Chargement

Demain, se disputera la 38ème et dernière journée de Ligue 1. Quand on se retourne sur cette saison, on se dit que Paris a tout écrasé, Lille a déçu et Rami a géré de la gow. On aurait pu faire un bilan pour chaque équipe mais on préfère se poser cette question : était-ce une belle saison ?

La mystérieuse disparition de la lèvre supérieure de Christophe

Du suspense en haut du tableau…sauf pour le titre

Niveau émotions et enjeux, cette saison restera mitigée. Quand on regarde les saisons qui sont restés dans les mémoires, c’est souvent parce que le titre s’est joué entre deux voire plus d’équipes. La saison dernière et la belle lutte entre Paris et Monaco illustrent l’importance de la castagne pour le titre. Cette année, la bataille pour le titre n’aura pas duré plus de trois journées, soit le temps que le PSG prenne la tête du championnat pour ne plus jamais la lâcher.

Finalement, le vrai suspense de cette saison aura été la 2ème place. La preuve, à une journée de la fin, ils sont encore trois à pouvoir l’accrocher. Tout au long de la saison, Lyon, Marseille et Monaco se sont rendus coup pour coup. Même quand Lyon s’est retrouvé à 9 points de Monaco, à moins de dix journées de la fin du championnat, rien n’était joué. La tendance s’est inversé et on a continué à vibrer alors qu’on pensait tout cela plié et emballé. Grâce à ses trois équipes, le championnat de France a semblé enfin dégager une hiérarchie. Leur régularité a fait plaisir à voir et l’incertitude de la chute finale a animé et anime notre bonne vieille Ligue 1 Conforama.

Ligue 1: l’OM accroché par Monaco au Vélodrome

Derrière ce trio, la Ligue Europa a offert un réel enjeu. Entre les remontada de Nice et Saint-Etienne, les craquages de Nantes et Montpelier, l’incompréhensible Bordeaux et l’à peu près régularité de Rennes, on a vu une belle course à la cinquième place. Même si l’enjeu apparaît beaucoup moins intéressant que celui évoqué précédemment, il était quand même passionnant d’observer l’évolution de ces clubs. D’ailleurs, les supporters rennais, montpelliérains, nantais, stéphanois, niçois et bordelais ont dû passer une saison plutôt sympatoche quoique un peu frustrante pour certains.

De belles surprises et de belles déceptions dans le bas de tableau

Derrière les européens, il y a le ventre mou du championnat. Ceux qui sont avant tout en Ligue 1 pour se maintenir, viser l’Europe sur un malentendu et surtout prendre du plaisir. Parmi ceux là, il y a généralement Nantes, passé à deux doigts de l’Europe, grâce à son coach : Claudio Ranieri. Si le FC Nantes était occupé à jouer les gros durs dans la première partie de tableau, d’autres ont joué et acquis leur maintien. Que ce soit Strasbourg ou Dijon à domicile, Guingamp ou Amiens, respectivement 18ème et 20ème budget de L1, ces équipes furent d’agréables surprises et on est impatients de les revoir l’an prochain.

Ci dessus, l’une des révélations de cette saison

Enfin, la lutte pour le maintien a semblé bien moins intense que l’an passé. Metz a cru un instant refaire ce qu’avait fait le Toulouse de Pascal Dupraz, sans succès. L’ESTAC, le SCO, Caen et le TFC ont été très moyennasses, sans parler de Lille et la terrible désillusion d’un club qui visait l’Europe et a failli terminer à jouer la L2 avec Bourg-en-Bresse et Sochaux. Sans âmes, les équipes en lutte pour leur survie ne nous ont pas tenu en haleine. Savoir qui de Troyes ou Toulouse finira 19ème ne m’intrigue pas plus que le poids d’une baleine à bosse.

Quelques beaux matchs

Une belle saison se caractérise aussi par de beaux matchs. Par beaux matchs j’entends des rencontres au sommet qui tiennent leurs promesses, des retournements de situation improbables, des matchs de fous et des branlées terribles. Cette saison, on a eu un peu de tout. Les gros matchs ne nous ont pas déçu et ont souvent offert des fins de match décisives et haletantes à l’image du Clasico entre le PSG et l’OM (2-2) ou des deux duels entre Lyon et Monaco qui ont accouché de deux 3-2 arrachés dans les dernières minutes par les locaux. Lyon est probablement l’équipe la plus excitante de la saison, en témoigne leurs victoires dans les dernières secondes à Marseille (2-3) et contre Paris (2-1), à chaque fois grâce à un magicien nommé Memphis.

La même célébration qu’un enfant de cinq ans qui écoute pas ses parents, mais surtout beaucoup de talent

Si on s’attarde sur les individualités, comment ne pas souligner les performances XXL de Neymar contre Guingamp (3-0), Toulouse (6-2), Bordeaux (6-2), Montpelier (4-0), Strasbourg (5-2) et surtout Dijon et son quadruplé lors de la victoire 8-0 des Parisiens au Parc. Ce dernier succès restera la fessée et le match le plus prolifique de 2017-2018. Paris c’est aussi ce 7-1 infligé au champion de France monégasque lors de la 33ème journée, journée où le club du PSG est devenu officiellement champion de France pour la septième fois de son histoire. Niveau prolifique, on a également le Guingamp-Nice de la 29ème journée avec la victoire 5-2 des Aiglons à Roudourou et le quadruplé de Pléa qui est devenu, le temps d’un match, l’équivalent de Messi et Ronaldo.

La Ligue 1 a par ailleurs été le théâtre de nombreux retournements de situations. On relèvera notamment l’exploit de Strasbourg contre Lyon pour assurer son maintien (victoire 3-2 avec deux buts dans les cinq dernières minutes), le match fou entre Guingamp et Marseille (3-3) ou encore les trois buts en sept minutes de l’OM pour renverser Nice 4-2 après avoir été mené 2-0.

Dimitri semble avoir repéré un bon boule

On s’en souviendra dans 10 ans ?

Honnêtement non. Rien que par rapport à l’an passé, on a vécu une saison beaucoup moins excitante, que ce soit en haut ou en bas du classement. Hormis le fait que Rennes a enfin été régulier et les nombreux records qu’a fait tombé Paris, cette saison ne nous a pas fait lever de nos sièges. On retiendra plus le mercato et l’arrivée de Neymar que la saison en elle-même. Malgré tout ne râlons pas et n’oublions pas qu’on ne s’est pas ennuyé non plus.

Supporter de L’OL en Ligue 1 et de l’ASM en Top 14. La deuxième place, c’est pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut