Alaphilippe s’est balladé

Ce mercredi, se disputait, en Belgique, la quatre-vingt-deuxième édition de la Flèche Wallonne. Au terme de 198,5 km et en haut du mur de Huy, c’est Julian Alaphilippe (Fra/Quick-Step) qui s’est (enfin) imposé, devant Alejandro Valverde (Esp/Movistar) et Jelle Vanedert (Bel/Lotto-Soudal). Une première victoire française sur la Flèche Wallonne depuis Laurent Jalabert en 1997, de quoi se réjouir et savourer.

.Moustache validée

 Nibali tout près de l’exploit

Durant 198 km, Julian Alaphilippe est resté patiemment au cœur du peloton. Derrière les huit échappés, le peloton emmené par la Movistar d’Alejandro Valverde a géré l’écart. Puis, à 46 km de l’arrivée, Vincenzo Nibali est sorti. Accompagné par cinq autres coureurs dont Anthony Roux (Fra/Groupama-FDJ), rescapé de l’échappée matinale, le récent vainqueur de Milan-San Remo a longtemps inquiété le groupe des favoris. Isolé, Valverde s’est retrouvé avec le seul Mickaël Landa comme coéquipier, ce qui a permis aux six hommes de tête de creuser l’écart. A 17 km de l’arrivée, la tête de course possédait encore 55 secondes d’avance sur un peloton toujours emmené par le seul Michaël Landa. On s’est alors demandé si l’Italien n’était pas encore en train de s’envoler vers un nouveau succès.

Malheureusement pour lui et ses cinq compères, la Lotto-Soudal de Tim Wellens est venu donner un coup de main au pauvre Michaël Landa. L’écart s’est alors considérablement réduit et Nibali a même été distancé à 3 km de l’arrivée par Jack Haig (Aus/Mitchelton-Scott) et Maximilian Schachmann (All/Quick-Step). Héroïques, Haig et Schachmann ont tenu tête au peloton avant d’être repris dans le mur de Huy, lors de l’explication entre les gros poissons.

Alaphilippe a montré les muscles

Bien calé dans la roue de Julian Alaphilippe au bas du terrible mur de Huy, Alejandro Valverde semblait idéalement placé dans l’optique d’une cinquième victoire consécutive sur la Flèche Wallonne. Pourtant, une fois n’est pas coutume, l’Espagnol a craqué. Alors que Julian Alaphilippe suivait intelligemment l’accélération de Vanedert, qui reprenait au passage Schachmann, le Français s’est retourné et a pu constater que Valverde semblait, sur son vélo, aussi lourd que l’humour de Jean-Marie Bigard.

Loin de s’enflammer, celui qui est le frère de Bryan Alaphilippe (son frère s’appelle vraiment Bryan) a attendu sagement le moment où il placerait son accélération. Finalement, à 100 mètres de la ligne, le puncheur français a déposé Vanedert et a relégué à quarante mètres son dauphin, un Alejandro Valverde revenu de nulle part. Mal renseigné par son oreillette, le Français n’a même pas levé les bras, pensant que Nibali avait passé la ligne quelques secondes avant lui.

Quand il a compris que Nibali pédalait encore, il a balancé son vélo et est tombé dans les bras de son entraîneur. Après deux deuxième place derrière l’ogre Valverde, il remporte sa première Flèche Wallonne et son premier monument. Wola c’est mérité.

Un doublé envisageable sur Liège-Bastonne-Liège

Dans le mur de Huy, Julian Alaphilippe a vraiment fait une grosse impression. Sans rival, il a dompté le mur de Huy sans grande difficulté. Tel un avion, Julian Alaphilippe a survolé la course et a montré qu’il en avait dans les jambes.

Ce dimanche, Liège-Bastonne-Liège sera au programme avec les mêmes favoris que sur la Flèche Wallonne. Entre un Alaphilippe sur un nuage, un Valverde revanchard et un Thierry Adam sur la moto, la course s’annonce passionnante.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *