Fékir l’indispensable

Vendredi soir dernier, 94ème minute, Lyon et Monaco s’apprêtent à se séparer sur un 2-2 qui éloignerait l’OL du podium et le plongerait dans une crise plus que préoccupante. Parti en dribbles, Fékir obtient un coup franc aux 25 mètres. Avec son pied gauche et un sang froid déconcertant, le capitaine lyonnais transperce le mur monégasque et trompe Subasic. Lyon s’impose 3-2 et ce but à la dernière seconde me pousse alors à faire cet article.

Décisif comme jamais

Depuis son retour de blessure, jamais Fékir n’a connu tel niveau de jeu. La petite pépite de 2015 s’est transformée en valeur sûre du championnat de France. Co-meilleur buteur de Lyon avec Mariano Diaz, Fékir a déjà marqué plus de la moitié de son nombre de buts en championnat l’an passé. Auteur de sept buts et deux passes décisives en neuf matchs, le franco-algérien est impliqué dans 45% des buts de son équipe. Sans lui, Lyon ne serait certainement pas 6ème à trois points de la deuxième place et un point du podium. Tout aussi présent sur la scène européenne, Fékir a inscrit un but et délivré une passe décisive en trois matchs de Ligue Europea. Il est impliqué dans la moitié des buts de l’OL en Coupe européenne.

Meneur de jeu et créateur, Nabil Fékir fait partie de ces joueurs qui peuvent de débloquer une situation. Capable d’éclair de génie, c’est lui qui, suite à un magnifique slalom dans la défense de la Roma, avait donné l’avantage aux Gones en huitièmes de finale aller de la Ligue Europea. Face à Monaco, Nabilon a confirmé sa capacité à changer un match. De plus, on sait que, plus encore que les autres années, Fékir est dangereux sur n’importe quelle situation. Que ce soit sur coup franc, du milieu du terrain ou seul face à cinq défenseurs, il est un poison permanent. Si l’on doit lui chercher un défaut, c’est peut-être le jeu de tête. On lui pardonne car quand on met même pas une tête à Petit Vélo, difficile de marquer sur corner.

Un capitaine exemplaire

Le talent ne suffit pas. Demandez à des joueurs comme Marvin Martin ou Ben Arfa. Des pépites qui se sont perdues et qui ont fini en Ligue 2 ou avec un abonnement au banc. Les semaines qui ont suivis la blessure du lyonnais ont été le fruit d’une interrogation récurrente à laquelle il répond actuellement : Fékir reviendra-t-il au niveau qui était le sien ? Beaucoup ne se serait pas relevé ou l’aurait mal fait en se précipitant ce qui aurait pu provoquer une rechute. En plus d’une force de volonté indéniable, Fékir a fait preuve de maturité et de patience. Très discret pendant sa rééducation et à son retour, il semble avoir abordé le problème intelligemment. Pour un joueur comme lui, il est difficile de revenir et de se rendre compte que même Rolando est plus affuté physiquement.

Petit à petit, Fékir est redevenu ce qu’il était. Aujourd’hui, on peut même pousser le bouchon plus loin en définissant le Fékir actuel comme le meilleur de tous. En plus des statistiques impressionnantes qu’il affiche, l’attaquant de 23 ans a pris de la bouteille. Le feu follet est devenu un joueur posé, doté d’une excellente vision du jeu. Ce rôle de meneur additionné à son expérience lui a d’ailleurs conféré le brassard de capitaine qu’il porte avec brillo.  L’international français le prend très à cœur. On voit de plus en plus l’attaquant des Gones venir faire l’intermédiaire entre l’arbitre et ses partenaires, ce qui lui vaut parfois un carton jaune.

Fékir est un modèle pour ses partenaires. Sa dépense d’énergie est sans limite. Présent défensivement et offensivement, il mouille le maillot et se bat comme un mort de faim. Son attachement au club et ce brassard s’intègrent sûrement dans ce désir de donner le meilleur et se dépasser un peu plus lors de chaque rencontre. C’est en le côtoyant que des joueurs comme Aouar peuvent grandir. Ce brassard, Nabil Fékir le mérite et le justifie toutes les semaines.

Quid de l’équipe de France ?

Et oui ! On en revient à cet éternel débat. Il est de loin meilleur qu’un Thauvin ou un Payet. Pourtant, Nabil Fékir ne faisait pas partie du groupe bleu qui a disputé les deux derniers matchs de qualification pour la Coupe du monde il y a de cela une semaine. Il est vrai que le style de jeu de Fékir ne correspond et ne s’adapte pas au système mis en place par Didier Deschamps. Mais bon, quand on a à sa disposition un talent comme celui là, il n’y a aucune raison de s’en priver, surtout si à la place on prend Dimitri Payet qui a la même pointe de vitesse et condition physique que Ronaldo (le Brésilien).

Dur dur d’être le leader d’un des plus beaux palmarès français et de ne pas être appelé en Bleu. Cependant, Fékir ne semble pas mal le vivre. Il se focalise sur son club et c’est bien le plus important. Ce dimanche, sur la pelouse de Troyes, Lyon aura l’occasion en or de grimper virtuellement sur le podium et Fékir de confirmer ce qui ressemble à un début de saison parfait sur le plan individuel.

 

 

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *