Del Potro, neuf ans après

Nous sommes en 2009. A 20 ans, Juan Martin Del Potro ouvre Roger Federer et dans le même temps les portes d’un avenir radieux. L’Argentin terrasse le Suisse à l’US Open et s’offre son premier titre majeur. Alors promis au sommet du tennis mondial, son poignet lui fera prendre une trajectoire différente. Vainqueur de Rafael Nadal en demi-finales dans la nuit de vendredi à samedi, Del Potro va, face à Novak Djokovic, regoûter aux joies d’une finale d’un Grand Chelem. Et ça, ça fait plaisir.

14 rendez-vous manqués

Il est des sportifs dont la carrière n’est pas celle qu’elle aurait dû être. Abou Diaby, Derrick Rose… les exemples ne manquent pas lorsqu’il faut dresser une liste de ces athlètes pourris par les blessures. Juan Martin Del Potro pourrait être le chef de file de cette liste. L’Argentin, promis à jouer dans la cour des grands, celle des Nadal, Federer, Murray et Djokovic, n’a pas été épargné par les pépins. Alors qu’il remportait son premier titre en Grand Chelem à tout juste 20 ans à Flushing Meadows en 2009, il aurait dû en accrocher au moins cinq ou six supplémentaires à son tableau de chasse. Son coup droit ravageur, plus puissant que quiconque, aurait dû envoyer plus de joueurs dans les bâches. Mais un foutu poignet l’a privé de 14 participations à des tournois du Grand Chelem. Personne ne sait ce qu’il serait advenu du grand Argentin sans ces blessures mais il avait le potentiel pour titiller les cadors du 21e siècle, meilleurs joueurs de l’histoire de leur sport.

Jean-Martin renaît de ses cendres

Ce soir, du haut de ses 198 centimètres, Del Potro sera de retour sur l’avant de la scène, pour panser les plaies d’années de galère. L’an dernier, à l’US Open, il s’était incliné en demi-finale contre Rafa Nadal. Après des mois de combat pour retrouver ses sensations, l’Argentin a encore franchi un palier cette saison. A Roland-Garros avant l’été, on l’avait déjà vu solide, seulement battu en demi-finales par Nadal, futur vainqueur. Et sur l’herbe anglaise de Wimbledon, il avait retrouvé le catalan en quarts de finale, où les deux hommes avaient livrés l’un des plus beaux matchs du tournoi, en cinq sets et presque autant d’heures de jeu. A New York cette année, il n’a cédé qu’un set en six matchs. C’était en quarts, contre John Isner. En demies, il a vaincu sa bête noire espagnole sur abandon.

En finale, il retrouve Novak Djokovic qu’il n’a plus battu depuis les Jeux Olympiques de Rio. Le Serbe mène 14 victoires à 4 dans leurs confrontations. Les deux hommes se sont déjà croisés en 2007 et en 2012 à l’US Open. Deux rencontres où Djoko a cassé en deux Del Potro. L’Argentin arrive en position d’outsider face à un Djokovic de retour aux affaires. Récent vainqueur à Wimbledon et Cincinnati, le Serbe surfe sur une vague de confiance qui a tout pour lui permettre de décrocher son quatorzième Majeur. A moins qu’un irréductible gaillard ciel et blanc ne lui résiste…

En concubinage sportif avec Dwyane Wade. Fervent défenseur du beau jeu et de la dernière passe, celle qui "fait la diff'".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *