Djokovic-Pouille, Tsitsipas-Nadal : chocs de générations

Jeudi, alors que la France dormira, commenceront les demi-finales de l’Open d’Australie. Dans un premier temps, Stefanos Tsitsipas défiera Rafael Nadal. Puis, ce sera au tour de Lucas Pouille de se frotter à Novak Djokovic. Deux matchs qui se résument en un duel : celui de la nouvelle génération contre l’ancienne.

La relève arrive

Inférieure à 27 ans cette année, jamais la moyenne d’âge d’un dernier carré de Grand Chelem n’avait été aussi faible depuis Wimbledon 2014. Cette petite statistique vient illustrer la récente arrivée en force de nouveaux jeunes pousses sur le circuit. Depuis une dizaine d’années, les têtes vainqueurs des gros tournois se ressemblent et à vrai dire on a fini par s’en lasser. Les apparitions de Zverev, Thiem, Coric et désormais Tsitsipas dans le top 15 mondial font souffler un vent de fraîcheur sur le monde du tennis, à notre plus grand bonheur (Désolé Roger).

Agé de seulement 20 ans, Stefanos Tsitsipas s’apprête à découvrir sa première demi-finale de Grand Chelem. Révélé l’an passé, il avait atteint la finale du Masters 1000 de Toronto, après s’être offert consécutivement Thiem, Djokovic, Zverev puis Anderson. Le natif d’Athènes avait aussi décroché son premier tournoi ATP à Stockholm et découvert les joies d’une deuxième semaine en Grand Chelem sur le gazon londonien. Une belle saison qui lui a ouvert les portes du top 20. Actuellement quinzième mondial, Tsitsipas a d’ores et déjà confirmé en Australie son année 2018 dorée. Après un succès de prestige contre Maître Roger, l’espoir grec s’apprête à affronter Rafael Nadal dans l’espoir d’une finale de Grand Chelem qui serait la première de sa carrière.

Pouille pour une première

Face à lui, Tsitsipas aura un joueur qui l’a déjà battu à deux reprises. Respectivement à Barcelone puis Toronto, Nadal avait stoppé la chevelure du Grec, en finale à chaque fois. A 32 ans, l’Espagnol ne découvre clairement pas ce genre de match à enjeux. Si Nadal a l’énorme avantage de l’expérience, cet adversaire inédit pourrait bien lui mettre un petit coup de vieux.

D’autant plus que de l’autre côté du tableau, une première sera également célébrée, celle de Lucas Pouille. A 24 ans, le Français semble enfin avoir passé un cap dans son jeu et dans sa tête. Lui qui n’avait pas vécu la moindre seconde en deuxième semaine d’un Grand Chelem l’an dernier, le voilà qui intègre le dernier carré de l’Open d’Australie. On croise les doigts pour que l’espoir du tennis français devienne définitivement en cador du circuit mondial dès 2019.

Sa tâche s’annonce ardue quand on connait son adversaire qui ne sera autre que le numéro un mondial serbe Novak Djokovic. A 31 ans, le Joker est de retour au plus haut niveau après la traversée d’une période compliquée. Intouchable en Australie, le natif de Belgrade n’a laissé échappé qu’un petit set pour le moment. C’était d’ailleurs face à un jeune prometteur : le Canadien Shapovalov.

Entre Medvedev (22 ans), Shapovalov, (19 ans) et Pouille (24 ans), Djokovic a pu admirer la quantité de jeunes talents en train de faire leur trou en ce début d’année. Certains gros bras vieillissent et n’apparaissent plus aussi impériaux, à l’image d’un Murray qui va prendre sa retraite à cause d’un corps qui ne répond plus. Les figures phares du tennis sont en train de se transformer. On vit peut-être les derniers instants des Nadal, Djokovic ou Federer. Les vieux contre les jeunes, le début d’un coup d’Etat dans le monde du tennis ? Début de réponse cette nuit à partir de 1h30 heure française.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *