Chargement

Il fait beau, il fait chaud, les vacances d’été se rapprochent, t’as envie de te baigner, de bronzer, de faire du surf … Pour t’aider à patienter, En Tribunes te propose un petit point surf sur ce week-end qui marque l’ouverture des championnats mondiaux à Biarritz.

Une période très chargée en surf

Alors que le Championship Tour (CT) vient juste de se terminer au Brésil, les championnats du monde ont commencé hier à Biarritz et l’étape du CT aux Fidji commence dès le 28 mai. Autant dire que les qualifiés en phases finales n’auront pas le temps de tout faire. En effet, du 9 au 20 mai se tenait l’Oi Rio Pro à Saquarema au Brésil. Du 20 au 28 mai se tiennent les championnats du monde à Biarritz où les professionnels internationaux sont invités pour la première fois. Et dès le 28  juin commence le OK Fidji pro pour les femmes et le 4 juin pour les hommes. Ces trois destinations étant bien entendu chacune à l’autre bout du monde, les choses ne vont pas être simples pour les surfeurs. Entre temps de récupération, temps de vol, temps de préparation et d’adaptation, certains surfeurs ont décidé de ne pas passer par Biarritz.

3 grands organisateurs ou plutôt désorganisateurs

Il existe deux instances organisatrices de compétitions internationales dans le monde du surf. L’Association Internationale de Surf (ISA) et la World Surf League (WSL). La WSL représente l’élite du surf et après des compétitions de qualifications, les surfeurs s’affrontent en championnat sur différents spots. L’ISA organise les championnats du monde mais jusqu’à cette année, les qualifiés à la WSL ne pouvaient pas y participer. Cette année, les règles ont changé puisque le surf sera une discipline olympique aux J.O. de Tokyo en 2020. Le Comité International Olympique ne reconnaissant seulement l’ISA et pas la WSL, les championnats du monde de Biarritz font office de phase qualificative pour le Jeux au Japon. Afin que chaque pays puisse être représenté par ses meilleurs athlètes, les surfeurs de la WSL qui le souhaiteront seront les bienvenus à Biarritz. Mais en vu du calendrier de la WSL, bien plus important à leurs yeux, il y a des absents.

Championnat du monde en France pour la 3ème fois

Les championnats du monde de surf n’avaient pas eu lieu en Europe depuis 2008 et en France depuis 1992. La première fois que ces mondiaux se sont déroulés en France, c’était à Biarritz en 1980, la seconde fois était à Lacanau en 1992. Aujourd’hui ils sont enfin de retour dans le pays basque après 37 ans d’absence. 47 nations sont représentées (record) mais comme on pouvait s’y attendre, très peu de surfeurs du World Champion Tour (WCT) sont présents. Les quelques John John Florence, Owen Wright ou encore Adriano de Souza (vainqueur à Saquarema) iront directement du Brésil aux Fidji. Toutefois, on peut remarquer la forte présence des Français pour le championnat chez eux avec Jérémy Florès, Joan Duru, Vincent Duvignac, Dimitri Ouvré, Johanne Defay, Pauline Ado, Justine Dupont ou encore Alizé Arnaud. On peut remarquer que les français du WCT sont bien présents. Lors de la dernière édition, en août dernier au Costa Rica, la France avait atteint la 4ème place. On leur souhaite le meilleur cette année pour réussir à monter sur le podium.

Amateur de sport extrême, quand il cherche un glacier, c’est pas pour prendre un cornet vanille-pistache mais pour le descendre en snowboard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut