Équipe de France : ces joueurs qui doivent en profiter

Il s’agit de la dernière sélection de 2018 pour les Bleus. Les champions du monde vont clore cette très belle année, qui restera dans les mémoires. Il faut maintenant bien terminer, avec un déplacement aux Pays-Bas ce vendredi, et la réception de l’Uruguay mardi. L’occasion pour certains de vivre une parenthèse positive, après un début plus que poussif en club.

Faisons un pari. Jeudi dernier, aux alentours de 14 heures, lorsque Didier Deschamps a annoncé sa liste de vingt trois joueurs, vous avez sursauté au moment d’entendre la présence de certaines personnes. Car oui, l’un des seuls Français à avoir deux étoiles (n’oublions pas Philippe Tournon s’il vous plaît) a le don d’en agacer quand il s’agit de continuer à appeler ceux qui sont vus comme non méritants. Alors, si l’esprit de groupe est toujours privilégié par le sélectionneur, quelques joueurs présents sont en délicatesse dans leur équipe de tous les jours. Quelques exemples.

Benjamin Pavard : maintenant vous connaissez

« Benjamin Pavard ! Benjamin Pavard ! Maintenant vous connaissez ! Sorti de nulle part, une frappe de bâtard, mais c’était p’t-être du hasard. » Voici ce que quelques fans se disent peut-être. Alors tout d’abord, désolé si vous avez la chanson en tête, ensuite, il faut bien reconnaître que le Nordiste vit une digestion très compliquée. Dernier de Bundesliga avec Stuttgart, le défenseur est dans le dur. Et si son but lumineux contre l’Argentine reste dans les mémoires, son entame est à oublier. Plusieurs fois fautif sur les buts encaissés par son équipe, Benjamin Pavard ne semble plus être incontournable en équipe de France, car même avec les Bleus, il est en difficulté dans son couloir. À l’heure où la défense doit être remaniée pour cause de blessures, le Maubeugeois sait qu’il devra convaincre. Sorti de nulle part, Pavard ne peut plus se cacher maintenant. Il est attendu au tournant. À lui de bien finir 2018.

Benjamin Pavard est en délicatesse avec Stuttgart.

Djibril Sidibé : où es-tu ?

Vous l’avez peut-être oublié, mais Djibril Sidibé est champion de France avec Monaco en 2017, et champion du monde 2018. Un palmarès qui fait déjà pâlir de nombreuses stars. Après tout, ni Cristiano Ronaldo, ni Lionel Messi n’ont gagné le titre suprême avec leur sélection. Seulement voilà. Même s’ils ne jouent pas au même poste que le latéral tricolore, ils peuvent se targuer d’avoir réalisé un meilleur début d’exercice 2018-2019. Le Monégasque est au bord du gouffre depuis le titre mondial. La faute, sans doute, à une opération du genou qu’il a préféré refuser pour voir la Russie. Alors aujourd’hui, il traîne la patte, et sa misère par la même occasion. Catastrophique dimanche dernier contre Paris (0-4), Sidibé est loin d’être indiscutable en équipe de France. Il serait même étonnant que Didier Deschamps lui octroie du temps de jeu, même si l’Uruguay est un match amical. L’équipe de France pourrait lui redonner de la confiance, mais il lui faudrait une sacrée performance pour retrouver un morceau du niveau qui était le sien il y a quelques mois.

Sidibé traverse un dangereux passage à vide, avec une équipe de Monaco dans le dur.

Adil Rami ne bat pas en retraite

Les retraités se plaignent beaucoup en ce moment (en plus des gilets jaunes, des politiques, de Trump, de ses opposants, de ceux qui sont contre le Brexit…). Il y en a un qui avait dit stop aux Bleus après le titre mondial, et qui, après avoir vu sa compagne fouler les parquets, s’est mis à accepter les sélections. Seulement voilà, Adil Rami est loin d’être irréprochable ces derniers temps dans les matches de l’OM. Difficile de voir pourquoi il est là, si ce n’est pour sa présence et sa faculté à incarner cet esprit de groupe. Lui aussi devrait se contenter du banc, du moins contre les Pays-Bas, le dernier match à enjeu de cette année civile. Beaucoup sur la toile se sont offusqués de le voir une nouvelle fois convoqué chez les Bleus. Et même si son état d’esprit est irréprochable, le fait est que Rami traverse une période compliquée, et que si Umtiti n’avait pas été blessé, sa présence dans le groupe France aurait sans doute été très hypothétique.

Champion du monde, retraité avec les Bleus, puis revenu. Rami n’est pas forcément au mieux.

Olivier Giroud doit toujours prouver

C’est la tête de turc par excellence. Celui qui est, sans doute, voué à ne jamais faire l’unanimité. Pourtant, qui peut dire qu’Olivier Giroud ne se donne jamais à fond avec les Bleus ? Le guerrier de Didier Deschamps vit également quelques mois difficiles avec Chelsea. Peu de temps de jeu, et donc peu d’opportunités de briller. Pourtant, il est encore indéboulonnable en équipe de France, en attendant l’avènement d’un nouveau numéro 9 qui fera taire tous les sceptiques. Non buteur pendant le Mondial, sa (superbe) réalisation contre les Pays-Bas (tiens donc) en septembre dernier avait illuminé le stade de France, avant de fêter ses héros. S’il ne plaît pas à tout le monde, s’il est moins efficace qu’à une certaine période, Olivier Giroud abat toujours un très gros travail, et pèse sur les défenses adverses. En ce sens, il peut paraître incontournable. Mais cela ne suffit pas, car ce qui lui est demandé, c’est d’être décisif. Et en cela, il ne convainc plus une grande partie du public.

Avec les Bleus, Giroud est souvent pointé du doigt.

Steve Mandanda plutôt troisième ?

Il a un statut particulier, certes. On ne sait même plus, au final, s’il est deuxième ou troisième gardien. Peut-être que nous aurons un élément de réponse contre l’Uruguay, si Lloris n’est pas titularisé. Mais Steve Mandanda semble sur le déclin. Moins impérial avec Marseille, le gardien glisse doucement dans la hiérarchie des portiers français. Au point que certains veulent le voir en dehors de la sélection, pour laisser une chance à d’autres comme Benoît Costil, ou encore Benjamin Lecomte. Il a même été mis sur la touche par Rudi Garcia lors de l’élimination de son club en Europa League sur le terrain de la Lazio (2-1). Il est difficile d’en vouloir au Marseillais, car pendant une grande période, il formait, avec Hugo Lloris, un duo incontournable en équipe de France. Maintenant, une page ne devrait pas tarder à se tourner dans les cages françaises. Alphonse Aréola attend sagement son heure. Alors sa présence est peut-être moins chahutée, car le poste de gardien de but est moins soumis aux changements, mais quand même. Certaines voix commencent à s’élever.

Même si personne n’est irremplaçable, quelques joueurs jouent gros lors de ce dernier rassemblement de l’année chez les Bleus. Il faudra attendre le mois de mars avant de retrouver l’équipe de France. D’ici là, du temps aura permis de changer beaucoup de choses. Et ces joueurs sont encore en mesure de renverser la vapeur.

Mandanda semble être sur déclin en ce début de saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *