Dortmund, la jeunesse prête à bouleverser l’ordre établi

Le BVB reçoit ce samedi (18h30) le champion en titre, le Bayern Munich pour le « Klassiker » allemand, le premier de la saison. Promouvant un jeu euphorique et offensif depuis le début de saison, Dortmund s’avance en leader de la Bundesliga, grâce à une jeunesse fougueuse et efficace. La marque de fabrique du club.

A regarder l’effectif du BVB, on pourrait croire à une garderie du football. Des bébés talents du ballon rond y grandissent, mûrissent, apprennent. Certains n’ont pas encore deux décennies au compteur mais sont solidement installés dans l’équipe type. Mais l’obtention de résultats, malgré une moyenne d’âge assez basse, n’est pas à attendre. Elle est déjà là.

Depuis le début de saison, le Borussia n’a perdu qu’un match. C’était cette semaine en Ligue des Champions, face à l’Atletico Madrid (2-0). Un seul faux pas dans un exercice 2018-2019 pour le moment parfaite : leader de la Bundesliga avec la meilleure attaque (30 buts en 10 journées) et une des meilleures défenses. Le club a notamment battu son record de sorties sans défaite avec 15 rencontres, avant celle face à Madrid.

Aux antipodes des autres grands clubs

Pour le BVB, tout a commencé sur le marché des transferts. Réputés pour leurs trouvailles, les recruteurs n’ont failli dans leur mission en attirant quelques jeunes à fort potentiel : Jadon Sancho, 18 ans en provenance de Manchester City, les défenseurs Français Dan-Axel Zagadou, 19 ans, du Paris SG et Abdou Diallo, 22 ans, de Mayence et auparavant à Monaco. Le club a également chipé Achraf Hakimi, joueur marocain de 19 ans qui a joué quelques matches avec le Real Madrid.

Certains joueurs prometteurs sont aussi issus du centre de formation du BVB : le Danois Jacob Bruun Larsen et l’Américain Christian Pulisic, 20 ans. Tout deux arrivés à 16 ans au club, ils ont depuis connu un parcours différent. le premier explose réellement cette saison. Le second évolue avec les pros depuis trois ans.

Tous ces joueurs ont su faire leur trou au Borussia. Car le club allemand possède une culture de la formation. Il fouille dans les effectifs fournis des grands clubs européens, où s’impatientent de jeunes talents. Et la direction et le staff du BVB n’hésitent pas à leur donner du temps de jeu, mais surtout des responsabilités. Autour de joueurs d’expérience (Reus, Schmelzer, Piszczek…), la jeune garde répète ses gammes, avant de les reproduire en championnat le week-end, ou en semaine lors des compétitions européennes. Le meilleur exemple est sans aucun doute Jadon Sancho. Le milieu offensif anglais n’a jamais eu sa chance dans la rotation de Manchester City. Cette saison, il a disputé chacun des dix matchs en Bundesliga, pour quatre buts. Et les quatre rencontres de Ligue des Champions, pour une réalisation. Des performances qui lui ont valu une première sélection avec les Three Lions.

Réellement le bon modèle pour le titre ?

Avant lui, Ousmane Dembélé avait eu un parcours semblable. Débarqué de Rennes pour 12 millions d’euros en 2016, le jeune Français explose à Dortmund pour être revendu 115 millions un an plus tard à Barcelone. Ce modèle, le Borussia le produit depuis des saisons, avec des fortunes diverses. Les précédents exercices n’ont pas été fructueux en terme de résultats : le dernier titre remonte à 2012. Et à plusieurs reprises, le BVB a connu des périodes compliquées comme en 2015, lorsque le club flirtait avec la zone de relégation. L’an dernier, le BVB avait occupé la première place durant les neuf premières journées. Avant de céder face au mastodonte munichois. Le dernier Klassiker, en mars dernier, s’était conclu sur une claque : 6-0 pour le Bayern.

Ce samedi, face au Bayern Munich, les jeunes joueurs de Dortmund passeront au révélateur. Managés par Lucien Favre, gourou arrivé cet été sur le banc, les prodiges du Borussia voudront faire tomber celui qui a gagné les six derniers Meisterschäle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *