Ballon d’Or : cinq questions après la cérémonie

Le suspens a été levé ce lundi soir, au Grand Palais, à Paris. Luka Modric a reçu le 63e Ballon d’Or, à l’issue d’une cérémonie parfois gênante. Cette distinction individuelle suprême pour un footballeur soulève toutefois de nombreuses interrogations. Asseyez-vous, voici quelques réponses.

Luka Modric mérite-t-il ce trophée ?

À en croire de nombreux internautes, le Croate n’aurait pas dû remporter le Ballon d’Or. Après la finale du Mondial perdue contre la France (eh ouais mec), le milieu réalise un début de saison assez claqué avec le Real. Pourtant, une Ligue des Champions et une finale de Coupe du Monde fait de lui un vainqueur logique. La victoire de Luka Modric est donc méritée, même si d’autres n’auraient pas volé la récompense, bien évidemment.

Que doit faire Antoine Griezmann (de plus qu’en 2018) ?

S’il y en a un qui avait mené une campagne pour cette distinction, c’est bien Antoine Griezmann. Troisième en 2016 après deux finales perdues (Ligue des Champions et Euro), le joueur de l’Atletico de Madrid espérait bien rafler la mise. Mais il est battu, non seulement par Modric, mais aussi par Cristiano Ronaldo. C’est une nouvelle troisième place pour lui, alors qu’il a remporté la Ligue Europa, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du Monde. Alors que doit-il faire de plus en 2019 ? Probablement gagner la C1, la Supercoupe d’Europe, la Liga, les coupes nationales, la Coupe du Monde des clubs, porter les Bleus, finir invaincu et marquer à toutes les rencontres. Autant vous dire que, derrière cette ironie, il est facile de penser que Griezmann doit être déçu. Mais il a eu l’élégance de venir alors qu’il se savait vaincu, et ça, c’est la classe.

Que fait Varane à la septième place ?

Voici une vraie question. Question ? Non, une énigme ! Le seul tort du joueur madrilène est sans doute d’être défenseur. Car avec les deux titres majeurs remportés cette saison avec le Real et avec les Bleus, Varane pouvait prétendre à beaucoup mieux. Sans problème. Il est facile de se demander quelle aurait été sa position s’il avait été attaquant, ou milieu de terrain. Car contrairement à Ronaldo et Modric, les deux premiers, lui est champion du Monde. Un titre qui aurait dû lui offrir une plus belle place, devant Salah sûrement, déjà. Alors vraiment, cette septième place est assez énigmatique pour le joueur formé au RC Lens.

Ronaldo – Messi, le règne terminé pour de bon ?

La question peut se poser. Depuis 2008, Ronaldo et Messi se partageaient la récompense. Envoyant parfois balader des joueurs qui auraient pu toucher leur graal. Mais les deux monstres les en ont privé. Alors 2018 marque un tournant. Pour la première fois depuis 10 ans, l’un des deux ne gagne pas le Ballon d’Or. Difficile de ne pas penser à la fin d’un cycle. Mais cela peut être une exception, car le Portugais et l’Argentin restent toujours à un très haut niveau, et cet été, ils auront, s’ils décident de rejoindre leur sélection, une opportunité de briller sous leurs couleurs nationales. Le Portugal jouera la phase finale de la Ligue des Nations, et l’Argentine souhaitera briller lors de la Copa America. Et avec leurs clubs, ils sont toujours brillants. De quoi laisser penser que l’un des deux sera en mesure d’ajouter un sixième Ballon d’Or dans leur galerie déjà bien fournie.

Mais bordel, c’était quoi cette cérémonie ?

Vegedream, Grand Palais, sexisme… Franchement, de nombreux moments étaient gênants lors de cette cérémonie. Alors on passera outre le fait que David Ginola n’est pas un excellent animateur. Mais il y avait de quoi épurer la soirée pour en faire quelque chose d’un peu plus classe. Déjà, le Grand Palais était un lieu complètement froid, trop grand, et, au risque de passer pour un gros nostalgique qui pense que tout était mieux avant, eh bien la remise du trophée dans Téléfoot, c’était quand même pas mal ! Ensuite, l’histoire a été écrite, avec le premier trophée Kopa, et le premier Ballon d’Or féminin. Mais pour cette dernière récompense, Ana Hegerberg a été victime d’une remarque déplacée, pour ne pas dire sexiste. Martin Solveig lui a demandé, après son discours, si elle savait twerker. Ridicule. Cela vient vraiment plomber une avancée dans le monde du football. Enfin, autre moment qui aurait pu être évité : la venue de Vegedream. Cette cérémonie récompensait des individualités, et non une équipe. Alors, si un nouvel hommage aux champions du Monde français est toujours plaisant, cela n’avait pas grand chose à faire ici. D’autant plus lorsque Vegedream passe devant Modric, et le snobe complètement. Gênant donc, de vanter les champions du Monde devant celui qui a été battu en finale.

Bref, d’autres questions subsistent, et jamais un Ballon d’Or ne fera l’unanimité. Alors si vous n’aimez pas cette récompense, vous avez sans doute perdu votre temps avec la lecture de cet article. Et si vous adorez le Ballon d’Or, bon courage, plus qu’un an à attendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *