La douche froide portugaise

Malmenée par des dragons en feu, l’ASM s’est inclinée (0-3), à Louis II, ce mardi. Après leur nul inaugural à Leipzig, les monégasques ne possèdent qu’un petit point après deux journées de Ligue des Champions. La belle histoire de l’an dernier va être difficile à rééditer.

Une défense en difficulté

Pourtant, que le début de match fut beau. A l’aise, les monégasques ont débarqué sur la pelouse de Louis II les crocs acérés en prenant à la gorge des portugais timorés. Falcao et Diakhaby se trouvent bien, Rachid Ghezzal rayonne et c’est bien Monaco qui se procure les premières franches occasions du match. Mais rapidement, Porto va prendre le dessus. Emmenés par un Vincent Aboubakar des grands soirs, les dragons bleus accélèrent et sont plus efficaces dans tous les domaines. Solides en défense et réalistes devant le but. L’ancien attaquant du FC Lorient trompe Benaglio à la 31ème minute après trop d’erreurs défensives. Le remplaçant de Subasic ne peut rien faire et le champion de France en titre se retrouve dos au mur. On attend forcément une réaction. Un peu d’orgueil. Il n’en sera rien.

Au retour des vestiaires, l’ASM n’a pas de belles couleurs et est à nouveau dominée par des portugais bien plus entreprenants. Le bel Aboubakar en profite à la 69ème minute sur un contre des plus délicieux, bien servi par Manega. L’affaire semble bouclée, les dragons pouvant gérer. Gérer ? Ca veut dire quoi ? Les portugais continuent d’attaquer et Manega continue de tout casser. En fin de match, Layun sanctionne la défense « passoire » de Monaco et porte le score à 0-3. L’ASM s’incline donc, à domicile face à une équipe à sa portée sur le papier. Ca ne fait pas du bien.

L’avenir s’annonce compliqué

Au sein d’un groupe homogène, Monaco pointe aujourd’hui à 5 points de Besiktas, leader du groupe, et 2 points de son bourreau, Porto, dernier qualifié pour les phases éliminatoires. Cette qualification, les monégasques devront cravacher pour la décrocher et le déplacement en Turquie lors de leur prochaine rencontre s’annonce périlleux. Mais Monaco a des ressources et des joueurs comme Lemar, Falcao ou Fabinho ont la capacité de jouer à un niveau de jeu bien plus élevé que ce qu’ils ont proposé ce soir. Keita Baldé, Jovetic et les autres auront plus de rythme et plus d’automatismes. Et moins d’excuses. Monaco devra faire un résultat contre Besiktas ou son avenir européen s’assombrira.

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *