détruire. Le bilan collectif de New Orleans pourrait néanmoins lui faire défaut.

Most Improved Player

Théo : Brandon Ingram (Los Angeles Lakers)

Cette année peut être celle de l’éclosion pour le longiligne ailier. Dans un effectif des Lakers remodelé, LeBron James aura besoin d’un lieutenant. Et Brandon Ingram peut devenir cet homme. En pré-saison, il a déjà montré ses capacités. Et en travaillant au quotidien avec LeBron, Ingram va beaucoup apprendre et peut gonfler ses statistiques.

Léo : Jamal Murray (Denver Nuggets)

Si l’attaque des Nuggets tournera toujours autour de Nikola Jokic, l’émergence de Jamal Murray pourrait permettre à Mike Malone d’équilibrer le scoring de son équipe en donnant plus de responsabilités aux bases arrières, notamment Isaiah Thomas, Will Barton et Jamal MurrayK. Je jette mon dévolu sur le troisième qui, en cas de progrès dans la distribution du jeu et dans l’efficacité, est un candidat naturel au trophée de MIP.

Champions NBA

Théo : Golden State Warriors

Ils sont doubles champions en titre et encore favoris cette saison. Les Warriors de Stephen Curry ont gardé leur ossature majeure, tout en ajoutant DeMarcus Cousins. Le pivot, qui s’est rompu le tendon d’Achille en janvier dernier, a signé en free agent. A son retour, GSW aura un 5 majeur composé que de All-Stars. Toutefois, des interrogations restent présentes sur son état de forme à son retour. Mais sous la houlette du coach Steve Kerr, Golden State disposera également d’un effectif profond et talentueux. Un effectif qui semble encore au-dessus de la concurrence.

Léo : Golden State Warriors

Personne ne pourra le nier, les Warriors sont les favoris logiques à leur succession. Déjà fort la saison dernière, le roster de Golden State a vu DeMarcus Cousins débarquer dans la Baie cet été pour constituer le cinq majeur le plus talentueux de l’histoire de la ligue. Si tout va bien, les Warriors ont de quoi tout casser dans la ligue cette saison. Mais je ne serais pas autant catégorique que certains quant à l’écrasante domination annoncée des hommes de Steve Kerr. D’abord parce que le sport réserve par essence des surprises, aussi parce que Cousins est fragile physiquement et qu’en cas de pépin d’un joueur majeur en playoffs, les Warriors seront fragilisés et à l’image de la série face à Houston l’an dernier, pourraient trembler. Enfin parce que le roster de Boston est plus dense, que la conférence Est est moins relevée et que les Celtics ont une bonne gueule de trouble-fêtes.

Defensive Player

Théo : Rudy Gobert (Utah Jazz)

Parfois, il faut avoir les étoiles qui s’alignent pour être brillant. C’est le cas pour Rudy Gobert. Le pivot, élu défenseur de l’année 2017-2018, est un joueur majeur de Utah. Drivé par Quin Snyder, le Jazz est certainement la meilleure défense de la ligue, un régal pour le Frenchie. Cette saison, il peut rêver conserver son trophée tout en jouant le haut du tableau à l’Ouest. Attention aux blessures, qui empêche Gobert de faire des saisons pleines.

Léo : Anthony Davis (New Orleans Pelicans)

Monstrueux offensivement, AD est avant tout un des tout meilleurs remparts défensifs de la ligue. Très mobile pour sa taille, meilleur contreur de la NBA l’année dernière, dur à bouger proche du cercle, Davis sera forcément dans la course au DPOY. Gobert et Leonard seront à surveiller mais je mets une petite pièce sur le Pelican.

Coach

Théo : Brad Stevens (Boston Celtics)

L’entraineur des Celtics semble snobé par le trophée depuis quelques saisons. Mais à 41 ans, il est l’un des plus talentueux coachs de la ligue. Il l’a prouvé la saison passée avec les blessures de Gordon Hayward, puis Kyrie Irving. Stevens a une faculté hors-norme pour s’adapter à son adversaire, aux joueurs qu’il a, en attaque ou en défense. Cette saison, il dispose d’un effectif très profond, et surtout de Irving et Hayward. Mais la star de Boston reste Brad Stevens pour sa qualité de coaching.

Léo : Brad Stevens (Boston Celtics)

Comme Théo, je mise sur le beau Brad. Avec le départ de James à l’ouest, les Celtics ont une chance unique de dominer la conférence Est. Il faudra surveiller les Sixers, probablement trop jeunes, et les Raptors, qui pourraient être en rôdage quelques semaines avec l’arrivée de Kawhi Leonard. A Boston, Stevens a réussi à créer une émulation et une concurrence au sein d’un roster hyper dense. Le retour de Hayward, l’éclosion de Rozier, Tatum et Brown, la montée en puissance d’Irving ; tout indique une grosse saison verte qui pourrait couronner Stevens.

Rookie

Théo : Luka Doncic (Dallas Mavericks)

Parce que c’est de l’art. Le Slovène est un génie du basket au niveau technique. Joueur lent, il est capable de mettre dans le vent son défenseur par un coup de magie, un dribble parfait. Très bon shooteur, le rookie, drafté en 3e position, peut briller cette année et prouver sa haute connaissance du jeu. Doncic est également très complémentaire de Dennis Smith Jr, beaucoup plus explosif. Sa qualité de passes et sa vision du jeu parlent également pour Doncic, qui a été élu MVP de l’Euroligue la saison passée.

Léo : Trae Young (Atlanta Hawks)

La grosse côte. La raison dit forcément Doncic, mais je ne suis pas un homme de raison. Trae Young ne laissera pas la NBA indifférente. Frêle, il a de quoi se faire croquer par les meneurs de plus en plus physiques. Mais j’ai confiance en ses qualités techniques de meneur moderne. A l’aise au shoot, très fort à la passe, il va éclabousser la ligue du haut de son mètre quatre vingt huit.

Sixth Man

Théo : Dennis Schröder (Oklahoma City Thunder)

Le meneur allemand débarque à Oklahoma dans un trade avec Carmelo Anthony. Au Thunder, Schröder ne devrait pas être titulaire, barré par Russell Westbrook. Alors en étant le premier à sortir du band, l’ancien d’Atlanta peut être le moteur de la second unit, et celui qui aura le plus de shoots. Performant dans l’agression du cercle mais aussi à la passe, il a le profil du sixième homme de l’année.

Léo : Terry Rozier (Boston Celtics)

Une grosse saison des Celtics passera par un gros impact de son banc. Derrière Kyrie Irving, Terry Rozier aura le droit à un paquet de temps de jeu après un exercice 2017-2018 très satisfaisant. Auteur de playoffs remarquables à plus de 16 points, plus de 5 passes et plus de 5 rebonds, l’ancien meneur de Virginia ne va pas tout casser en NBA mais a de quoi sortir une saison honnête dans la lignée de fin de saison dernière.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *