Les éléphants blancs de Rio

Lors des derniers articles publiés sur les Jeux Olympiques de Rio nous avons souvent fait référence aux enjeux politiques et économiques qui se cachaient derrière la vitrine sportive aux valeurs attirantes. Certes les J.O. sont des événements réunissant tout le monde autour d’une ambiance unique plongée dans la joie et l’euphorie sportive. Mais ces manifestations génèrent des chiffres stratosphériques de bénéfices… mais aussi de pertes. Accueillir les J.O. valorise souvent le fait que l’événement va relancer l’économie et la cohésion sociale du pays, mais qu’en est-il en réalité ? A qui cela profite-t-il vraiment ?

6 mois après les Jeux Olympiques de Rio 2016 que sont devenus les infrastructures ?

Rio a investi des milliards pour avoir des structures d’accueil répondant aux normes du CIO (Comité International Olympique) et ainsi pouvoir passer devant ses concurrents pour accueillir les J.O. Sur le projet de candidature, Rio prévoyait une réutilisation des structures sportives, ce qui générerait des emplois et une dynamique sportive. Malheureusement, c’est sans surprise que grand nombre des sites se retrouvent à l’abandon. Inutilité pour la population et coût d’entretien trop élevés font de ces stades de véritables ruines.

995772-a-view-of-the-olympic-aquatics-stadium-which-was-used-for-the-rio-2016-olympic-games-is-seen-in-rio-

Des stades comme le fameux Maracana sont complètement morts. La pelouse rassemble plus au champ de patate de mon grand père qu’a un terrain de foot, plus rien ne fonctionne et tout ce qui reste de valeur est laissé aux pilleurs. Il en va de même pour le bassin Olympique, on se croirait plus dans une station d’épuration que dans une piscine où il y a à peine 6 mois les meilleurs nageurs mondiaux s’affrontaient.

06_rio_six_mois_ruines-696x327

Tout ce gâchis va endetter la population pour un bon bout de temps. Des populations ont été exclues de leur domicile pour laisser place aux JO et cacher la misère du pays. On leur vend du rêve en leur disant que cela va relancer leur économie et donner une nouvelle image à la ville. En retour ils se retrouvent à crouler sous les dettes qui vont devoir être remboursées avec l’argent public. « L’important est de participer », « les JO union et paix entre les peuples » et bien elles sont belles les valeurs du sport de nos jours … Mais ils sont où les profiteurs qui tirent les ficelles ? Si on continue c’est bien que ça doit profiter à certains ?

En premier lieu je citerais le CIO, imposant un cahier des charges considérable, il ne débourse rien, laissant au pays d’accueil le soin d’investir des milliards mais leur laisse aussi le soin de payer les déficits. Pour le CIO c’est tout bénéf !

Mais alors pourquoi nous dit-on que ça rapporte ? En effet des études de marché sont faites mais c’est le CIO lui-même qui finance ces études alors bien sûr le rendu est beau. Quelle belle balade en bateau.

Ce gouffre financier que sont les JO rapportent donc aussi aux multinationales et autres gros porte-monnaies. Autant dire que les bidonvilles brésiliens ne sont pas près de se retirer du paysage.

Nous prenons ici l’exemple des Jeux de Rio mais il en va de même pour quasiment tous les jeux. Je ne prends même pas le soin de vous parler des JO d’hiver de Sotchi est devenu une véritable ville fantôme. Pourquoi ne pas reconvertir les terres d’accueil des JO en train fantôme et maisons hantées … ?

Pour plus de chiffres et une analyse plus complète voilà un lien intéressant :

Amateur de sport extrême, quand il cherche un glacier, c’est pas pour prendre un cornet vanille-pistache mais pour le descendre en snowboard.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *