Quelle équipe face à la Biélorussie ?

Victorieuse en Bulgarie (0-1) dans la douleur samedi soir, l’Equipe de France a son destin entre les mains et doit simplement battre la Biélorussie demain, au Stade de France, pour obtenir son ticket pour la Coupe du Monde. Après Sofia, Deschamps devra faire des choix. Voici les nôtres.

La défense, c’est solide

Face à des Bulgares valeureux mais brouillons, la défense tricolore a fait le boulot en repoussant les offensives adverses. Si Hugo Lloris n’a pas dégagé une sérénité digne de ce nom, il s’est immédiatement en sortant une parade venue d’ailleurs et en évitant à ses hommes une fin de rencontre délicate. Sa titularisation face aux biélorusses ne fait aucun doute. Sur les côtés, les inquiétudes nourries par les titularisations de Lucas Digne et Djibril Sidibé ont vite été dissipées par des performances convaincantes. Peu prolifiques offensivement, les deux latéraux sont restés relativement bas en empêchant les percussions des ailiers adverses. Et que dire de la charnière centrale, qui a encore une fois que ce secteur est un des points forts du clan tricolore, qui regorge de densité et de talent (Varane, Umtiti, Koscielny, Kimpembe, Laporte, Zouma, Rami…). Raphaël Varane et Samuel Umtiti, adversaires en Liga, ont parfaitement contenu les offensives bulgares et ont remporté le défi physique imposé par l’adversaire.

Au milieu, gros chantier

Privée de Paul Pogba, l’Equipe de France devra également faire sans N’Golo Kanté demain soir. L’infatigable timide est sorti sur blessure juste avant la mi-temps, alors qu’il régnait sur le milieu de terrain comme le lion règne dans la savane. Inégalable à la récupération, précieux dans ses relances, Kanté a brillé dans ses cassages de lignes et beaucoup d’actions dangereuses sont parties de ses pieds de velours. Le joueur de Chelsea a cédé sa place à Adrien Rabiot, qui a éprouvé beaucoup de difficulté dans un rôle de sentinelle qu’il connait pourtant de plus en plus à Paris. Ses pieds n’étaient pas aussi doux que sa chevelure et les Bleus ont failli le payer cher. Il ne devrait pas être titulaire face à la Biélorussie. Corentin Tolisso et Blaise Matuidi ont, quant à eux, rayonné aux postes de milieux relayeurs. Le joueur de la Juve a d’abord marqué dès la 3ème minute puis imposé un impact physique intéressant et une qualité de relance essentielle. Tolisso, a servi de cible humaine face aux agressifs bulgares mais a surtout été très solide dans un rôle de lien entre les joueurs en positions défensives et les attaquants. Les deux joueurs ont répondu présent et ont suffisamment prouvé pour espérer débuter le match de demain.

L’attaque, c’est chaud chocolat

Le trio Kylian Mbappé, Antoine Griezmann et Alexandre Lacazette et, par conséquent, le retour au 4-3-3, étaient alléchants sur le papier. L’excitation est vite retombée et la performance du trident n’a pas ravie grand monde. Le néo-parisien a pesé par ses percussions mais n’a pas autant influé sur le jeu que d’habitude et sa complémentarité avec Lacazette n’a pas sautée aux yeux. L’attaquant d’Arsenal a été le plus transparent en attaque. Il a certes, parfois apporté en combinant avec ses compères mais on a souvent eu la sensation que les Bleus jouaient à 10 et que Lacaz’ était coincé aux vestiaires. Griezmann, quant à lui, n’a pas été aussi présent qu’à l’accoutumée même si sa capacité à faire jouer tout le monde et à donner le la est extrêmement précieuse pour Deschamps.

Quelles solutions pour demain ?

Lloris sera titulaire face à la Biélorussie. La charnière centrale également, c’est certain. Ou alors, la Desch’ va faire tourner mais on voit mal le pragmatique Deschamps faire place à un coach qui tente de contenter ses remplaçants. Concernant les latéraux, Sidibé et Digne seront sûrement titulaires à la fois parce qu’ils ont donné satisfaction samedi mais aussi car les solutions derrière sont maigres (Jallet et Amavi sont sympathiques mais plutôt à Chateauroux s’il vous plait). Au milieu de terrain, l’absence de Kanté pourrait engendrer un retour au 4-2-3-1 avec Tolisso et Matuidi mais d’un point de vue défensif, le milieu du Bayern apporte bien moins de garanties que celui des Blues. Adrien Rabiot, qui est pleinement épanoui au PSG, a son mot à dire. Devant, Griezmann sera titulaire à coups sûrs. Mbappé devrait également être de la partie. Reste à savoir qui occupera les deux derniers postes offensifs. Le profil de Thomas Lemar, face à une défense qui sera regroupée derrière, est intéressant pour casser les lignes et trouver des solutions et Dimitri Payet et Olivier Giroud mêlent à merveille expérience des matchs couperets et complémentarité avec les autres attaquants.

Le 11 de la rédaction : Hugo Lloris – Djibril Sidibé – Raphaël Varane – Samuel Umtiti – Lucas Digne – Corentin Tolisso – Blaise Matuidi – Kylian Mbappé – Antoine Griezmann – Thomas Lemar – Olivier Giroud

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *