Le boom du basket 3×3

Dès ce vendredi et jusqu’à dimanche, les Français et Françaises disputent la Coupe d’Europe de basket 3 contre 3, à Bucarest. L’occasion de découvrir une discipline en plein développement en France et à travers le monde, grâce notamment à une entrée aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Et la Fédération Française de basketball (FBBB) lance les réformes en faveur du basket 3×3.

 

Le calcul est simple. Une seconde pratique du basketball au Jeux Olympiques, en plus du 5 contre 5, c’est un plus en terme d’exposition. Et la FFBB l’a bien compris. « Pour nous, cela représente des nouvelles possibilités avec des équipes en plus aux Jeux », confie Jean-Pierre Siutat, le président de la FFBB. Sauf que contrairement au 5 contre 5 traditionnel, la qualification aux JO ne se joue sportivement, sur un tournoi octroyant les billets.  » Les nations sont qualifiées aux Jeux Olympiques en tenant compte d’un ranking mondial. On prend les 100 meilleurs joueurs français, les 100 meilleures joueuses françaises. Et si on est dans les « x » premiers, la France sera qualifiée » explique Jean-Pierre Siutat.

Car aujourd’hui, le basket 3×3 se structure différemment que ce que l’on peut connaitre dans le 5×5. Cette variante est surtout jouée sur les playgrounds aux Etats-Unis, ou sous les métros de Paris. Des tournois s’organisent également permettant à chaque joueur d’obtenir des points en fonction de ses performances. Ainsi un classement mondial se crée, et les meilleurs joueurs de chaque pays permettent à sa sélection de grimper dans l’échelon planétaire. Cette année, la France a en effet manqué les Championnats du monde à cause d’un classement trop bas. « Il fallait être dans les huit premiers, on était neuvièmes. La place du con », observe Angelo Tsagarakis, joueur de l’équipe de France.

D’une compétition de clubs à un championnat professionnel

Le constat est donc simple. Pour voir Tokyo 2020, le basket 3×3 français doit se développer pour que les joueurs tricolores progressent dans le classement mondial. « Je pense que la Fédération a pris conscience de l’importance du 3×3 et elle s’est réveillée. On a encore du retard mais on peut le combler », assure Angelo Tsagarakis. La FFBB va en effet lancer dès cette saison des mesures en faveur de la pratique.

Dans un premier temps, la fédération va utiliser l’immense vivier du basket français : 4500 clubs et plus de 600 000 licenciés. Un club pourra désormais lancer une équipe de 3×3 pour former des joueurs sur cette discipline. Et des championnats de clubs, d’abord départementaux, vont voir le jour. Avec à terme l’ambition d’avoir un championnat professionnel. Seconde réforme, augmenter le nombre de tournois en France. « Aujourd’hui, nous avons 500 tournois de 3×3 en France. L’objectif serait de passer à 5000, puis à 10 000 par an ». Actuellement, le tournoi le plus réputé sur le territoire en France se déroule à Toulouse, en juillet.

Le but est donc de populariser et démocratiser cette discipline, jugée comme fun, auprès du public. En plus des réformes, cela passera par les performances des équipes de France, notamment durant cette Coupe d’Europe (14 au 16 septembre à Bucarest).  En 2017, le public français avait déjà pu découvrir le basket 3×3 à Nantes avec l’organisation des Championnats du monde. Les Français avaient fini troisièmes.


Petit point règlement :

Mais comment ça se joue ? Le basket 3×3 garde bien entendu les bases du basket classique. Mais les rencontres se jouent sur un demi-terrain, avec un ballon plus petit que ceux utilisés en NBA par exemple. Une rencontre dure 10 minutes, sans interruption, où le but est de jouer rapidement. Une équipe emporte le match en atteignant 21 points, ou en ayant plus de points que l’adversaire au terme des 10 minutes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *