Chargement

Les matchs aller du top 14 version 2016-2017 se sont achevés il y a maintenant trois semaines. Au terme des 13 matchs disputés par chaque équipe, voici ce que l’on peut retenir de cette phase aller.

 anthony-modeste

Clermont mérite son maillot jaune

Depuis le début de la reprise du championnat, l’ASM fait forte impression. En effet, les Clermontois ne se sont inclinés qu’à trois reprises dont deux fois en l’absence de leurs internationaux. Meilleure attaque du top 14, les Jaunards développent un jeu offensif aussi plaisant qu’efficace. Cette efficace animation offensive va d’ailleurs leur permettre d’entamer la phase retour avec une pression moins importante. Avec huit points d’avance sur la septième place (synonyme d’élimination), les Jaunards possèdent un matelas d’avance plutôt confortable et semblent être presque qualifiés pour les phases finales. Sur cette fin de saison régulière, les Clermontois auront seulement pour objectif de s’assurer une place dans les deux premiers pour s’offrir une demi-finale. Par ailleurs, cet écart entre les Auvergnats et les autres équipes va sûrement pousser Franck Azéma à faire tourner son effectif. Ainsi, Clermont pourra se concentrer sur une Coupe d’Europe qui lui passe sous le nez depuis de nombreuses années.

irlande

Un écart de 5 points entre le huitième et le deuxième

Ce championnat de France est très homogène. Voilà peut-être la raison pour laquelle la différence entre Montpelier, le dauphin, et le Racing, huitième, est si peu conséquente. En effet, sept équipes se tiennent en cinq points, soit la moitié des formations du championnat de France. Si Toulon et Montpelier semblent au dessus du lot, les autres équipes risquent de voir leur rêve de qualification se jouer sur quelques détails. La bataille pour les play-offs s’annoncent donc passionnante.

La Rochelle, la surprise du chef

Dans un magasin, il y a toujours un article qui est rangé au mauvais endroit. Cette comparaison nous rapporte à La Rochelle. Eh oui ! Que fait le club de Vincent Merling à la quatrième place du top 14 ? Destiné à se battre pour son maintien en début de saison, le Stade Rochelais en a étonné plus d’un. Les Rochelais ont fait de Marcel-Deflandre une forteresse imprenable. De nombreuses équipes s’y sont cassées les protège-dents et les cadors du championnat n’ont pu faire mieux qu’un nul. Clermontois, Toulonnais et Racingmens sont effectivement tous repartis de là-bas avec deux points. Le club s’est transformé en tremplin pour certains joueurs qui ont été appelés par Guy Novès (Kevin Gourdon et Uini Atonio). Pour sa deuxième année consécutive dans l’élite, La Rochelle est bien parti pour être la sensation de la saison.

Lyon tient le bon bout

Pour Lyon, le retour dans l’élite est mitigé. Avec quatre victoires en treize matchs le LOU est loin d’être impérial. Pourtant les Lyonnais assurent à domicile avec une unique défaite encaissé le week-end dernier (19-23 contre Castres). Mais à l’extérieur, ils sont comme des poissons hors de l’eau. Battus six fois sur sept, les coéquipiers de Julien Bonnaire n’ont remporté aucun match hors de leurs bases. Leur avance de huit points sur la zone de relégation laisse présager, s’ils font le job, un maintien qui offrirait une saison de plus en top 14 aux Lyonnais et leurs supporters.

Bayonne et Grenoble : ça pique

Contrairement à Lyon, Bayonne a plus de mal à se mettre au niveau de l’élite. Le deuxième promu n’a gagné que trois de ses treize matchs cette saison et semble parti pour rejoindre la Pro D2. Grâce aux tests de novembre, les Bayonnais ont remporté deux succès de prestige contre Toulouse et Clermont, deux équipes amoindries par les matchs de l’équipe de France. Ces deux victoires ont également relancé les Bayonnais dans l’optique du maintien. Mais pour se sauver les Basques devront réaliser une grosse deuxième partie de saison et surtout marquer leurs premiers points à l’extérieur.

Dixième l’an passé, le FC Grenoble a bien du mal à réédité ses performances. Bon dernier du classement, les Grenoblois ont déjà un pied en Pro D2. Leur solidité à domicile qui faisait leur force n’est plus. Ils n’ont gagné que deux matchs à domicile cette saison et pas contre les plus gros calibres du championnat (Brive et Bayonne). A 10 points de Lyon, premier non relégable, Grenoble se lancera dès le 22 décembre dans une remontada impossible. S’ils veulent y croire peut-être devraient-il faire appel à Pascal Dupraz.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut