Les cheveux blancs de Bakayoko ont sauvé un Monaco à deux visages

Il y aura donc un représentant français en quart de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Au terme d’un match retour tout aussi plaisant que celui de l’aller, l’ASM s’est offert son deuxième quart en trois ans. Face à une équipe de Manchester City peu convaincante, les Monégasques ont sorti les crocs pour s’imposer 3-1 à Louis II.

Une première mi-temps aussi solide que les dents de Suarez

Dominés 5-3 à l’aller, les Monégasques n’avaient pas vraiment le choix. Ils devaient l’emporter avec deux buts d’écart et donc se ruer à l’attaque. Positionné très haut, le bloc monégasque a littéralement asphyxié les Citizens en première mi-temps. Ultra-agressifs dans les duels, les hommes de Jardim ont récupéré de nombreux et précieux ballons dans le camp adverse, à l’image de Fabinho et Bakayoko, qui ont réalisé un abatage défensif extraordinaire. Constamment à deux voire trois sur le porteur de balle, les Rouges et Blancs ont rendu les joueurs offensifs adverses aussi transparents qu’Abou Diaby depuis le début de la saison.

Grâce à ce pressing, l’ASM s’est rapidement crée la première occasion du match suite à un tacle de Germain sur Fernandinho à quarante mètres des cages de Manchester. Mais une superbe parade de Caballero a empêché l’ouverture du score de Kylian Mbappé (7e). Sur le corner suivant, Benjamin Mendy s’est retrouvé seul dans la surface, légèrement excentré sur la gauche. Son centre contré est revenu comme un boomerang sur Bernardo Silva qui a centré à ras de terre pour Mbappé. Devançant Caballero, le prodige de 18 ans a poussé le ballon au fond des filets. Monaco mène alors 1-0 (8e) et plus que jamais, l’exploit semble possible.

Malgré l’ouverture du score, les Citizens n’ont pas réagi. Suite à une nouvelle récupération de Bakayoko, Valère Germain s’est retrouvé seul à 25 mètres et a décoché une frappe qui a fleuretée avec la transversale de Caballero (18e). Monaco s’est alors fait de plus en plus pressant et c’est finalement sur un nouveau débordement côté gauche que l’ASM a doublé la mise par l’intermédiaire de Fabinho, parfaitement servi par Mendy (2-0 ; 29e). L’ASM rentrait aux vestiaires virtuellement qualifié et le Rocher semblait indestructible.

De la défense, de la défense et de la défense

Au retour des vestiaires, les joueurs semblaient s’être échangés leurs maillots. Monaco s’est retrouvé acculé en défense et l’attaque bleue ciel est devenu un danger de tout instant. Débordés, les joueurs de la Principauté ont souffert notamment sur le côté de Sidibé où Leroy Sané a été constamment trouvé dans la profondeur. Les Citizens ont développé un jeu plus fluide et les passes distillées sont apparues aussi parfaites que les fesses de Scarlett Johansson. Mais heureusement pour l’ASM, le vice-champion d’Angleterre a manqué de réalisme à l’image de Kun Aguero qui a fait preuve d’un manque de sang-froid criant. L’attaquant argentin a été contré par Raggi alors qu’il était seul face au gardien (57e), a manqué l’immanquable sur un centre parfait de Sané (62e) et a buté à deux reprises sur Subasic (65e; 69e). Autant dire que même mon boulanger les aurait mit.

Cependant, il n’y a pas que Aguero à City. Sur une frappe de Sterling, Subasic a repoussé sur Sané qui n’a eu qu’à pousser la balle au fond des filets (2-1 ; 71e). L’affaire apparaissait alors bien mal embarquée. Heureusement, l’ASM a de la ressource et sur un superbe coup-franc de Thomas Lemar, Bakayoko a envoyé un missile de la tête qui a trompé Caballero (3-1 ; 77e). Le score n’a plus évolué malgré les assauts anglais et l’ASM est alors entré au paradis.

Chapeau Leonardo et chapeau Monaco

Hier soir, Monaco était injouable. L’équipe du président Vasiliev a su remonté un retard de deux buts contre une équipe de City qui n’était pas la première venue. Pris de vitesse et débordés sur les ailes à l’aller, l’ASM a pris son adversaire à son propre jeu. Avec un Mendy de feu (7 centres qui donne 2 buts) et un Lemar toujours aussi décisif, l’aile gauche monégasque a martyrisé Bacary Sagna et le côté droit citizen. Idem pour le milieu de terrain, où Fabinho a été monstrueux et où Bernardo Silva s’est autant régalé que moi quand je vais au McDo. Devant, Germain et Mbappé ont réalisé un pressing extraordinaire et été un danger constant pour la défense adverse.

Derrière, la paire Raggi-Jemerson a tenu la baraque et je dirais même qu’hier Raggi a été le chauve du match. Et oui ! Qui c’est qui se jette devant Aguero pour empêcher le 2-1 (57e) ? C’est lui ! Qui c’est qui bloque Sané lancé et sa touffe dans la surface monégasque (47e ; 68e) ? C’est lui ! Joueur le plus expérimenté sur le terrain, il s’est montré décisif et a fait un bien fou à Louis II sur les actions chaudes. Sa sortie a d’ailleurs été suivie par la réduction de l’écart pour City. Accompagné d’un Jemerson au niveau, papi Raggi a montré qu’il avait encore de beaux restes.

En bref, Monaco a prouvé hier qu’il faisait partie des grands d’Europe. En l’absence de Falcao et Glik, le leader de Ligue 1 a assommé City et a fait preuve d’une solidarité défensive rare. Ce projet monégasque a pris tout son sens hier soir. Contrairement au PSG, l’ASM sait gagner. En faisant confiance aux jeunes et à Jardim, le club ne semble pas s’être trompé. Monaco voit haut, Monaco voit loin, Monaco voit grand mais surtout Monaco fait rêver.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *